Le confort responsable

Sujets relatifs :

PHOTO - 903099.BR.jpg

Bien qu’encore largement minoritaire, le marché des isolants biosourcés bénéficie désormais d’une offre diversifiée de produits largement certifiés et validés par des avis techniques. Autant de nouveaux leviers pour développer ce segment en devenir.

Les isolants biosourcés désignent, selon l’arrêté du 19 décembre 2012 relatif au label « bâtiment biosourcé », des matériaux issus de la biomasse végétale ou animale. Ils regroupent des produits à base de fibres de bois, chanvre, lin, liège, ouate de cellulose, textile recyclé, laine de mouton, plumes… Utilisés depuis longtemps pour certains d’entre eux, leur véritable développement en France a débuté à la fin des années 90 par la réimplantation de la culture du chanvre, dont la fibre très prisée pendant des siècles par la marine avait été oubliée. Un marché s’est peu à peu mis en place, à l’origine tourné vers les seules constructions en bois ou les maisons écologiques, et qui touche aujourd’hui le logement collectif, les bureaux, les établissements scolaires… Représentant 8 à 10 % du marché français de l’isolation, il est soutenu dans les textes par la nouvelle loi sur la transition énergétique pour la croissance verte et le futur projet de loi sur la biodiversité.

Pour autant, quelques freins existent encore. Parmi eux, un coût de 10 à 15 % plus élevé, des habitudes de construction et la position dominante des isolants dits traditionnels. Une situation qui évolue avec la structuration d’une filière isolants biosourcés désormais bien avancée. Les gammes des fabricants se sont diversifiées (produits en vrac, rouleaux et panneaux), et nombre d’outils industriels ont été développés pour répondre à des critères de qualité et de coût.

« Puits de carbone »

En outre, ces isolants sont mieux connus. Leurs principaux atouts se situent sous l’angle environnemental, avec un très bon bilan carbone qui en fait des matériaux « puits de carbone » et le recours à des ressources renouvelables ou recyclées, même si la plupart intègrent, en faible proportion, des agents antifongiques et ignifuges, ainsi que des liants synthétiques (panneaux et rouleaux). Sur le plan thermique, leur performance se valent, avec une conductivité ? comprise entre 0,036 et 0,048 W/(m.K), en accord avec les exigences de la RT2012, et rivalisent avec les autres offres du marché. Ils sont aussi capables de déphasage thermique important (jusqu’à trois fois plus qu’une laine de verre classique), une propriété intéressante en été, notamment dans les combles. En outre, certains produits améliorent le confort acoustique, et ce sont aussi des matériaux ouverts à la vapeur d’eau qui participent à la régulation hygrométrique des bâtiments, une propriété intéressante en rénovation. Enfin, ils sont dotés d’une bonne durabilité dans le temps.

Une matière première principalement issue des végétaux

Parmi les isolants biosourcés, ceux d’origine animale, à base de laine de mouton ou de plumes, sont aujourd’hui sous représentés en France, où ils se réduisent à quelques productions locales. Largement majoritaires, les isolants végétaux regroupent des produits dérivés du bois - tels que les fibres de bois, fibragglos, copeaux de bois ou liège expansé -, des matériaux issus de cultures - principalement le chanvre ou le lin -, et, enfin, des produits provenant de filière de récupération comme la ouate de cellulose et le textile recyclé.

