Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

L’intelligence au cœur des bâtiments du futur !

Sujets relatifs :

L’intelligence au cœur des bâtiments du futur !

Le monde du Bâtiment a connu sa révolution avec une nouvelle dynamique en matière environnementale. Il va certainement connaître un nouveau bouleversement dans les années qui viennent sous les influences conjuguées des nouveaux défis de nos sociétés et de l’émergence d’une société connectée.

Le réchauffement climatique, les besoins de sécurité, le vieillissement de la population, les coûts de santé, la précarité énergétique… beaucoup de nouveaux enjeux sociaux bouleversent notre société et obligent à repenser le bâtiment au sein de nos territoires. Intégrés dans des ensembles plus larges (quartier, cité, territoire…), les bâtiments auront désormais des fonctions complémentaires à celle qui leur est initialement destinée, habitation ou lieu de travail. Leurs places et leurs rôles au sein de la cité vont donc évoluer substantiellement. Devenant à la fois producteurs et consommateurs, ils vont s’affirmer comme des briques essentielles dans des systèmes plus complets d’énergie, de communication, de sécurité, de transport même…

Le débat aujourd’hui est technologique, et Ignes, en organisant chaque dernier jeudi du mois les « Matinales du Smart Home » (1) participe à l’enrichissement du débat, en faisant se rencontrer des acteurs variés, des points de vue des différentes filières, des approches diversifiées. Mais on se rend compte que les questions technologiques ne sont finalement qu’une première étape qui ne résout rien. Il faut, en effet, qu’elles soient acceptées et largement déployées, car la difficulté du déploiement est plutôt due à l’usage.

Ainsi, une gestion performante des flux d’entrées/sorties des bâtiments suppose une forme de contrôle et de supervision : savoir quand un bâtiment va arrêter de consommer de l’énergie pour devenir producteur, optimiser une consommation globale en fonction de facteurs externes, optimiser les transports publics, etc. Autant d’automatismes faits pour simplifier la vie quotidienne, mais qui peuvent aussi inquiéter, notamment sur les données personnelles. Il faut le prendre en compte et y répondre positivement. C’est pourquoi, la première urgence doit être de redonner aux occupants des bâtiments le contrôle de leur environnement.

Ainsi, est-il normal que tout le monde connaisse la consommation de sa voiture, mais ignore celle de son logement ou de son bureau ? Donner à nos concitoyens le contrôle de leur espace tant physique que numérique, grâce à des outils de pilotage et d’information doit être une priorité dans les années qui viennent. Le déploiement est l’autre véritable enjeu. En effet, les questions se posent moins pour les bâtiments neufs qui peuvent intégrer ces outils dès leur conception, que dans l’adaptation des bâtiments anciens dont l’âge, la taille, la qualité sont plus que variés. Il est donc urgent de changer désormais de perspective : les travaux de ces dix dernières années ont concerné essentiellement les questions thermiques et l’amélioration du bâti. C’était une étape indispensable, mais il faut aller au-delà, par exemple vers une gestion énergétique du bâtiment dans son ensemble qui inclurait les consommations énergétiques de l’éclairage, l’informatique, les loisirs...

Il convient également de dépasser les simples enjeux énergétiques qui ont focalisé l’attention et les efforts, afin d’intégrer les grandes évolutions qui impacteront les bâtiments : recharge des véhicules électriques, maintien des personnes âgées à domicile, sécurité d’accès et d’évacuation pour tous, « Smart Grid »… Grouper les travaux, préparer et anticiper en installant autant que faire se peut les infrastructures passives nécessaires aux futures évolutions.

Toutes les solutions existent et peuvent être déployées rapidement avec un coût réparti et acceptable sur l’ensemble de la collectivité et pas seulement les pouvoirs publics. La France est en situation favorable, bénéficiant d’une industrie de pointe en ce qui concerne le Bâtiment et ses infrastructures associées électriques et numériques. Cette évolution prévisible est donc une opportunité industrielle forte et la possibilité pour notre pays de mener une véritable stratégie économique performante, générant des milliers d’emplois pérennes. Car, au-delà des aspects industriels, c’est toute la filière d’installation qu’il faudra former, motiver, accompagner pour faire de cette révolution une véritable opportunité pour notre pays.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°323

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Interview

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Entretien avec Karine Miquel, directrice marketing de Qualiconsult, à propos des conséquences réglementaires de la loi Élan sur l'accessibilité et la sécurité incendie. CTB : Quel est[…]

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Façades et feu : avancées et attentes

Façades et feu : avancées et attentes

Plus d'articles