Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

La Sainte-Chapelle retrouve ses couleurs d’origine

Sujets relatifs :

La Sainte-Chapelle retrouve ses couleurs d’origine

Troisième monument le plus visité de Paris, la Sainte-Chapelle du Palais de la Cité sera entièrement restaurée d’ici à 2013. La fondation Velux et le Centre des monuments nationaux viennent de signer une convention pour restaurer cinq verrières de la façade nord et de l’abside, victimes de la pollution à l’extérieur et de la condensation à l’intérieur. Il s’agit de restaurer l’ensemble que forment les vitraux peints au xiiie siècle à la grisaille (1), les réseaux de plomb qui forment des panneaux de formes très diverses et les barlotières, ainsi que les barres en fer forgé qui tiennent les panneaux en place. Encrassés et obscurcis, les vitraux ont aussi été recouverts d’un vernis gras pour les protéger, mais qui a altéré les grisailles à l’intérieur. Lors du nettoyage, les verres sont examinés, datés et recollés si nécessaires. La remise en plomb est effectuée à la fin et respecte les gabarits d’origine. Afin d’éviter la condensation, la Commission supérieure des monuments historiques a décidé de créer une verrière de doublage pour pérenniser les travaux de restauration. Installée sur l’extérieur, elle devait initialement intégrer des reproductions des vitraux et de nouvelles barlotières. Malheureusement, cette réalisation présentait l’inconvénient de dissimuler les barlotières d’origine (xiiie siècle) qui constituent un fabuleux témoignage du savoir-faire de l’époque. Afin de laisser la possibilité d’admirer ces éléments, il a été décidé de déposer les vitraux anciens pour les maintenir par une structure neuve à l’intérieur de l’édifice et de mettre des reproductions des vitraux sur les barlotières d’origine afin de les voir depuis l’extérieur. Enchâssée dans les barlotières du xiiie, la verrière de doublage sera maintenue par des feuillards clavetés. Côté intérieur, la verrière ancienne sera posée sur ses nouvelles structures. La campagne qui s’engage parachève une longue chaine d’interventions débutée dans les années 70 avec les vitraux de la façade sud et la rosace. Le coût total est estimé à 10 millions d’euros, répartis à égalité entre la fondation Velux et le Centre des monuments nationaux.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°281

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

BAU 2019 : gros œuvre et isolation thermique

BAU 2019 : gros œuvre et isolation thermique

Pas de rupture technologique, mais des améliorations continues pour construire ou réhabiliter plus vite et mieux. Jeudi 17 janvier au matin, nous avons entamé l’exploration des halls A du salon BAU 2019. Ils sont[…]

18/01/2019 | IsolationActualité
"Grâce à L'IA, nous passerons du smart building à la smart city" - GA SmartBuilding (8/21)

"Grâce à L'IA, nous passerons du smart building à la smart city" - GA SmartBuilding (8/21)

 "Les géomètres-experts et le bornage: antisèche pour le président de la République"

"Les géomètres-experts et le bornage: antisèche pour le président de la République"

Bureau Veritas étoffe ses services liés à la performance énergétique

Bureau Veritas étoffe ses services liés à la performance énergétique

Plus d'articles