Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Dossier

La renaissance du 52 Champs-Élysées

La renaissance du 52 Champs-Élysées

Dans ce qui était le hall de l'ancienne banque, les revêtements en marbre, vases monumentaux et mains courantes en laiton ont été sauvegardés et remis en état, la verrière d'origine redécouverte.

© Jean-Philippe Mesguen/PCA Architecture

Deux années d'interventions de démolition-reconstruction et d'opérations minutieuses sur les façades et les aménagements intérieurs redonnent à cet édifice fluidité de fonctionnement et modernité.

Ancien siège parisien de la National City Bank of New-York construit au début des années 30, ayant un temps abrité un Prisunic, un cinéma puis le Virgin Megastore, l'immeuble du 52 avenue des Champs-Élysées achève sa transformation à l'issue d'une réhabilitation lourde. Le projet conçu par l'architecte Philippe Chiambaretta (PCA-Stream) superpose trois programmes distincts et autonomes dans un décor d'époque : des espaces commerciaux, comprenant des boutiques sur rue (5 000 m 2 ) et une coque de 10 000 m 2 aménagée du R+1 au R+2 pour Les Galeries Lafayette ; 10 000 m 2 de bureaux répartis du R+3 au R+6 et loués à la maison Chanel ; ainsi qu'un restaurant en toiture. S'il n'était pas classé, le bâtiment disposait d'éléments patrimoniaux remarquables, à commencer par ses façades monumentales, son volume d'accueil en triple hauteur.


Après réaménagement de son pavillon d'agrément, masquage des équipements techniques et création de dessertes verticales, la toiture accueillera un restaurant. Les menuiseries des étages inférieurs, accueillant des bureaux, ont été changées pour gagner en performance.

Réinventer et restaurer

Les choix de restauration menés au titre du PLU ont fait l'objet de discussions entre l'équipe de maîtrise d'œuvre, les Architectes des bâtiments de France (ABF) et les services de la Ville de Paris. « Il y a toujours des compromis à trouver dans un projet de reconversion car il difficile de tout sauver, argumente Philippe Chiambaretta. C'est pourquoi on doit définir ensemble ce qui essentiel et ce qui ne l'est pas. » Les interventions les plus lourdes ont consisté à redonner de la cohérence et de la fonctionnalité aux surfaces commerciales et à leurs zones d'entreposage en sous-sol. La coque principale a été agrandie en gagnant un étage sur la partie bureaux. Ses trois niveaux ont été partiellement démolis pour[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°372

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

TenCate GeoClean, dépolluer les eaux des hydrocarbures

TenCate GeoClean, dépolluer les eaux des hydrocarbures

TenCate Geosynthetics lance aujourd'hui TenCate GeoClean, un aquatextile en structure poreuse tridimensionnelle non-tissée qui fixe et élimine naturellement les hydrocarbures des eaux de ruissellement et[…]

13/11/2018 | ActualitéInnovation
Présentation des Prix AMO 2018

Présentation des Prix AMO 2018

Le bois massif aux airs de bambou

Le bois massif aux airs de bambou

VMC double flux (1/2) - La réglementation tire les performances vers le haut

Enquête

VMC double flux (1/2) - La réglementation tire les performances vers le haut

Plus d'articles