Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

L’Herbier national double ses espaces de collection

Sujets relatifs :

L’Herbier national double ses espaces de collection

Au RDC, une boîte en verre armé occupe le centre de la galerie. À l’étage, les rayonnages sont en acier.

© (Docs. MNHN/Françoise Bouazzat.)

Après quatre années de travaux, la Galerie de botanique du Muséum d’histoire naturelle de Paris fait peau neuve. Construit en 1935, le bâtiment de 4 étages classé Monument historique a été entièrement rénové et réaménagé. L’Herbier national – l’un des plus anciens et des plus importants au monde avec ses 8 millions de spécimens – « avait largement atteint sa capacité de stockage, explique Hugues Grudzinski, de l’agence GaP studio en charge du projet. Alors que l’on continue à découvrir chaque jour de nouvelles espèces végétales, il était impératif de l’accroître ».

Sans pousser les murs, mais en renforçant les planchers, le volume de l’espace dédié à la conservation des collections a été doublé en remplaçant les casiers fixes par des rayonnages mobiles. Les conditions de conservation demandaient également à être améliorées. « Il n’y avait ni chauffage, ni traitement d’air. C’est un miracle que la collection ait survécu », poursuit Hugues Grudzinski. Aujourd’hui, la température est maintenue à 19 °C et l’humidité relative à 50 %. Ces valeurs ont pu être atteintes après la mise en place d’une isolation par l’intérieur (laine de roche et plaque de plâtre) et d’une insufflation d’air au travers de larges gaines horizontales et verticales. Pour ne pas endommager le papier qui protège les échantillons, le soufflage se fait à très basse vitesse. Autre amélioration : la prévention contre les insectes et les moisissures. Pour éviter leur installation, le métal est omniprésent. Ainsi, les réseaux et les chemins de câbles, laissés apparents, sont en inox, le mobilier est en acier laqué, les passerelles et l’ascenseur sont habillés d’aluminium...

Enfin, le rez-de-chaussée, auparavant recoupé par plusieurs cloisonnements, a été libéré. Bureaux et salles de réunions aux ouvertures occultées ont été remplacés par une bibliothèque et un espace d’exposition permanent. Ce dernier ouvrira ses portes au public à la fin du mois de novembre prochain.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°328

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Entretien avec Joël Latour, référent technique national maçonnerie et second œuvre chez Qualiconsult, à propos de l'aspect réglementaire des acrotères. CTB Pour quelles raisons avoir[…]

10/07/2019 |
BFUP : Des textes et des domaines d'application différents

BFUP : Des textes et des domaines d'application différents

Réduire et limiter les nuisances lumineuses

Réduire et limiter les nuisances lumineuses

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Interview

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Plus d'articles