Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Le bois et le biosourcé en route pour les JO 2024

Stéphanie Obadia

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le bois et le biosourcé en route pour les JO 2024

Les signataires du contrat de filière bois, le 16 novembre.

Vendredi 16 novembre, le Gouvernement a annoncé un plan d’action interministériel et a signé un nouveau contrat de filière pour 2018-2020. Trois projets structurants ont été définis dont inscrire le bois et le biosourcé dans les JO 2024.

Le deuxième contrat stratégique de la filière bois a été signé vendredi 16 novembre entre le Comité stratégique de filière bois (CSF Bois) et quatre ministères (Agriculture, Cohésion des territoires, Transition écologique, Économie). Outre la relance de la filière bois en France et la mise en place de 18 actions prioritaires, ce nouveau contrat met en place trois « projets structurants ». Parmi eux, il est question de réaliser de manière exemplaire les ouvrages olympiques et paralympiques des JO Paris 2024 avec les solutions constructives et des aménagements en bois. Ceci afin de  participer à l’objectif de diminution de 55 % de bilan carbone global des Jeux, soit réduire de 30 % les niveaux d’émissions de GES pour la construction des futurs ouvrages olympiques par rapport aux derniers Jeux de Londres.

L’État assurera un cadre juridique introduisant pour les performances attendues des constructions neuves de nouveaux critères considérant le stockage du carbone et le recours aux matériaux biosourcés d’origine renouvelable. Pour Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, « les JO 2024 seront la vitrine du savoir-faire français des industries du bois et de l’alimentation ». Le consortium France Bois 2024, ainsi que les différentes commissions techniques ont été mis en place. Reste à identifier le potentiel d’offre et de services des entreprises de la filière bois et biosourcés. Effectivement, l’ambition de ce projet collectif sera « d’identifier et partager, les solutions constructives bois efficaces (écologie, économie) pouvant répondre au cahier des charges de la Solideo, principal prescripteur de la construction/aménagement des JO 2024. Et de mettre à disposition des entreprises des solutions outils et plateformes les aidant à agréger leurs offres à venir de produits et des services », précise Dominique Weber, vice-président d’Adivbois.

Zoom sur le confort et les entreprises

Les deux autres projets consistent d’une part à positionner une offre française sur l’aménagement intérieur et le confort, la ville de demain, l’urbanisme vert, la qualité de vie (santé et sport) et le luxe. Et d’autre part à accompagner l’élévation des compétences dans les entreprises de la filière par l’évolution des compétences et développer la croissance des entreprises à travers un dispositif spécifique « accélérateurs PME filière bois ». Un objectif de 30 chefs d’entreprises pour la première promotion a été fixé.
Ce contrat scelle une nouvelle alliance entre la filière et l’État pour accompagnement notamment le développement de la filière, valoriser et mobiliser la ressource des approvisionnements et développer le bois dans la construction, la rénovation et l’agencement. Pour Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, «dans le cadre de notre action pour l’environnement et le climat, le bois est un élément central, qui doit être valorisé sous tous ses usages. C’est notre première source d’énergie renouvelable, un matériau de construction écologique et bas-carbone, qui s’appuie sur l’économie circulaire et locale. Sans une filière forte, nous ne parviendrons pas à limiter le réchauffement climatique à 2°C, je me réjouis donc de la signature de ce contrat de filière qui marque une étape dans la construction d’ambitieux projets communs».


Le bilan carbone d’un bâtiment ou d’une infrastructure est désormais un enjeu majeur. La loi Élan, dont la ratification est imminente, va introduire pour la première fois le paramètre « stockage du carbone » dans les critères de performance environnementale de la future réglementation 2020 du bâtiment neuf.  Le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, présent également lors de la signature, entend ainsi s’adresser aux aménageurs publics pour contribuer à développer des objectifs de plus forte proportion de bois dans la construction.

Nous vous recommandons

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

À l’occasion du SIMI, Georges-Henri Florentin, directeur général de l’Institut Technologique FCBA, et Laurent Girometti, directeur général d’EpaMarne/EpaFrance ont signé un partenariat[…]

07/12/2018 | ActualitéEnvironnement
Premières rénovations Bas Carbone BBCA

Premières rénovations Bas Carbone BBCA

Terrasses et platelages extérieurs bois (2/2) - Des origines variées

Enquête

Terrasses et platelages extérieurs bois (2/2) - Des origines variées

Terrasses et platelages extérieurs bois (1/2) - La simplicité à composantes multiples

Terrasses et platelages extérieurs bois (1/2) - La simplicité à composantes multiples

Plus d'articles