Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Tribune

« Le Covid-19 a placé le BTP face à une courbe d'apprentissage digitale abrupte »

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« Le Covid-19 a placé le BTP face à une courbe d'apprentissage digitale abrupte »

Franck Le Tendre, PDG de Finalcad, tire un premier constat de la montée en puissance de la digitalisation dans le secteur du BTP du fait de la crise sanitaire liée au Covid-19.

 

« En cette période particulière d’épidémie sanitaire liée au Covid-19, lors de laquelle de nombreux chantiers tournent au ralenti voire même sont fermés, il est important de repenser les modes d’organisation du travail dans le secteur de la construction et de réfléchir à l’optimisation des compétences digitales pour permettre au secteur d’être toujours plus performant.

En effet, le Covid-19, phénomène totalement imprévisible, a placé l’industrie du BTP face à une courbe d'apprentissage digitale abrupte. Tout le secteur s’en trouve impacté. Cependant, pour les nombreux travailleurs dans l'impossibilité de se rendre sur leur chantier ou au bureau, perfectionner leurs compétences digitales pendant cette période de confinement peut constituer une véritable opportunité. Agir immédiatement pour accélérer le parcours de transformation digitale aidera l'industrie à combler ses lacunes et se préparer aux tendances qui marqueront les prochaines années, parmi lesquelles la construction durable et le développement des villes intelligentes.

À l'instar de nombreux autres pays, le secteur de la construction française fait face à une pénurie de compétences. Le taux de vacance européen de la construction a augmenté depuis 2009 et le manque de compétences disponibles a une réelle incidence sur les développeurs et les entreprises du bâtiment. Une pénurie de main-d'œuvre peut nuire grandement à la livraison de projets en allongeant les délais nécessaires à leur achèvement et en pesant sur les marges. De surcroît, dans la plupart des pays, la construction n'a pas fondamentalement évolué depuis plus d'un siècle, et ce secteur présente des décennies de retard en termes de transformation digitale. C'est pourquoi, il devient de plus en plus difficile d'attirer et de former une nouvelle génération d'employés.

Comme pour la plupart des pénuries de compétences, il s'agit d'une combinaison de différents facteurs. Dans le secteur de la construction, on compte trois éléments clés :

Fidélisation du personnel : le turnover dans ce secteur est important. Les salariés changent régulièrement d’emploi et d’entreprise. C'est pourquoi les sociétés de construction doivent constamment recruter de nouveaux collaborateurs pour les remplacer. Oui, attirer de nouveaux employés dans ce secteur constitue un défi, car il est souvent perçu comme à la traîne sur le plan technologique.

Personnel vieillissant : en Europe, le nombre d'employés de 25 à 49 ans travaillant dans la construction a diminué de près de 4 % entre 2008 et 2015, tandis que les 50 à 64 ans ont augmenté de 6 %. En raison de la grande proportion de travailleurs de plus de 50 ans sur la plupart des chantiers, on peut s'attendre à de nombreux départs en retraite à brève échéance.

Évolution des compétences : alors que nous dirigeons vers un avenir de construction durable et de villes intelligentes, de nombreuses nouvelles compétences deviennent vitales. Les personnes possédant des connaissances digitales et techniques sont de plus en plus demandées, car les villes intelligentes nécessitent la création d'une « empreinte » digitale ainsi que la capacité à mieux gérer les données. En devenant un secteur axé sur le digital, la construction peut constituer une proposition de carrière attrayante pour des effectifs jeunes parfaitement préparés à pallier la pénurie de compétences. Tandis que la construction évolue en s'orientant vers les villes intelligentes et les méthodes durables, la prochaine génération d'employés dotés de compétences digitales sera cruciale pour développer des bâtiments intégrés plus efficaces. Les compétences de gestion de l'information seront également essentielles : on estime que 80 000 travailleurs devront être formés en France au bâti immobilier modélisé (BIM) rien qu'en 2020.

Prouver que ce secteur est innovant, collaboratif et tourné vers l'avenir le rendra plus attrayant pour les nouveaux entrants, et aidera à pallier la pénurie de compétences avant que la situation ne devienne plus grave à l'avenir. Les "natifs" digitaux souhaitent travailler dans un domaine dynamique, visionnaire et passionnant. C'est pourquoi l'adoption d'outils et de technologies digitales est un moyen de démontrer que ce domaine avance dans la bonne direction. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Vicat valorise les poussières d’une usine

Vicat valorise les poussières d’une usine

Le cimentier a équipé son usine de Montalieu-Vercieu (38) du dispositif CO2ntainer, créé par l’entreprise britannique Carbon8 Systems.Cette installation, qui offre une valorisation alternative aux poussières de cimenterie, est...

Le numéro de novembre est paru

Le numéro de novembre est paru

Lutte finale

Lutte finale

Équerre d’argent 2020 : le palmarès

Équerre d’argent 2020 : le palmarès