Dossier

La douche, nouveau centre du bien-être

Sujets relatifs :

PHOTO - 865613.BR.jpg

Plébiscitée par les consommateurs, la douche continue de s’agrandir et, de mieux en mieux équipée, tend à devenir le centre du bien-être dans la salle de bains.

C’est la dimension du ciel de pluie Rainshower Aquasymphony (Grohe) à découvrir sur le salon IdéoBain : 100 x 75 cm. La douche a en effet pris ses aises, et pas seulement dans les salles de bains haut de gamme. Plus vaste, elle n’est plus un lieu de passage pour l’hygiène mais, grâce aux pommes de tête qui peuvent l’équiper sans travaux importants - une colonne suffit -, elle devient un espace de bien-être.

Récupérer la chaleur des eaux grises

Comfort Shower, du robinetier Dornbracht, illustre bien cette tendance, réunissant tous les jeux d’eau possibles associés à des effets lumineux, que l’on apprécie en musique, de préférence assis. Mais plus la douche est un moment de plaisir, plus on s’y attarde. Les Français y passeraient 9 minutes, en moyenne (*). D’où l’intérêt des solutions de récupération de la chaleur contenue dans l’eau évacuée. Ainsi, après Zypho de Teccontrol, un échangeur tubulaire à installer sous le receveur générant plus de 20 % d’économies d’énergie sur l’eau de la douche selon le CSTB, voici les receveurs intégrant leur propre échangeur, qui assure le préchauffage de l’eau froide : le mitigeur thermostatique est alimenté avec l’eau tiédie jusqu’à 25°C, conformément à la réglementation sanitaire, pour une réutilisation immédiate (Kartell de Laufen). Simple à mettre en œuvre, l’option se révélera intéressante pours les maisons individuelles, mais également l’hôtellerie.

Simplifier la mise en œuvre de la robinetterie

Les ventes de colonnes, qui embarquent douchette, pomme de tête et robinet thermostatique, progressent car elles ajoutent, sans travaux, au plaisir de la douche. Mais dans le cadre d’une rénovation de la salle de bains, la robinetterie encastrée est privilégiée. Si les corps à encastrer (Hansgrohe, Grohe, etc.), simplifient la pose, ils nécessitent d’entamer le mur sur au moins 8 cm, sans compter les saignées pour les canalisations. Avec les murs techniques, on encastre sans encastrer : appliqué devant la cloison ou le mur, le panneau, décoré (Jacob Delafon) ou prêt à carreler (Lazer, Valentin, etc.), plus ou moins précâblé, intègre tous les éléments nécessaires et, selon les systèmes, permet de choisir sa robinetterie. La pose est, là encore, simplifiée.

N°345

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°345

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Quatre gymnases municipaux en régions

Dossier

Quatre gymnases municipaux en régions

Les gymnases « nouvelle génération » offrent une grande diversité de réponses techniques et architecturales, notamment axées sur la recherche de performance énergétique et de[…]

23/02/2017 |
Rénovation énergétique du patrimoine

Dossier

Rénovation énergétique du patrimoine

« Le bâti ancien appelle des solutions non standardisées »

Interview

« Le bâti ancien appelle des solutions non standardisées »

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

Dossier

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

plus d’articles