Le bois domine le marché

Les produits à base de fibre de bois représentent la part la plus importante de l’offre « bois », mais également du marché des biosourcés dans son ensemble. Ce sont des matières performantes sur les plans thermique et acoustique, capables d’absorber jusqu’à 15 % d’humidité sans perdre leurs propriétés isolantes et dont la polyvalence leur ouvre les portes de nombreux chantiers. La matière première provient du recyclage des chutes des scieries. Les bois, essentiellement résineux, sont défibrés par un procédé réalisé le plus souvent à sec ou par voie humide. Si les fibres peuvent être utilisées en vrac, elles sont majoritairement transformées en panneaux ou en rouleaux via l’utilisation de liants à hauteur de 7 à 10 %. Certains fabricants ont remplacé les fibres polyester par des substances plus respectueuses de l’environnement, à base de polyoléfine, qui autorisent le compostage et le recyclage des produits. En outre, les fibres sont souvent additionnées d’agents ignifugeants pour améliorer leurs caractéristiques. À noter que la plupart des produits sont classés E ou F, ce qui autorise leur mise en œuvre dans tous les types de bâtiments sous réserve de respecter les préconisations de la réglementation incendie.
Sur le marché, les principaux fabricants sont Buitex, Gutex, Homatherm, Pavatex et Steico, qui réalisent des produits semi-rigides (densité de l’ordre de 40 à 60 kg/m3) à rigides (110 à 240 kg/m3), avec des possibilités de découpage, de rainurage et de marquage permettant de couvrir des applications multiples en murs, toitures et planchers. Du fait de leur souplesse, les semi-rigides sont utilisés pour remplir les espaces vides entre chevrons, solives et ossatures bois, tandis que les rigides servent à la réalisation de support d’enduit ou de bardage en ITE, de sous-toiture, de caissons ou de renforts acoustiques. Un traitement hydrophobe dans la masse, par ajout de 1 à 1,5 % de paraffine permet à certains d’assurer des fonctions de pare-pluie.

Les multiples intérêts du chanvre

Parmi les matériaux d’origine végétale, les isolants à base de chanvre utilisent une ressource renouvelable annuellement, issue de cultures courtes, nécessitant peu ou pas d’intrants et d’eau et participant au maintien de la richesse des sols. De même que les produits dérivés du bois, ils bénéficient de bonnes capacités thermiques, avec un déphasage de huit à onze heures en épaisseur de 20 cm. Ce sont également des produits perméants et régulateurs de l’hygrométrie.
En France, la société Cavac Biomatériaux, filiale de la coopérative agricole Cavac, occupe largement le terrain devant d’autres industriels, comme Thermonatur, Valtech ou Technichanvre. De même que pour le bois, la paille de chanvre fait l’objet d’un défibrage mécanique suivi d’un nappage au cours duquel les fibres naturelles sont agglomérées avec un liant synthétique, généralement à base de polyester ou de polyéthylène. Des liants naturels à base d’amidon de maïs ou de suc de betterave, plus chers, sont proposés en option. Peu dégradables et résistantes à l’humidité, les fibres reçoivent un traitement fongicide de principe (0,2 % de leur masse) pour prétendre à un Avis technique. Elles peuvent également faire l’objet d’un traitement de protection au feu et doivent être abritées derrière un parement coupe-feu. L’offre des fabricants comprend des produits semi-rigides, rigides ou en vrac. Dans certaines productions, le chanvre est par ailleurs combiné à d’autres matériaux afin d’optimiser son rapport qualité/prix. Il en est ainsi du Biofib’Trio de Cavac Biomatériaux, un isolant souple (30 kg/m3) qui associe des fibres de chanvre, de lin et de coton, ou encore du Thermo-Chanvre Combi-Jute de ThermoNatur, qui contient environ deux tiers de fibre de chanvre et un tiers de fibre de jute recyclée.

Coton et cellulose affûtent leurs arguments

Au nombre des isolants issus du recyclage, les produits obtenus à partir de textile recyclé, à majorité coton, sont notamment commercialisés en France par Le Relais. La société assure la collecte et le tri de vêtements sur le territoire et produit des isolants en vrac, panneau ou rouleau (Métisse) dont la mise en œuvre émet peu de poussières. La sécurité contre le feu est améliorée par des retardateurs de flamme non halogénés, composés de phosphore et d’azote.
La ouate de cellulose, elle, est proposée par des sociétés comme Isocell, Isofloc, Igloo ou Efyos (Soprema). De même que le textile recyclé, elle contribue à l’isolation acoustique des constructions. Destinée à être utilisée en vrac, ou en panneau chez quelques fabricants, elle est obtenue à partir de papier journal recyclé, défibré, broyé et adjuvanté de produits anticryptogamiques et d’acide borique améliorant le comportement au feu.
Face à la prééminence des isolants traditionnels, toutes ces filières cherchent à faire évoluer leur process afin de réduire les coûts de production, limiter les traitements ou utiliser des produits en accord avec la nature biosourcée des isolants. Les fabricants tendent également à diversifier leur gamme, pour répondre notamment à la problématique de la rénovation ou de l’isolation par l’extérieur, et proposer des solutions facilitant le travail des poseurs. La plupart des gammes avancent en outre sur la certification Acermi ou Keymark, ainsi que sur les procédures d’Avis technique ou d’agrément européen, bien qu’il s’agisse de démarches lourdes et coûteuses pour les petites structures. À noter que les produits végétaux sont représentés depuis 2009 par l’Association syndicale des industriels de l’isolation végétale (Asiv) et qu’ils sont aujourd’hui distribués via les négoces de bâtiment, de bois, les magasins de produits écoresponsables et certaines grandes enseignes de bricolage. 

