Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Reportage

La Réunion, territoire d'expérimentation et de production

La Réunion, territoire d'expérimentation et de production

© Stéphanie Obadia

Solaire, eaux profondes, forêt urbaine, ressources locales, bioclimatisme, recherches expérimentales… L'île de La Réunion multiplie les projets pour atteindre d'ambitieux objectifs en termes d'autonomie énergétique.

L'objectif est on ne peut plus clair : « Nous visons le 100 % d'énergies renouvelables dans le mix électrique en 2030, avec une répartition équilibrée entre biomasse, solaire, hydraulique et éolien », explique Alin Guezello, conseiller régional en charge de l'énergie. Photovoltaïque, énergie marine, géothermie, hydroélectricité, éolien terrestre et valorisation énergétique des déchets… Toutes les pistes sont encouragées, testées, développées et les efforts paient : la région Réunion est aujourd'hui celle qui produit le plus d'électricité à partir d'énergies renouvelables. En 2016, sa production annuelle (2 943,6 GWh) est réalisée avec 34 % de renouvelables. Un bon score, même si les 66 % restants proviennent d'énergies fossiles importées. Majoritairement du charbon (39 %, soit 1 138,3 GWh), mais aussi du fioul, de l'essence et du gaz. Et pour cause, l'île, en tant que ZNI (Zone non interconnectée), n'est pas reliée au réseau continental des centrales nucléaires françaises.

Vers un cadastre solaire

Cet enjeu stratégique s'inscrit dans le droit fil de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte de 2015, qui vise, pour les DOM, un seuil de 50 % de l'énergie consommée à partir de sources renouvelables en 2020 et, donc, à l'horizon 2030, une autonomie énergétique. « Les objectifs pour la partie électrique sont très ambitieux, mais réfléchis et partagés par l'ensemble des acteurs de la Gouvernance de l' énergie, rassure Pierre-Yves Ezavin, directeur technique de SPL Énergies, une entité créée en juillet 2013 qui accompagne les collectivités dans le développement de projets énergétiques. Nous les avons présentés au secrétaire d 'État, Sébastien Lecornu, en visite en juin, qui mise fortement sur le solaire. » D'ailleurs, lors de sa visite, le lancement d'une étude sur le patrimoine bâti des entreprises et des particuliers a été annoncé. Il s'agit d'un « cadastre solaire, une sorte de cartographie des bâtiments, toitures et parcelles non-bâties et non-agricoles disponibles pouvant accueillir des panneaux photovoltaïques », détaille Alin Guezello.

Depuis, dans le contexte du débat sur la programmation pluriannuelle pour l'énergie (PPE), le secrétaire d'État a lancé le plan « Place au solaire », qui se veut une mobilisation générale pour le photovoltaïque et le solaire thermique. Ainsi, les prévisions pluriannuelles pour La Réunion visent une augmentation à échéance 2023 de 63 MW/an pour le photovoltaïque (y compris en autoconsommation) et une augmentation de 58,5 MW/an en photovoltaïque et stockage. De nouveaux appels d'offres de la Commission de régulation de l'énergie seront bientôt ouverts dans le cadre des objectifs de la PPE.

Le photovoltaïque décolle à La Réunion


La Région octroie aux particuliers ou aux agriculteurs une prime de 3 000 à 6 000 € pour l'achat d'une centrale PV d'une puissance de 1 à 9 kWc.

Depuis le début des années 2010, le photovoltaïque a, en effet, pris une place grandissante dans l'île. Avec une production de 186,4 MW, et 44 000 panneaux installés, il représente près de 10 % du mix énergétique réunionnais. Un chiffre encourageant, mais loin du potentiel estimé entre 800 et 1 000 MW et visé pour 2030 par le conseil régional. Cela étant, le territoire constitue la région française qui compte le plus d'installations PV. « Le photovoltaïque a décollé à La Réunion entre 2006 et 2011 », note Charly Bell, dirigeant de Solar Trade, société spécialisée dans les solutions photovoltaïques en autoconsommation. Selon lui, « la baisse du coût des équipements photovoltaïques permet aujourd'hui d'atteindre la parité réseau, avec un prix de revient client de 0,07 € par kilowatt/heure solaire, sans stockage ». L'île a, par ailleurs, développé très tôt des[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°374

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

La construction face au virage tech

La construction face au virage tech

Quels sont les bâtiments par lesquels la révolution des usages promise par les technologies du smart pourrait s'opérer ? Et moyennant quelles adaptations ? L'Observatoire de la construction tech se penche sur ces[…]

22/03/2019 |
Lepir, pour le meilleur

Lepir, pour le meilleur

Ascenseur pour la Dame de fer

Ascenseur pour la Dame de fer

Semaine des Ateliers Design 2018

Semaine des Ateliers Design 2018

Plus d'articles