Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

La Freedom Tower a fait progresser la maquette numérique

Sujets relatifs :

La Freedom Tower a fait progresser la maquette numérique

© (Doc. DR)

Douze ans après les attentats du 11septembre, la flèche du One World Trade Center vient d’être posée. Longue de 124m, elle culmine à541m, soit 1776pieds, l’équivalent de l'année où les États-Unis ont acquis leur indépendance.Tout un symbole, puisque cet unique bâtiment prend la suite des deux tours de l’ancien World Trade Center (413 et 411 m à l’époque). La flèche couronne les 104étages du building familièrement baptisé « Freedom Tower », le plus haut gratte-ciel nord-américain et le troisième au monde après le Burj Khalifa (829m) auxÉmirats arabes unis et le Makkah Royal Clock Tower (601m) en Arabie saoudite.
Le projet, élaboré par le cabinet d'architecture américain SOM (Skidmore, Owings & Merrill) et réalisé par Tishman Realty & Construction, a entièrement été conçu en maquette numérique selon le modèle BIM (Building Information Modelling) dès 2005. «La technologie a joué un rôle essentiel, elle aide à créer des structures de plus en plus complexes. Avec elle, une nouvelle organisation du travail plus productive se révèle possible», met en avant Paul Seletsky. Architecte et informaticien, directeur de la conception numérique de SOM, il n'a pas choisi a priori cet outil de CAO (Conception assistée par ordinateur); celui-ci s'est imposé de lui-même. Par souci de rapidité, les équipes avaient commencé à esquisser un Avant-projet sommaire (APS) en utilisant Revit Building d'Autodesk. D'abord pour l'infrastructure. Puis, sans que personne ne l’ait vraiment décidé, ses collaborateurs ont enchaîné le travail pour les étages, la structure centrale, la «peau», les systèmes mécaniques et enfin les fluides. «Avant que nous les arrêtions, ils avaient complètement réalisé un APS avec Revit Building. Ils étaient enthousiastes. À tel point qu'il semblait inconcevable de ne pas continuer avec le même outil. »
Mais avant de poursuivre, Paul Seletsky voulait être certain que les limites techniques du logiciel, les capacités de stockage et la gestion des données au format BIM ne seraient pas un frein. Il en a demandé la garantie à Autodesk. Ses informaticiens, avec les architectes de SOM, ont créé de nouveaux modules adaptés en accélérant la fluidité des échanges électroniques. C’est la première fois qu'une société informatique est associée de si près à une réalisation architecturale.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°325

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

14 projets de production d’énergie à partir de déchets non-recyclables

14 projets de production d’énergie à partir de déchets non-recyclables

Le Comité Stratégique de la Filière « Transformation et Valorisation des Déchets », dont le contrat a été signé le 18 janvier dernier, s’engage dans le développement de la[…]

19/06/2019 | Environnement
Les défis des IGH bois et du réemploi

Les défis des IGH bois et du réemploi

"Climat, urbanisation... Nous devons changer notre façon de faire" - Bureau Veritas (3/21)

"Climat, urbanisation... Nous devons changer notre façon de faire" - Bureau Veritas (3/21)

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Plus d'articles