Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Dossier

La paille entre les poutres

La paille entre les poutres

La façade de l'internat du lycée agricole Xavier-Bernard de Venours à Rouillé (86) avant revêtement par enduit chaux. Le remplissage paille a été réalisé sur l'ossature bois en place, avec jeux de volumes autour des menuiseries.

© Laurence Bussy/Région Nouvelle-Aquitaine

Conjuguée avec une ossature bois, l'isolation répartie en bottes de paille gagne progressivement les marchés du logement collectif et des ERP, à l'appui de règles professionnelles et d'une filière qui se structure.

Selon Agreste, le service statistique du ministère de l'Agriculture, la France a cultivé en 2017 environ 9,34 millions d'hectares de céréales, dont 5,33 de blé. En tablant sur un rendement moyen de 4 tonnes par hectare, la production annuelle de paille de blé dépasse ainsi 21 millions de tonnes. Le bâtiment consomme une très faible partie de cette ressource, 4 600 tonnes par an selon une étude de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région Île-de-France (IAU IdF). Ces bottes de paille participent à un flux annuel d'environ 500 projets, d'après les chiffres du Réseau français de la construction paille (RFCP). Avec près de 5 000 références, le parc français fait figure de précurseur en Europe. La construction paille s'est d'abord développée sur la maison individuelle et reste encore marginale. « Elle connaît toutefois un engouement croissant et tend à devenir un système constructif courant », note l'IAU IdF, qui recense, parmi les réalisations récentes en région francilienne, au moins cinq ERP, dont la taille varie entre 380 et 6 200 m² : l'éco-école maternelle Les Boutours à Rosny-sous-Bois (93), le groupe scolaire Louise-Michel à Issy-les-Moulineaux (92), la cantine scolaire de la commune de Saint-Chéron (91), le groupe scolaire Hessel-Zéfirottes à Montreuil-sous-Bois (93) et l'école labellisée PassivHaus Victor-Schoelcher à Épinay-sur-Seine (93).

Autre exemple d'ERP récent : l'internat des apprentis du lycée agricole Xavier-Bernard de Venours, à Rouillé (86), qui associe murs à ossature bois et remplissage paille sur site. « Nous avions déjà fait[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°377

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

Au mois de juillet ont été validés les projets de 20 quartiers mobilisant près de 820 millions d’euros de concours financiers de l’Anru. Le comité d’engagement national de l’Agence[…]

01/08/2019 |
Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Réparer la ville

Evénement

Réparer la ville

Plus d'articles