Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Enquête

Le panneau sandwich fait peau neuve

Enquête réalisée par Hugo Leroux

Sujets relatifs :

, ,
Le panneau sandwich fait peau neuve

Les panneaux sandwichs isolés polyisocyanurate Promisol assure une parfaite étanchéité à l'air en accord avec la RT 2020.

© Arval by ArcelorMittal

Suivant les progrès récents des doubles peaux métalliques, certains fabricants ont revu l'esthétique de leurs panneaux. Objectif : conquérir davantage de nouveaux marchés dans les ERP et le tertiaire.

Depuis plus de trente ans, double peau métallique et panneau sandwich se partagent le secteur du bâtiment industriel - avec une part de marché pour la structure métallique estimée à 80 % face aux structures béton ou maçonnées. Pourtant, aucune solution n'a véritablement pris le dessus sur l'autre. « Le choix de l'une ou de l'autre est principalement lié à des considérations esthétiques du côté de l'architecte, et d'habitude liées à la pose du côté des entreprises », explique Jean-Michel Boulestin, représentant au Syndicat national des bardages et vêtures isolés (SNBVI) pour ArcelorMittal Construction France. Avec des avantages et inconvénients des deux côtés : si la double peau s'avère plus longue à poser en chantier, la paroi en panneaux sandwichs s'avère plus difficile à démonter en cas de problème.

Tout juste le panneau sandwich règne-t-il sans partage sur une niche, celle des bâtiments agroalimentaires à température contrôlée tels que les entrepôts frigorifiques. Dans ce domaine, les meilleures performances en continuité d'isolation et en étanchéité offertes par le panneau sandwich lui confèrent un avantage certain. Les panneaux « frigo » utilisés dans ce cas de figure constituent des produits spécifiques et présentent invariablement une âme en polyuréthane.

Correspondance des classifications française et européenne de résistance au feu

Une inversion des rôles

Pourtant, les solutions double peau métallique multiplient ces dernières années les incursions vers des marchés nouveaux, comme les ERP et le tertiaire, sous l'effet de progrès techniques récents. Ces progrès concernent deux domaines. D'abord en acoustique, où le plateau intérieur peut être percé ou traité pour différentes gammes de perforation, comme dans le cas d'établissements publics type gymnases.

Mais le réel progrès concerne l'aspect extérieur : les possibilités de finitions se sont démultipliées. Face à cette gamme de traitements esthétiques et[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°358

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Tribune - «PPBIM, une vraie prise de conscience des industriels de l’infrastructure est attendue» - Jérôme Tognini (Géomensura)

Tribune - «PPBIM, une vraie prise de conscience des industriels de l’infrastructure est attendue» - Jérôme Tognini (Géomensura)

Pour Jérôme Tognini, directeur opérationnel Géomensura, «la normalisation de l’écriture des objets BIM dans le bâtiment avec le PPBIM est au cœur de la révolution numérique[…]

24/05/2019 | Actualité
Vidéo - Salles de bains remarquables 2019

Vidéo - Salles de bains remarquables 2019

Impulse Partners et Sinteo lancent un accélérateur de start-up avec le soutien du CSTB

Impulse Partners et Sinteo lancent un accélérateur de start-up avec le soutien du CSTB

Une nouvelle vie pour la Maison Coignet

Une nouvelle vie pour la Maison Coignet

Plus d'articles