Principaux fabricants

Principales gammes

Filière*

Type

Masse volumique (kg/m3)

Capacité thermique c (J/kg.K)

Conductivité thermique ? (W/m.K)

Épaisseur (mm)

Déphasage (h)

Résistance à la diffusion de vapeur d’eau ?

Perméabilité à la vapeur d’eau Sd (m)

Réaction au feu

Certifications et labels

Spécificités

Domaine d’utilisation

Aliecor

Snic Isolation

L

Isolant rigide en panneau (1 x 0,50 m)

95 à 110

1 670 à 1 920

0,04

20 à 300

12 h en 220 mm d’ép.

0,8 à 2,2

1,5 en 100 mm d’épaisseur

E

Certifié Acermi et NaturePlus, émissions COV : A+

Liège aggloméré expansé naturel,
rainurage à partir de 40 mm d’épaisseur

Isolation thermique et phonique pour ITI et ITE avec enduit ou bardage

Buitex

Isonat Plus 55 Flex H

L

Isolant semi-rigide en panneau (1,22 x 0,58/0,60 m)

55

2 100

0,036

40 à 200

1h38 à 8h13

? 2

0,08 à 0,40

Non classé

Avis technique du CSTB, certifié Acermi

90 % fibre de bois + 10 % fibre textile (polyester recyclé) + traitement ignifuge (sel minéral azoté)

ITI, isolation cloisons, sous-toiture, combles, plancher entre solives

Isonat Cotonwool

B

Isolant en vrac à souffler

10 à 15

1 600

0,042

210 à 507 (après tassement)

-

1 à 2

-

F

Avis technique du CSTB, certifié Acermi, émissions COV : A+

90 % textile recyclé à majorité coton + 10 % traitement ignifuge (sel minéral azoté) et antifongique

Isolation de combles perdus, planchers entre solives

Cavac Biomatériaux

Biofib’Chanvre

Ch

Isolant semi-rigide en panneau (1,25 x 0,60/0,575 m) ou rouleau (3,4 x 0,60 m)

40 (panneau)
30 (rouleau)

1 800

0,040

45 à 200

1,5 à 6

1

0,05 à 0,20

F (non testé)

Émissions COV : A+

90 % fibre de chanvre + 10 % liant polyester (amidon de maïs en option) + 0,2 % traitement fongicide

Combles aménagés ou non, doublage de murs, ITI, cloisons, plafonds et planchers, MOB (largeur spéciale 575 mm), ITE

Biofib’Trio

Ch/Lin/T

Isolant semi-rigide en panneau (1,25 x 0,60 m) ou rouleau (3,4 x 0,60 m)

30

1 800

0,039

45 à 200

-

? 2

0,07 à 0,30

F (non testé)

Émissions COV : A +, certifié Acermi, avis technique du CSTB, FDES

92 % fibres végétales (chanvre, lin et coton) + 8 % liant polyester + 0,2 % traitement fongicide

Combles aménagés ou non, doublage de murs, ITI, cloisons, plafonds et planchers, MOB (largeur spéciale 575 mm), ITE

Efyos

UniverCell

O

Isolant souple en vrac ou panneau (1,20 x 0,60 m)

28 à 60

0,039 à 0,042

45 à 140

M1

Certifié Acermi, avis technique du CSTB, FDES

Vrac : ouate de cellulose et moins de 5 % d’acide borique Panneau : 65 % ouate de cellulose + 20 % fibres textiles à majorité coton recyclé + 15 % fibre thermofusible

