Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

L'immeuble de bureaux « le plus sobre au monde »

Sujets relatifs :

L'immeuble de bureaux « le plus sobre au monde »

Ce bâtiment à énergie positive dijonnais de 33,50 m, imaginé par Elithis Ingénierie, permettra de valider les modèles mathématiques ainsi que les outils informatiques qui ont contribué à sa conception.

À l'heure où certains acteurs de la construction se gargarisent de développement durable et HQE, d'autres agissent à l'image d'Elithis Ingénierie, société spécialisée dans les fluides techniques et la très haute efficience énergétique. Le résultat ? Une tour de 33,50 m de hauteur (10 étages dont un niveau technique), abritant 5 000 m2 de bureaux ainsi qu'un restaurant en rez-de-chaussée, annoncé comme le premier bâtiment à énergie positive réalisé à prix standard (7 millions d'euros), sans aucun surcoût. Il s'agirait même selon Thierry Bièvre, directeur général d'Elithis Ingénierie de « l'immeuble de bureaux le plus sobre au monde ».

Bien entendu, la société n'a pu établir de comparatif pour l'ensemble des constructions de ce type sur la planète « mais aucun des bâtiments passifs que nous avons étudiés en Scandinavie, en Suisse ou en Allemagne ne sont arrivés à un tel seuil d'efficience énergétique en intégrant l'ensemble des postes, dont la bureautique, et personne ne s'est manifesté pour revendiquer ce record que nous nous sommes attribués avec, précisément, l'idée de susciter des réactions », poursuit Thierry Bièvre. La tour, qui se caractérise également par sa très faible empreinte environnementale en rejetant 6 fois moins de CO2 qu'un bâtiment comparable, a été conçue selon le raisonnement inverse qui prônerait une débauche de moyens de production énergétique afin de dépasser les besoins et atteindre ce fameux label positif. Le but étant, en effet, de minimiser avant tout la consommation » (voir encadré).

Sur le plan architectural, l'immeuble, imaginé par le cabinet Jean-Marie Charpentier, se caractérise par une très grande compacité avec des escaliers à double révolution « encloisonnés » dans une même cage, l'enveloppe étant constituée de bois, d'isolants recyclés (ouate de cellulose) et de nombreuses baies vitrées (75 % de la surface). Cette conception favorise l'apport en lumière naturelle, en évitant le recours aux éclairages artificiels - un réseau nomade d'appoint garantit un niveau conforme à la réglementation - un bouclier solaire en forme de résille permettant d'exploiter les bienfaits du soleil, sans en subir les inconvénients (apports de chaleur trop important durant l'été, éblouissement). Autre particularité de ce bâtiment, réalisé en partenariat avec l'Ademe Bourgogne et la ville de Dijon : une démarche éco-citoyenne qui permettra de mesurer l'impact du comportement des occupants. « Nous avons décidé de ne pas miser sur le tout techno en responsabilisant les occupants », explique Thierry Bièvre. La consommation de la tour étant, avant sa mise en activité, inférieure à 20 kWh/m2/an (à comparer aux 230-250 kWh/m2/an d'un bâtiment conforme à la RT 2005). Seul un management éco-comportemental global permettra donc de « gratter » les derniers kilowatts nécessaires pour atteindre l'énergie positive ! Ce sera l'occasion d'expérimenter des dispositifs de sensibilisation, en matière d'économies d'énergie mais aussi de modes de transports doux (privilégier les escaliers) de gestion du papier, de l'eau et des déchets. À ce titre, un totem, situé en pied de l'immeuble, affichera les consommations énergétiques quotidiennes ainsi que les économies réalisées (en KWh et CO2). Dernier point remarquable : la tour Elithis est conçue pour devenir un véritable laboratoire d'expérimentations. Ses performances réelles pourront en effet être évaluées via un système de mesure intégré, comprenant 1 600 capteurs répartis sur le bâtiment. Il permettra non seulement un pilotage optimal mais aussi un contrôle exact de la quantité d'énergie consommée.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°292

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Prévue par la loi Confiance du 10 août dernier, l’ordonnance permettra aux maîtres d’ouvrage de déroger à de nombreuses normes de construction. La mouture soumise par le gouvernement à[…]

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Façades et feu : avancées et attentes

Façades et feu : avancées et attentes

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Plus d'articles