Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

LA FONDATION VASARELY RETROUVE CHALEUR ET COULEURS

Sujets relatifs :

LA FONDATION VASARELY RETROUVE CHALEUR ET COULEURS

© Xavier Zimbardo

Sans chauffage ni climatisation pendant vingt ans, le centre architectonique conçu par Victor Vasarely a souffert.

Il est enfin rénové par des architectes et des ingénieurs dans le respect de ses origines. En pensant d'abord la thermique et l'isolation de cette enveloppe fragile.

On peut être visionnaire, sans réussir à tout prévoir. En concevant sa fondation dès 1972, Victor Vasarely pensait déjà en termes de développement durable alors que le choc pétrolier de 1973 n'était même pas imaginable. À l'époque, l'artiste avait en effet insisté sur une approche économique - sans fioul - et sur la nécessité de réduire les charges de fonctionnement. Pour répondre à ses attentes, les ingénieurs du bureau d'études techniques Albouy (devenu Tunzini, groupe Vinci) avaient alors mis au point un principe électrique d'hydro-accumulation nocturne associé à une pompe à chaleur (PAC). Si ce type de système réversible est courant aujourd'hui, il était particulièrement original et innovant dans les années 70. Mais cette solution, conçue pour réduire la consommation en énergie fossile, n'avait pas prévu l'augmentation du prix de l'électricité de nuit des décennies suivantes.

Résultat : l'installation a fonctionné pendant dix-sept ans jusqu'à son arrêt définitif, en 1993, faute d'entretien et de moyens. Le tout accentué par des litiges sur la succession de Victor Vasarely, décédé en 1997.

Une œuvre artistique autant qu'architecturale

Inauguré en 1976, classé monument historique en 2013, le centre architectonique de la Fondation Vasarely est situé sur une butte, près d'Aix-en-Provence. C'est une œuvre artistique autant qu'architecturale dont les expositions - permanentes et temporaires -, les concerts et les conférences attirent quelque 40 000 visiteurs par an. Son plan est formé de 16 alvéoles hexagonales emboîtées en nid-d'abeilles et disposées sur trois rangées (5,6,5). Quatorze sont couvertes d'une verrière diffusant la lumière de haut en bas, sept sont dédiées à l'exposition permanente et abritent 44 intégrations monumentales de Vasarely, œuvres à mi-chemin entre décor et bas-relief mesurant en moyenne 6 mètres sur 4 mètres. Elles ont été réalisées avec des matériaux variés : plâtre, staff, aluminium anodisé, émail de Briare, céramique de Delft, carton, tapisseries d'Aubusson et savonnerie des Gobelins…

Dernière originalité et défi de[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°354

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Les poteaux d'abord

Les poteaux d'abord

À Paris, l'architecture industrielle de la Poste du Louvre a été mise en évidence par les travaux de gros œuvre, qui s'achèvent. L'occasion d'une première visite de chantier.[…]

10/01/2019 | ChantierAcier
Quand la brique et le bois collaborent

Quand la brique et le bois collaborent

Une ITE sur 5500 m2 de façade amiantée

Une ITE sur 5500 m2 de façade amiantée

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Plus d'articles