Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Le parc des bâtiments français sera neutre en carbone en 2050

Igor Lacsap

Sujets relatifs :

,

PRODUITS

 

ECAP Nano, le premier isolant thermique à base d’aérogel sur le marché français

EDILTECO présentera à Batimat (Hall 6, stand G122), son nouvel isolant ECAP Nano à base d’aérogels de silice. Il se présente sous forme d’un panneau prêt à poser avec ragréage et membrane de fibre de verre pour recevoir immédiatement un enduit de finition. ECAP Nano s’utilise aussi bien en ITE qu’en ITI. Il offre une très faible conductivité thermique λ = 0,015 W/m.K. Ce qui se traduit par R = 1,34 pour 20 mm d’épaisseur et R = 4 m².K/W pour une épaisseur de 60 mm. Il est disponible en 6 épaisseurs de 10 à 60 mm par pas de 10 mm. Par rapport à l’isolant sous vide, encore plus performant avec son 0,006 W/m.K, un panneau ECAP Nano présente l’immense avantage de pouvoir être recoupé sur le chantier, sans rien perdre de son pouvoir isolant.

 

RESPIR : haute performance énergétique et empreinte carbone réduite

ARTECK France exposera à Batimat (Hall 6, stand G149) son enveloppe ossature bois préfabriquée à haute performance énergétique RESPIR®. C’est une solution d’enveloppe complète du bâtiment, fabriquée en atelier, comprenant une ossature pré-équipée, un système de planchers et l’ensemble des éléments nécessaires à la stabilité et à la durabilité de la structure. Le mur RESPIR® est composé de trois couches distinctes d’ossature bois, remplies d’isolant en laine et fibre de bois : une isolation thermique (R = 7 m².K/W) et acoustique exceptionnelle (affaiblissement acoustique de 53dB). L’enveloppe RESPIR® est fabriquée à partir de matériaux biosourcés (bois et laines de bois), en réduisant au maximum la quantité de colles. Là où une maison maçonnée de 100m² génère un bilan carbone de l’ordre de 120T, une maison ossature bois ARTECK se situe aux alentours de -30T : un bilan négatif, car le carbone consommé par les bois durant leur croissance est stocké lors de la coupe.

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le parc des bâtiments français sera neutre en carbone en 2050

En plus, en construction neuve, ils seront BEPOS dès 2021. Et, dans tous les bâtiments, il faudra atteindre et maintenir une bonne qualité d’air intérieur, tout en évitant les surchauffes même durant les épisodes de canicule.

La neutralité carbone du secteur du bâtiment en 2050, c’est une sorte de feuille de route que le gouvernement ressort régulièrement, sans qu’on y prête trop attention, tant ça semble lointain. En réalité, atteindre la neutralité carbone pour le parc des bâtiments de France en 2050 représente une tâche herculéenne. Le 24 septembre, Jack Azoulay, directeur de Cabinet d’Emmanuel Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, rappelait que 70% du parc des bâtiments de 2050 existent déjà aujourd’hui. Rénover édifices de toutes sortes pour atteindre la neutralité carbone implique une isolation massive, un remplacement des fenêtres et façades vitrées, des protections solaires, de la ventilation, la mise en œuvre de solutions de chauffage, de rafraîchissement et de production d’ECS à très faible consommation. En ce qui concerne la construction neuve, Jack Azoulay, rappelait que la RE2020 vise la neutralité carbone « native », en plus du Bepos, naturellement. S’il vise les niveaux E4C2 du label E+C-, cela imposera une totale reconception de notre construction neuve, notamment un retour à plus de parois opaques en tertiaire.

Est-ce que le mur-rideau tout en verre a vécu ?

Prenons la question calmement. Pour s’engager vers des bâtiments à la fois Bepos et décarbonés, il faut d’abord réduire les besoins d’énergie, ensuite utiliser des matériaux à faible charge carbone. Le mur-rideau en verre – devenu une sorte de standard mondial en tertiaire neuf et même lors des récentes rénovations de tours à La Défense – ne correspond pas à ces objectifs : concentration thermique en été qui impose de fortes charges de chaleur à absorber par de puissantes et gourmandes installations de climatisation, empreinte carbone non-négligeable. C’est au point que le maire de New York a décidé de les bannir de sa ville à compter de l’été 2019 en construction neuve. Souvenons-nous toutefois que le verre est indéfiniment recyclable, d’une part, que les toutes dernières technologies, comme le vitrage dynamique, offrent un remède à la surchauffe d’été et à l’éblouissement en hiver.

Les attraits des vitrages dynamiques

Pour les architectes, le principal attrait des vitrages dynamiques est qu’ils suppriment les protections solaires. Les architectes, obsédés par la recherche de transparence de leurs bâtiments, exigent des profilés de mur-rideaux de plus en plus minces pour faire disparaître les structures. Les industriels suivent : Schüco a été primé aux Awards de l’Innovation Batimat 2019 pour sa façade Schüco FWS 35 Panoramic Design. Cette façade à capot serreur repose sur des profilés de seulement 35 mm de largeur. Cette structure ultra-mince peut avantageusement être équipée par l’une des six offres de vitrages dynamiques disponibles en Europe : Suntuitive de Pleotint LLC utilisé en France par le transformateur verrier SECM, SageGlass de Saint-Gobain Glass, Econtrol, Halio d’AGC, Eyrise de Merck et la solution d’ombrage dynamique de Guardian Glass.

TECHNAL (hall 54, stand J033) dévoilera à BATIMAT sa FAÇADE E+C- ÉNERGIE POSITIVE BAS CARBONE qui transforme le vent, la pluie et le bruit en électricité. Réalisée à partir d’aluminium bas carbone recyclé CIRCAL 75R, composé d’au moins 75% de matières recyclées issues de menuiseries existantes, elle possède une empreinte carbone exceptionnellement basse et récolte de l’énergie : une multitude d’écailles/languettes piézoélectriques en aluminium s’animent sous l’effet des éléments naturels extérieurs - sons, gouttes d’eau, vent … - et produisent de l’électricité.

 

Saint-Gobain Glass commercialise depuis l’automne 2019, la troisième version de son vitrage dynamique SageGlass Harmony, SageGlass Harmony qui pratique un dégradé de TL et de g sur un vitrage. Il offre 4 niveaux de teintes de 1 (plus clair) à 4 (le plus teinté). Au niveau 4, la transmission lumineuse TL n’est plus que de 1%. Le facteur solaire g varie de 96% (teinte 1) à 0,04% (teinte 4).

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

RE 2020, réaction d’Equilibre des Energies aux premiers arbitrages

RE 2020, réaction d’Equilibre des Energies aux premiers arbitrages

Suite à la publication récente de commentaires sur le projet de réglementation RE2020, qu’elle juge erronés et tendancieux, l’association Equilibre des Energies souhaite préciser son point de vue[…]

RE 2020 : 1300 acteurs de la construction tirent le signal d’alarme

RE 2020 : 1300 acteurs de la construction tirent le signal d’alarme

De l’eau chauffée par des ordinateurs

De l’eau chauffée par des ordinateurs

« Les technologies peuvent aider à la mise en œuvre de la réglementation amiante» Fatima Berral, présidente de Sogelink

Interview

« Les technologies peuvent aider à la mise en œuvre de la réglementation amiante» Fatima Berral, présidente de Sogelink

Plus d'articles