Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

La lutte contre la précarité énergétique passe par la rénovation

Sujets relatifs :

La lutte contre la précarité énergétique passe par la rénovation

Les plus démunis peinent de plus en plus à payer leur facture énergétique du fait d’un renchérissement progressif du coût de l’énergie. Face aux nouvelles réglementations, aux hausses de tarifs récurrentes… où trouver la bonne information pour rationaliser les dépenses ? Quelle énergie faut-il choisir à long terme ? Quels sont les travaux à réaliser pour économiser ?…

Les consommateurs français attendent des informations simples et pratiques pour orienter leurs choix d’énergie et d’équipements et redevenir acteurs de leur logement.
La plupart des comparatifs énergétiques des logements masquent encore trop souvent les coûts liés à l’installation, à l’investissement, à l’entretien et à l’usage même de l’énergie.
Qui ne s’est pas posé la question sur les tenants et aboutissants du DDTE ? Nombre de propriétaires qui ont souhaité vendre se sont ainsi retrouvés à devoir payer un professionnel pour qu’il leur délivre le précieux sésame, obligatoire pour toute transaction. Mais que contient ce diagnostic ? À quoi cela correspond-il vraiment ? Quels sont les critères pris en compte pour réaliser un diagnostic ?
Le Diagnostic de performance énergétique (DPE) vise à informer le propriétaire et le locataire de la consommation d’énergie du logement ou du bâtiment tertiaire sur son chauffage, sa climatisation, sa production d’Eau chaude sanitaire (ECS), mais pas sur l’électricité spécifique (éclairage...). Il est exprimé en énergie primaire, pure notion d’experts avertis, mais incompréhensible pour le consommateur lambda. Si cette information était exprimée en énergie finale et valorisée en euros, il en résulterait une compréhension immédiate du futur acquérant. L’affichage complémentaire du niveau de CO2 serait un must, mais il est sans doute nécessaire de commencer par les fondamentaux… simplifier l’information et la rendre compréhensible.

À entretenir le flou autour du DPE, on favorise certaines installations et on en décrédibilise d’autres sans tenir compte de leur impact CO2. Pourtant, une maîtrise de la consommation des énergies et des émissions de CO2 des 25 millions de logements existants s’avère d’ores et déjà indispensable et deviendra rapidement inévitable. Il est urgent de s’intéresser à l’isolation et à la nature des équipements de chauffage et de production d’eau chaude des logements d’aujourd’hui. Il faut, enfin, se préoccuper des 60 % de gaspillage énergétique qui sont dus à l’insuffisance de l’isolation et à l’obsolescence de produits de confort.
Plusieurs dispositifs simples de rénovation existent et peuvent être mis en œuvre par les propriétaires et par les pouvoirs publics. Tout d’abord, la rénovation de l’isolation des logements, à commencer par les combles. Cet investissement peu coûteux assure une efficacité immédiate. Le changement des fenêtres contribue au renforcement de l’isolation du logement. Le remplacement des convecteurs type « grille-pain » par des appareils de chauffage électrique de dernière génération garantit une réduction drastique de la consommation comprise entre 15 et 30 % selon les conditions d’isolation du bâtiment. Ces appareils embarquent, aujourd’hui, une nouvelle forme d’intelligence qui leur permet d’assurer avec une régulation d’une grande précision, un niveau de confort au 1/10e de degré, de détecter l’ouverture des fenêtres et de mesurer l’occupation de chacune des pièces. S’ajoute à cela un indicateur de consommation qui informe l’utilisateur de son niveau de confort et de sa consommation énergétique. Une information vertueuse qui tend à responsabiliser les occupants du logement avec un potentiel d’économie de l’ordre de 30 % sur la facture de chauffage.

Pour compléter le dispositif de rénovation, le remplacement du chauffe-eau électrique par un chauffe-eau thermodynamique permettra une réduction de 70 % des consommations d’électricité liées à la production d’ECS. Pour achever le tableau de la rénovation, la reconnaissance et la valorisation de l’innovation « made in France » pour les entreprises qui ont su développer des solutions efficaces de chauffage et de production d’eau chaude thermodynamique seraient appréciées, dès lors que ces solutions permettent de gagner en confort, de réduire les consommations d’énergie et donc de limiter considérablement les émissions de CO2.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°325

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

BFUP : Des textes et des domaines d'application différents

BFUP : Des textes et des domaines d'application différents

CTB En quoi consistent les bétons fibrés à ultra-hautes performances (BFUP) ? Les BFUP sont mis en œuvre depuis les années 90, avec une première application à la centrale EDF de Cattenom (57). Ces[…]

14/06/2019 | Règles techniques
Réduire et limiter les nuisances lumineuses

Réduire et limiter les nuisances lumineuses

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Interview

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Plus d'articles