Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Le bois atteint la moyenne hauteur

Jonas Tophoven

Sujets relatifs :

,
Le bois atteint la moyenne hauteur

Construction de la tour Green Office Enjoy sur la ZAC Batignolles (Paris XVIIe).

© Luc Boegly

Le match mondial de la construction bois en hauteur fait parfois oublier à quel point le développement du marché de la moyenne hauteur, notamment tertiaire, est devenu exponentiel, tout particulièrement en France.

Lorsque Frank Mathis, dirigeant de l'entreprise du même nom et président de l'Association pour le développement des immeubles à vivre en bois (AdivBois), lance, fin 2012, son idée de tours en bois pensées comme objets d'innovation, il ne part pas de rien. À Londres, un immeuble d'habitation tout en CLT atteint alors la hauteur record de dix étages, en passe d'être battue d'un petit étage à Melbourne. Toujours en CLT, le Toit vosgien et l'agence ASP ont réalisé, à Saint-Dié-des-Vosges (88), la prouesse d'atteindre huit étages en logement social dès 2007 - avec isolation en paille de surcroît. À Paris, l'agence Lipsky et Rollet travaille avec la Scop Gaujard sur un bâtiment en bois de même hauteur, la Maison de l'Inde (Paris XIVe). De son côté, Mathis planche avec l'agence Fassio-Viaud, depuis 2009, sur un immense bâtiment de bureaux R+7 à Saint-Denis (93), livré finalement dix ans plus tard et baptisé Pulse (lire p. 18).

L'extension en bois au centre de l'immeuble Aquarel, à Issy-les-Moulineaux (92), est sans doute le démonstrateur le plus significatif de la construction bois moyenne hauteur d'aujourd'hui.

Le mirage des IGH bois

Toutefois, l'objet d'innovation de Frank Mathis est censé dépasser largement les huit niveaux, la jauge étant placée à quinze étages et plus. Des démonstrateurs doivent ainsi s'élever dans le cadre de la démarche AdivBois et faciliter dans la foulée la réalisation d'ouvrages de moyenne hauteur, selon la règle de « qui peut le plus, peut le moins ».

En réalité, les choses ne se sont pas passées comme ça. Certes, à l'échelle internationale, les tours en bois ont progressivement grimpé jusqu'à atteindre 80 mètres avec la tour Mjøsa en Norvège. Ces avancées sont intéressantes et stimulantes, mais pas transposables telles quelles en France, notamment à cause du cadre réglementaire au sens large. Dans l'Hexagone, six[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°377

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Panneaux solaires hybrides, la quête du rendement

Panneaux solaires hybrides, la quête du rendement

Avec moins d'encombrement et un meilleur rendement, les solutions solaires de production d'électricité et de chaleur ont le vent en poupe. Mais leur pertinence économique face au photovoltaïque seul n'est[…]

02/07/2019 | ChantierTechnipédia
Recyclage et industrie : rien ne se perd, tout se transforme

Recyclage et industrie : rien ne se perd, tout se transforme

Façades changeantes (1/2) - Quand le bâtiment a bonne mine

Façades changeantes (1/2) - Quand le bâtiment a bonne mine

Façades changeantes (2/2) - Vous avez dit fa(ça)des ?

Façades changeantes (2/2) - Vous avez dit fa(ça)des ?

Plus d'articles