Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

La donnée, nerf de la maquette numérique

Propos recueillis par Stéphanie Obadia

Sujets relatifs :

,
La donnée, nerf de la maquette numérique

Comment partager et conserver la donnée à toutes les phases de vie du bâtiment ? Trois acteurs ont répondu à nos questions à l'occasion d'une table ronde organisée dans le cadre de BIMSide.

Karim Mechri, Pierre Mit et Jean-Baptiste Valette sont intervenus le 18 novembre 2018 à BIMSide, un événement du groupe Moniteur soutenu par Autodesk, Attic + et Cinov.

CTB Comment faut-il procéder pour que la donnée soit exploitée au mieux ?

Pierre Mit : Le BIM sans la donnée ne sert à rien. Il faut donc se demander comment la transmettre, et surtout la conserver. Auparavant, on raisonnait par phases : conception, construction, gestion et maintenance. Désormais, il faut mettre en place un continuum numérique pour éviter toute césure dans sa transmission. Cela suppose donc de réfléchir à son format ainsi qu'aux outils appropriés pour la récupérer.

Karim Mechri : Un format unique, partagé par tous, est, bien entendu, la solution idéale. Mais dans un contexte où les acteurs sont multiples, il faut faire en sorte que des intérêts divers convergent vers une solution unique qui satisfasse chacun. Cette tâche ne peut s'accomplir qu'en repensant les rôles et en forçant l'outil à correspondre aux besoins. Le format ouvert existe aujourd'hui, mais ne répond pas à nos attentes. Il est à amender avec les utilisateurs et à imposer aux éditeurs de logiciels.

Jean-Baptiste Valette : L'enjeu principal est de réussir à collaborer, en définissant une convention et en s'y tenant. Ce n'est pas tant une question de formats d'échange que de volonté d'agir collectivement, dans la conscience des limites de nos prestations et de l'allotissement, pour garantir la préservation de la donnée sur l'ensemble de la vie de l'ouvrage. Pour des raisons assurancielles ou juridiques - souvent des questions de responsabilités -, il faut parfois refaire des études, un plan et en garder une archive, ce qui accroît le volume des données (ce qui en soit n'est plus un problème aujourd'hui avec le cloud). L'ouvrage une fois livré aura sa vie, néanmoins, il importe de conserver une « trace » à chaque étape de sa conception et de sa réalisation. En tant que tel, il ne peut y avoir qu'une seule maquette.

« L'enjeu principal est de réussir à collaborer, en définissant une convention et en s'y tenant. » Jean-Baptiste Valette, directeur technique projet chez Vinci Construction France

CTB Plusieurs acteurs interviennent sur une maquette, comment répartir les responsabilités et le partage des données ?

K. M. : Le BIM est un processus de structuration de la donnée qui se nourrit des interventions de chacun, au gré de l'avancement du projet. Tout ce cheminement doit être parfaitement indiqué au début de toute opération.

P. M. : Pour que le BIM[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°375

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Panasonic Chauffage mise gros sur la réfrigération

Panasonic Chauffage mise gros sur la réfrigération

Tripler ses ventes de PAC et s’imposer sur le marché de la réfrigération en France, tels sont les objectifs affichés de Panasonic qui dévoile par ailleurs une belle augmentation de son chiffre[…]

L'Afnor réélit son président et accueille 5 nouveaux représentants

L'Afnor réélit son président et accueille 5 nouveaux représentants

Nominations chez Grohe

Nominations chez Grohe

Une plateforme de tri prend feu

Une plateforme de tri prend feu

Plus d'articles