Publi-rédactionnel

La RE2020 : une nouvelle façon d’évaluer le bâtiment

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La RE2020 : une nouvelle façon d’évaluer le bâtiment

La RE2020 est entrée en application en janvier 2022 pour les logements neufs. Il s'agit d'une réglementation environnementale qui remplace la RT 2012 et concerne tous les types de bâtiments. Elle a pour but de contribuer à atteindre la neutralité carbone en limitant notamment le recours au chauffage et à la climatisation.

 

Les différences entre la RE2020 et la RT 2012

La RE2020 est une réglementation qui impose de nouveaux critères en matière de construction. Ces nouveaux standards visent à rendre les bâtiments neufs plus respectueux de l'environnement, plus performants et à favoriser la production de leur propre énergie renouvelable. La RE2020 est entrée en vigueur le 1er janvier 2022 pour les logements collectifs et les maisons individuelles, et concernera progressivement tous les bâtiments.

La RE2020 a été mise en place pour remplacer la RT 2012. Les réglementations thermiques ont vu le jour après le choc pétrolier de 1974 et ont pour but de limiter la consommation énergétique des logements, qu'ils soient neufs ou rénovés. Au fil des années, elles sont devenues de plus en plus exigeantes afin de répondre à une situation environnementale dont les ambitions et l'urgence ne cessent de croître.

Avec un champ d'action plus vaste que pour les réglementations précédentes, la RE2020 ouvre la voie aux bâtiments à énergie positive, avec un niveau d’autoconsommation limité à 20 % pour les logements et à 40 % pour les bureaux.

Par rapport à la RT 2012, la RE2020 intègre des différences majeures :

  • Les valeurs pour la zone H2 (le climat moyen en France) sont les suivantes : 63 Bbio, 55 Cep nr (kWhep/m2/an) et 75 Cep (kWhep/m2/an) pour une maison individuelle et 65 Bbio, 70 Cep nr et 85 Cep pour un logement collectif.
  • Pour réduire la consommation énergétique, la RT 2012 considérait le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage et les systèmes auxiliaires ainsi que les éventuels dispositifs de climatisation. La RE2020 prend également en compte la consommation des espaces communs (éclairage, ascenseurs…), et ces consommations sont intégrées en proportion à celle du logement.
  • La gestion active de l’énergie permet d’atteindre et de maintenir la performance énergétique et environnementale des bâtiments.
  • La RT 2012 considérait uniquement la performance énergétique. La RE2020 renforce celle-ci et intègre la performance environnementale. L’énergie renouvelable y est favorisée, lorsqu’elle est produite et consommée au niveau de la parcelle, elle n’est pas comptabilisée dans le calcul du Cep, ce qui favorise l’autoconsommation.

Les matériaux biosourcés favorisés

La RE2020 introduit le calcul du cycle de vie des matériaux. L’acier et le béton devront faire évoluer leur mode de production afin de diminuer leur empreinte environnementale. La RE2020 prévoit une évolution des seuils carbone dans le temps afin de laisser une période d’adaptation à la filière construction.

Le poids carbone du bâtiment est exprimé en kgCO2/m² et comprend le carbone émis par le bâtiment, tant durant sa phase de construction que pendant sa phase d’exploitation, sur un cycle de 50 ans. La RE2020 s’inscrit dans les objectifs de la stratégie nationale bas-carbone (SNBC).

À noter que l'application diffère selon les secteurs. Elle est également entrée en vigueur plus tôt pour les maisons individuelles, puis pour les logements collectifs, et s’appliquera plus tardivement aux bâtiments du tertiaire.

L'importance du confort d'été

Le confort d'été (c'est-à-dire une garantie de confort en cas de forte chaleur) prend une importance toute particulière dans la RE2020. Il est ainsi intégré au besoin bioclimatique (le Bbio) et son calcul prend en compte la hausse des températures dans les années à venir ainsi que les vagues de chaleur de plus en plus longues et intenses. Ce nouvel indicateur s'exprime en degré-heure d'inconfort (DH) et doit être calculé au moment de la conception des bâtiments.

Pour restreindre les apports en énergie et lutter contre la chaleur, les principales clés sont la qualité du bâti (isolation et orientation) complétée par le recours à des protections solaires automatisées, à la végétalisation et à la ventilation de nuit, afin d'évacuer la chaleur accumulée durant la journée et l'inertie du bâtiment. Des équipements qui ont fait leurs preuves, tels que les brasseurs d'air et les puits climatiques, sont également utilisés et permettent de faire baisser la température ressentie dans les bâtiments.

Contenu proposé par Schneider Electric

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

« Ne plus faire l’impasse sur un secteur qui représente 1/5 des émissions globales de GES »

Entretien

« Ne plus faire l’impasse sur un secteur qui représente 1/5 des émissions globales de GES »

Les conclusions du troisième volet du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), publié en avril 2022, n’épargnent pas le secteur du bâtiment. Yamina Saheb, co-autrice principale de ce rapport,...

27/04/2022 | DécarbonezRénovation
RE2020 : Somfy lance un démonstrateur en ligne

RE2020 : Somfy lance un démonstrateur en ligne

Transition écologique : ce qui a changé au 1er janvier 2022

Transition écologique : ce qui a changé au 1er janvier 2022

Calculer en phase esquisse l’ACV et le coût d’un projet

Calculer en phase esquisse l’ACV et le coût d’un projet

Plus d'articles