Interview

« L’annonce du plan de relance a galvanisé le secteur ! »

Félicie Geslin

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« L’annonce du plan de relance a galvanisé le secteur ! »

© Untec

Président de l’Untec (Union nationale des économistes de la construction), Pascal Asselin tire un bilan positif de son dernier congrès, qui s’est tenu à Angers les 9 et 10 septembre.

CTB : Le congrès annuel de l’Untec vient de s'achever. Qu’en retenez-vous ?

L’événement s’est déroulé dans un climat serein et apaisé, rassemblant un petit millier de participants sur deux jours. Ce n’était pas la foule, mais les professionnels du secteur étaient satisfaits de se retrouver et d’échanger, et je crois pouvoir dire que l’annonce du plan de relance a galvanisé les troupes. Malgré le contexte sanitaire qui subsiste en toile de fond, la volonté de faire repartir la machine est générale. En se montrant déterminé à agir sur le plan économique, et en embarquant les problématiques climatiques, digitales et sociales qui se dessinaient déjà bien avant la crise sanitaire, le secteur affirme sa capacité à affronter les « ruptures » qui constituaient le thème directeur de cette 48e édition du congrès.

CTB : La crise sanitaire a donc joué, indirectement, un rôle d’accélérateur vis-à-vis des réformes que doit engager le secteur de la construction ?

Certes, et il faut regarder cela comme une aubaine. Le plan de relance est un coup de booster phénoménal, inespéré, accordé à la filière de la construction. À cet égard, il n’y a pas de « relance bashing » qui tienne : il faut saluer ce que le gouvernement a fait et continue de faire pour notre économie. Combien de nations, à l’échelle mondiale, ont comme la France sauvegardé l’emploi par la mise en place du chômage partiel, par exemple ?

Dans le secteur de la construction, il me paraît que chacun, conscient de cette chance, a pris sa part dans l’effort : il faut à cet égard saluer l’engagement des maîtres d’ouvrage, des maîtres d’œuvre, des entreprises, qui tous font en sorte actuellement de résorber les surcoûts générés par la crise pour être au rendez-vous des objectifs fixés par ce plan de relance.

CTB : Quid de la position des économistes de la construction face à ces diverses ruptures ?

Au plus fort de la crise sanitaire (NDLR : durant le confinement), l’Untec a enregistré des scores d’inscription élevés à ses MOOC, preuve que les économistes ont à cœur de se mobiliser face aux évolutions de leur métier. Abstraction faite du contexte sanitaire, l’enjeu prioritaire, pour notre profession, est d’accompagner l’entrée en application de la RE2020 - et donc de savoir calculer une opération en termes de coût global, à l’appui d’une Analyse de cycle du bâtiment (ACV). Cela n’allait jusqu’alors pas de soi, mais la donne est en train de s’inverser. D’ici fin septembre, l’Untec va d'ailleurs proposer un nouveau MOOC « Coût global », qui devrait permettre à tout à chacun de monter en compétences et de s’inscrire dans la dynamique de relance instillée par le gouvernement.

Nous vous recommandons

BePositive pour répondre aux enjeux de construction durable et d'emploi et formation

BePositive pour répondre aux enjeux de construction durable et d'emploi et formation

Le salon BePositive se tiendra à Lyon du 21 au 23 mars 2023 pour informer et échanger autour de la transition énergétique. Cette édition sera marquée par la construction durable avec le déploiement de la RE2020, ainsi que l'emploi et...

03/02/2023 | BoisBois
Contrôle des opérations CEE (2/3) : notre cartographie des liens d’intérêt

Enquête

Contrôle des opérations CEE (2/3) : notre cartographie des liens d’intérêt

Vers une meilleure traçabilité des déchets

Vers une meilleure traçabilité des déchets

Contrôle des opérations CEE (1/3) : des bureaux hors de contrôle ?

Enquête

Contrôle des opérations CEE (1/3) : des bureaux hors de contrôle ?

Plus d'articles