Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

L’immeuble Galeo à Issy-les-Moulineaux

Sujets relatifs :

L’immeuble Galeo à Issy-les-Moulineaux

« La plus grosse problématique était la géométrie 3D assez complexe du bâtiment. Sa forme de galet imposait des exigences de pose avec des tolérances de quelques millimètres » Ivan AYME, directeur technique Sté Laubeuf (Doc. Laubeuf.)

Situé à l’entrée de la ville d’Issy-les-Moulineaux (92) depuis Paris, cet immeuble de bureaux abritant le siège de Bouygues Immobilier, s’inscrit dans le nouveau quartier d’affaires de la ville baptisé « Seine Ouest ». Cet ouvrage en forme de galet (d’où son nom Galeo) fait partie d’un vaste projet du cabinet d’architecture Christian de Portzamparc qui a réalisé, sur un terrain de forme triangulaire, deux ensembles de trois bâtiments à l’architecture contrastée et aux échelles différentes.

Les deux premiers bâtiments (Dueo et Trieo) sont recouverts de panneaux en béton fibré et s’organisent sous la forme d’un U autour d’une cour ouverte sur la rue. Pour Galeo, c’est une façade mur-rideau en écailles de verre d’une surface de 4 000 m 2 qui habille le bâtiment. D’une capacité de 200 personnes, cet immeuble de 5 300 m 2 présente une hauteur de 36,71 mètres répartis sur 8 étages et une terrasse technique.

Démarche HQE

Cet ouvrage bénéficie de la certification NF Bâtiment tertiaire démarche HQE avec la prise en compte de cinq cibles de niveau « très performantes » et six de niveau « performantes ». L’objectif visait à réduire la consommation énergétique de 20 % par rapport à la RT 2005. Parmi ces cibles, l’intégration au site a été un élément important. Quant au chauffage et au rafraîchissement des bureaux, des poutres froides inductives à faible consommation assurent cette fonction. Le système de ventilation choisi est de type double flux avec récupérateur d’énergie rotatif, les ventilateurs sont à haut rendement, afin de limiter les consommations énergétiques. Les émissions de CO2 sont contrôlées dans les salles de réunion au moyen de capteurs. Toujours dans un souci environnemental, une Gestion technique centralisée (GTC) gère le déroulement des stores, la température et l’éclairage dans les locaux. Grâce à un système de sondes, l’intensité de la lumière est réglée automatiquement à l’intérieur du bâtiment en fonction des conditions météorologiques. L’écoconception du mobilier a également été un des facteurs déterminants dans cette démarche. L’utilisation massive du bois à l’intérieur du bâtiment et du verre à l’extérieur visent à limiter de manière conséquente les émissions de COV.

Des écailles en VEA

Cette double peau est divisée en deux zones : 3000 m 2 en façade allant du RDC au R 6 et la zone verrière de 1 000 m 2 coiffe le bâtiment. Ce sont 773 volumes de 161 types différents avec des formes rectangulaires, trapézoïdales et triangulaires pour la verrière. Le vitrage sélectionné est feuilleté (16 mm). Il est constitué d’un verre extra-clair sérigraphié en face 2 de 8 mm trempé HST, de 4 feuilles d’Evasafe (éthylène vinyle acétate), puis d’un verre clair de 8 mm trempé HST (AGC). Dans les angles du bâtiment, 54 volumes ont bénéficié d’une couche Bioclean en face 1 en raison de la difficulté d’accès pour leur entretien. Appliqué en Vitrage extérieur attaché (VEA), il a fait l’objet d’une Atex délivrée par le Cstb. La complexité de ce type d’ouvrage réside dans le dispositif de fixation. Les essais réalisés par le Cstb ont permis d’évaluer la déformation, la résistance des vitrages, les rayons de courbure admissibles par les rotules et d’autres composants sous l’effet du vent. Les vitrages sont non-jointifs, disposés en écailles et maintenus par des fixations traversantes raccordées à des montants tubulaires verticaux en inox de 3,50 m de haut, de 70 mm de diamètre et de 8, 10 et 16 mm d’épaisseur en fonction de leur exposition au vent. Ils sont fixés en pied et en tête à la structure primaire par des consoles en acier intégrées dans le gros œuvre. Pour la verrière, les montants sont de hauteur variable et de 8 ou 10 mm d’épaisseur. Pour l’ensemble de la façade, chaque montant supporte deux écailles à la fois au moyen de quatre attaches avec rotules incorporées. Les écailles rectangulaires se superposent verticalement avec une inclinaison de 92 à 83°. Elles sont écartées sur le plan horizontal. Les formes diverses de vitrage pour la verrière épousent une inclinaison de 35° par rapport à l’horizontale.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°309

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Confort d'été et changement climatique

Dossier

Confort d'été et changement climatique

DEMAIN SERA PLUS CHAUD Intégrer les phénomènes de surchauffe prévus par les climatologues dans la conception et l'aménagement des villes, c'est aussi préparer le bâtiment à assurer[…]

26/06/2019 | ActualitéDossier d'actu
Le bâtiment peine à passer au vert

Dossier

Le bâtiment peine à passer au vert

Quand la ville étouffe

Dossier

Quand la ville étouffe

Le confort d'été n'est pas encore une priorité

Dossier

Le confort d'été n'est pas encore une priorité

Plus d'articles