Isolation en rampants de couverture, murs et cloisons de distribution

Étoile du berger

Laine de mouton

A

Isolant souple en rouleau (1,85 ou 0,615x 10 m) ou en vrac

12,5

0,040

80 à 120

1 à 2

Laine de mouton traitée antimites, fongicide et ignifuge, 15 % de fibre polyester

Gutex

Thermofibre

B

Isolant en vrac à insuffler

35 (densité d’insufflation)

2 100

0,039

-

-

1 à 2

-

E

Certifié NaturePlus

Fibre de sapin et d’épicéa non traitée

Isolation entre montants en bois pour parois intérieures et extérieures, entre chevrons, plafonds, cloisons séparatives

Thermoflex

B

Isolant en panneau (1,2 x 0,575 m)

50

2 100

0,038

40 à 240

-

1 à 2

0,08 à 0,48

E

Fibre de bois résineux avec liant polyoléfine et agent d’ignifugation (polyphosphate d’ammonium)

Isolation entre chevrons pour parois intérieures et extérieures, MOB, plafonds, cloisons séparatives

Homatherm

HolzFlex

B

Isolant souple en panneau (1,22 x 0,58 m)

50

2 100

0,039

30 à 200

3

E

Certifié Acermi et NaturePlus, bois PEFC

Fibre de bois + 7 % de fibre de polyoléfine + 8 % polyphosphate d’ammonium

Isolation entre chevrons, compartiment de cloisons dans les structures à ossature bois et panneaux bois, isolation de plafond à solives et plancher

EnergyPlus comfort

B

Isolant rigide en panneau hydrofugé

185

2 100

0,048

22 à 160

3

E

Avis technique du CSTB, certifié Acermi et NaturePlus, bois PEFC, émissions COV : A+

Fibre de bois + 4 % encollage PMDI + 1 % paraffine, panneau à rainure et languette

Isolant support d’enduit pour ITE

Isocell

Isocell

O

Isolant en vrac à souffler ou insuffler

28 à 40

2110

0,039

1

E (40 à 100 mm d’ép.), B-s2 (au-delà de 100 mm d’ép.)

Avis technique du CSTB, certifié Acermi, émissions COV : A+

Ouate de cellulose : 90 % fibre de papier journal + 10 % composants minéraux d’acide borique

Isolation de combles perdus et remplissage de caissons de murs, toitures ou planchers, amélioration de l’isolation acoustique

Isofloc

Isofloc LF

O

Isolant en vrac à souffler ou insuffler

25 à 45 (soufflage)
45 à 60 (insufflation)

0,040 (soufflage) 0,042 (insufflation)

55 à 475 (soufflage), 50 à 450 (insufflation)

1

B-s2, d0 de 26 à 60 kg/m3

Avis technique du CSTB, certifié Acermi, émissions COV : A

Ouate de cellulose : 92 % fibre de papier journal + 8 % additifs (sels de métaux légers et acide borique)

Isolation de combles perdus et remplissage de caissons de murs, toitures ou planchers, amélioration de l’isolation acoustique

Le Relais

Métisse RT

T

Isolant en panneau ou rouleau (largeur 0,6 m)

1 600

0,039

50 à 200 mm en panneau, 50 à 120 en rouleau

6 à 8 h

E

Avis technique du CSTB et ATE, certifié Acermi, FDES

85 % coton recyclé + 15 % liant polyester + traitement à cœur avec des adjuvants ignifuges, antifongiques et antibactériens (1 %)

Isolation thermoacoustique en murs, sous-toitures et planchers

Métisse Flocon

T

Isolant en vrac à souffler

15

1 600

0,039

141 à 376 (après tassement)

1 à 2

E

Avis technique du CSTB, certifié Acermi, FDES

100 % coton recyclé + traitement à cœur avec des adjuvants ignifuges, antifongiques et antibactériens (1 %)

Isolation de combles perdus

Pavatex

Pavatherm-Combi

B

Isolant rigide hydrofugé en panneau (1,80 x 0,58 m)

145

2 100

0,041

40 à 200

3

E

Certifié Keymark, émissions COV : A+

95,5 % fibre de bois + 0,5 % paraffine + 4 % polyurée + polymère concentré aqueux et produit antifeu, chant à rainure et languette

