Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

L’avenir radieux de l’autoconsommation

Sujets relatifs :

L’avenir radieux de l’autoconsommation

D’une capacité de 4 à 10 kW, les nouvelles installations intelligentes de Voltwerk (VS5 Hybrid de Bosch-Voltwerk) intègrent le stockage électrique (Synerion), l’onduleur et le calculateur. Elles ont la taille d’un petit réfrigérateur ou d’une chaudière au fioul. (Doc. Bosch Power TEC/Baerwald.)

La suppression progressive de la subvention accordée aux particuliers dans le cadre de la production et la vente de l’électricité verte à EDF va modifier la production et la gestion individuelle d’énergie solaire. Les fabricants de batteries et d’onduleurs s’y préparent activement.

Des batteries capables d’alimenter une maison entière pendant plusieurs heures, et c’est le concept de stockage d’énergie domestique renouvelable qui change d’échelle. Aussi, les fabricants, concepteurs, installateurs, et les producteurs particuliers ou professionnels vont devoir en tenir compte.

La problématique générale n’a pas changé : il faut faire face au caractère intermittent de la production d’électricité verte, surtout photovoltaïque (PV). Mais la solution ne peut plus être locale. Déjà, dans certaines régions ensoleillées, les réseaux sont saturés en raison d’une variabilité et d’un décalage important entre une forte production pendant certaines heures et une surconsommation à d’autres. Dans le résidentiel, il n’est plus rare que le cumul des apports solaires et éoliens représente 30 à 50 % de la puissance maximale du réseau. Le problème s’accentue en Allemagne, en Italie, dans le Sud de la France et dans les réseaux îliens isolés (Corse, Antilles, Réunion).

Une motivation économique

Actuellement les panneaux photovoltaïques domestiques sont directement connectés au réseau à travers un simple onduleur, sans régulation. Les producteurs vendent à EDF l’électricité qu’ils produisent et consomment celle qu’ils achètent à l’opérateur.
Leur motivation est économique : en France, le prix du kilowattheure photovoltaïque vert est toujours subventionné. Mais cela ne durera pas. Ce n’est déjà plus le cas en Allemagne ou en Italie. Pour économiser, il faudra alors augmenter la part d’autoconsommation. Ce qui nécessite une transformation du circuit en connectant le panneau photovoltaïque à un onduleur/calculateur/chargeur qui répartira la production électrique vers le réseau, vers du stockage, ou directement en local, en fonction des besoins de la maison et de l’opérateur électrique régional.
C’est sur ce marché que Saft commercialise de nouvelles batteries lithium-ion de 4 à 10 kWh adaptées aux besoins d’une maison réclamant 5 kW en crête. Baptisée « Synerion », cette gamme compacte peut alimenter la maison pendant deux à trois heures, avec un rendement de 95 à 97 % bien supérieur aux batteries au plomb. Elle supporte les charges/décharges rapides, fonctionne à l’état de charge partielle, sur des cycles rapides ou lents, avec une longévité attendue de vingt ans. Cette batterie augmente l’autoconsommation de 30 à 70 %. Elle produit un courant continu et doit donc être connectée au réseau alternatif à 220 V de façon intelligente. C’est le rôle de l’onduleur/calculateur/chargeur mis au point par d’autres industriels. La communication des données est assurée via des protocoles mis au point avec des partenaires.
Plusieurs offres sont matures. Avec Bosch-Voltwerk, spécialistes des onduleurs photovoltaïques, Saft a codéveloppé un système complet qui intègre : batterie, onduleur PV, chargeur de batterie et le calculateur dans une seule armoire, de la taille d’un grand réfrigérateur. L’Allemand travaille aussi à des offres packagées avec Schüco, ou encore sur des briques de composants avec SMA, le leader mondial des onduleurs photovoltaïques.
Même si l’équipement varie de 10 000 à 20 000 euros, les Allemands ont déjà intérêt à consommer davantage l’électricité verte autoproduite que celle fournie par l’opérateur. Ces systèmes commercialisés en Allemagne, le seront très vite en France.

N°324

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°324

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Plus d'articles