Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

L’indispensable suivi des installations solaires

Sujets relatifs :

L’indispensable suivi des installations solaires

En phase de maintenance, les installations de production d’énergie par voie solaire sont de plus en plus suivies à distance, afin de détecter d’éventuelles pannes ou dysfonctionnements.

Les dysfonctionnements d’une installation solaire thermique ou photovoltaïque, comme la baisse de rendement d’un panneau ou le mauvais fonctionnement d’une sonde (température, ensoleillement, etc.), peuvent en réduire fortement la production. Pour le photovoltaïque, « en pratique, seul un nombre réduit d’installations présente de petits défauts, rassure Franc Raffalli, directeur de Sys enr. Par exemple, un onduleur à plusieurs entrées est installé avec une seule entrée, alors qu’il serait possible de répartir et d’optimiser la charge sur les différentes entrées ».

La tendance est de suivre les installations photovoltaïques à distance et de placer un micro-onduleur par panneau, en particulier dans l’habitat individuel, comme le confirme Max Soussana, responsable communication du fabricant GSE Intégration : « À chaque panneau, l’électricité produite est envoyée sur un micro-onduleur de type P300 SolarEdge, qui possède une fonction d’optimisation et permet de monitorer à distance l’installation de manière fine, en surveillant la production de chaque panneau. »
Pour le solaire thermique, la situation apparaît davantage contrastée. Certains schémas sont complexes, les installateurs peuvent manquer d’expérience et la mise en œuvre s’avère trop fréquemment défaillante. En particulier la surchauffe estivale, en dégradant le fluide caloporteur, a forcé à l’arrêt de nombreuses installations et contribué à la mauvaise réputation du solaire thermique. La qualité de la mise en œuvre pose aussi un souci, ce que déplorent les fabricants et les sociétés de maintenance. De trop nombreuses installations ne sont pas fonctionnelles à la livraison, par exemple : la soupape de sécurité n’est pas bien positionnée ; des bouchons manquent ; des clapets antiretour ne sont pas opérationnels : ou une vanne d’équilibrage n’est pas réglée.

Visites sur site préventives

La maintenance d’une installation solaire thermique, collective ou industrielle, est généralement préventive, avec des visites sur site annuelles ou biannuelles. Ce que résume Éric Kuczer, responsable marketing produits chez Viessmann : « La maintenance doit être simple et visuelle. Il faut vérifier le glycol [pH, point de congélation, etc.], vérifier la pression des boucles et le fonctionnement des sondes. La télégestion est également très utile : elle permet de diffuser l’information, non seulement vers l’exploitant, mais vers l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie [Ademe] et le gestionnaire, offices HLM, etc. »
Avec une installation fiable, cette maintenance préventive, coûteuse en déplacements, peut d’ailleurs être remplacée par une simple surveillance de performance solaire, effectuée à distance ou par relevé de compteurs. Les valeurs suivies sont a minima l’ensoleillement, la production d’énergie solaire utile, ainsi que la consommation d’eau chaude. La comparaison de la valeur théorique par rapport au réel permet de détecter une dérive et de déclencher une demande d’intervention. Ce duo entre suivi de bon fonctionnement et maintenance curative possède de nombreux atouts (lire l’encadré ci-dessus). Les fabricants sont de plus en plus nombreux à proposer des systèmes de contrôle à distance avec leurs régulateurs. Pour l’habitat individuel, où la maintenance reste plus difficile à financer, Chaffoteaux propose l’Expert Control, « une interface de régulation dans le volume chauffé, comme le salon, avec une sonde de comptage de l’énergie et de la pression, un module qui renvoie des informations de la chaufferie et un débitmètre électronique », détaille Christophe Kusy, support technique avant-vente chez Ariston. Si la pression diminue en dessous d’un certain seuil, l’installation s’arrêtera automatiquement, le propriétaire sera prévenu et pourra contacter le service après-vente.
La surchauffe estivale des installations solaires thermiques se produit lorsque la consommation n’est pas suffisante pour évacuer les calories produites et stockées. Ce problème grave peut conduire à une détérioration accélérée, voire une caramélisation du fluide caloporteur, réduisant les performances de l’installation et pouvant entraîner son arrêt complet. Les nouvelles installations devront donc être plutôt sous-dimensionnées, avec un taux de couverture inférieur à 85 % pendant les mois les plus chauds. La régulation peut également aider à décharger les calories de la boucle primaire dans la journée, en augmentant par étapes la température de consigne du stockage dans le ballon. Le mouvement Socol, piloté par l’Ademe et Enerplan, propose sur son site d’information des schémas fonctionnels d’installation pouvant servir de références.
Plusieurs stratégies de sécurisation du système thermique solaire peuvent ainsi être employées, afin de réduire le risque de surchauffe, comme un vase d’expansion surdimensionné, une pente de 60° pour les capteurs ou la recirculation nocturne (réinjection de calories dans la boucle primaire). « Pour refroidir l’installation en nocturne, l’idée est de réinjecter dans la boucle primaire des calories qui sont évacuées par les capteurs vers l’air extérieur, met en avant René Schmitt, responsable marketing international chez De Dietrich Thermique. Nous proposons aussi un fluide caloporteur bio, Greenway de Climalife, qui possède une meilleure tenue aux températures élevées. »
Si l’autovidangeable est une réponse fiable à la surchauffe et facilite la maintenance, rien ne vaut un dimensionnement prudent, anticipant éventuellement une baisse future des consommations.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°339

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Mondial du bâtiment - La salle de bains soigne son empreinte

Dossier

Mondial du bâtiment - La salle de bains soigne son empreinte

Les fabricants d'éléments de salles de bains actuelles font de l'environnement un sujet essentiel. C'est également le cas pour la distribution, qui se fournit de plus en plus en Europe, voire en France.[…]

05/11/2019 | Environnement
Mondial du bâtiment - Le carbone s'invite dans l'analyse du cycle de vie

Dossier

Mondial du bâtiment - Le carbone s'invite dans l'analyse du cycle de vie

Mondial du bâtiment - Les objets connectés au service de la sobriété?

Dossier

Mondial du bâtiment - Les objets connectés au service de la sobriété?

Mondial du bâtiment - Le choix de la pérennité dans l'aménagement extérieur

Dossier

Mondial du bâtiment - Le choix de la pérennité dans l'aménagement extérieur

Plus d'articles