Isolation pour toitures et façades avec pose directe sur chevrons, isolation rigide pour façades ventilées, isolation sous les chevrons

Isolair

B

Isolant rigide en panneau (2,50 x 0,77 m)

240 (épaisseur 20 mm) • 200 (ép. 36 à 60 mm)

2 100

0,047

20 à 60

3 à 5

E

Certifié Keymark, Acermi et NaturePlus, émissions COV : A+

95,16% fibre de bois + 0,7 % paraffine + 4 % polyurée + 0,14 % polymère concentré aqueux et produit antifeu, chants à rainure et languette

Isolant rigide de sous-toitures coupe-vent et pare-pluie, isolation phonique renforcée

Steico

SteicoFlex F

B

Isolant semi-rigide en panneau (1,22 x 0,365/0,575/0,6 m)

50

2 100

0,038

40 à 200

-

2

0,08 à 0,40

E

Certifié Acermi, bois PEFC, émissions COV : A+

Fibre de bois, fibres de polyoléfines, sulfate d’ammonium

Isolation flexible pour toitures, murs et planchers entre structure, chevrons ou solives. Isolation de cloison, ITI

Steico Therm Dry

B

Isolant rigide (1,35 ou 1,88 m x 0,6 m)

110

2 100

0,039

40 à 300

3

0,12 à 0,90

E

Certifié Acermi, bois FSC, émissions COV : A+

Fibre de bois, résine polyuréthane, paraffine, panneau à chants droits, feuillures ou rainure et languette

Isolation de toitures sur support continu par méthode sarking, ITE, réalisation de caissons pour insufflation de fibre de bois en vrac

Technichanvre

Technilaine

Ch

Isolant souple en rouleau (2 x 3/3,5/5/6 m) ou panneau (1,20 x 0,60 m)

25 à 80

1 370 (en 25 kg/m3)

0,040

45 à 200

4h15 en ép. 20 cm et 25 kg/m3

1

F

85 % fibre de chanvre + 15 % liant polyester

Isolation de toitures, combles perdus, murs, cloisons, planchers, ossature bois

ThermoNatur

Thermo-Chanvre Combi-Jute

Ch/J

Isolant souple en panneau (1,20 x 0,58 ou 0,625 m ; 2,40 x 1 m)

28 à 46

2 300

0,040

30 à 220

1 à 2

E

Avis technique européen,
certifié NaturePlus

60 à 70 % fibre de chanvre + 20 à 25 % fibre de jute + 8 à 10 % de fibre de polyéthylène + 2 à 5 % de carbonate de sodium

Isolation entre chevrons, sur ou sous.
Isolation plafonds, murs en ITI et ITE avec lame d’air

Valtech

Valnat chanvre

Ch

Isolant semi-rigide en panneau (1,20 x 0,60 m)

40

1 800

0,040

45 à 200

-

1

-

F (non testé)

Émissions COV : A +, en cours de certification Qualité Matériaux biosourcés

90 % de chanvre + 10 % liant polyester (+-2%)

ITI, ITE, combles aménageables, combles perdus, toitures

* Filière : A (animale), B (bois), Ch (chanvre), J (jute), L (liège), Lin (lin), O (ouate de cellulose), T (textile) Tableau non-exhaustif réalisé en fonction de la base Bâtiproduits et des réponses des fabricants

N°352

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°352

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Aquarel empile ses bureaux en porte-à-faux

Aquarel empile ses bureaux en porte-à-faux

La morphologie particulière de ce bâtiment a nécessité la mise en œuvre de deux techniques atypiques de reprise des porte-à-faux. Situé en bordure de Seine et en face du parc de l'île[…]

22/06/2017 | Gros oeuvreChantier
Chauffe-eau thermodynamique : un produit plébiscité en maison neuve

Enquête

Chauffe-eau thermodynamique : un produit plébiscité en maison neuve

Unéole primée à Monaco pour son éolienne de toiture

Unéole primée à Monaco pour son éolienne de toiture

ISH 2017 : la sélection salle de bains

Diaporama

ISH 2017 : la sélection salle de bains

Plus d'articles