Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

L’acier paré pour l’économie circulaire

Stéphanie Obadia

PISTES DE RÉFLEXIONS

À l’issue du colloque du 9  février, la filière acier construction a fait part de six préoccupations au Sénat en proposant des axes de réflexions :
- faire respecter la règle de l’allotissement dans les marchés publics,
- assurer le bon équilibre entre qualité, fonctionnalité et économie des projets architecturaux,
- adapter la réglementation au réemploi,
- piloter la transformation des territoires (résilience, mobilité…) et faciliter la rénovation du bâti existant,

- prendre en compte la sécurité incendie et les champs d’innovation ouverts par le permis d’innover, introduit par la loi Essoc et notamment l’ordonnance 2 visant les IGH,
- étendre la prise en compte des préoccupations environnementales au-delà de l’impact carbone en exploitant certains des 25 autres indicateurs que comporte une analyse de cycle de vie (utilisation de contenu recyclé, parcours des déchets, composants destinés au recyclage ou à la réutilisation).

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

L’acier paré pour l’économie circulaire

© Ma Architectes-Arte Charpentier

L’acier est au cœur des débats avec la mission sénatoriale conduite par Valérie Létard, vice-présidente du Sénat, sur la filière sidérurgique. Le Syndicat français de la construction métallique (SCMF) et l’association ConstruirAcier reviennent sur les grands enjeux de la filière

« Des défis majeurs sont à relever en terme d’emplois, de formation, de reconnaissance du patrimoine architectural », selon le rapport remis au Sénat intitulé Donner des armes à l’acier, adopté le 9 juillet. La sénatrice Valérie Létard a, dans son rapport, souligné 30 propositions et proposé quatre leviers : soutenir l’organisation de la filière et l’effort d’attractivité ; donner à la sidérurgie de nouvelles armes dans la concurrence mondiale ; instaurer un accompagnement stratégique à tous les niveaux des politiques publiques et faire de la filière sidérurgique un levier de décarbonation de l’économie.

Réhabilitation et extension de la tour Silex, à Lyon. (© SMB/Architectes Arte Charpentier Architectes & MA Architectes)

Une activité en hausse

Le moral est au beau fixe pour l’acier. Pour Michel Julien-Vauzelle, président de ConstruirAcier, « l’aval de cette industrie sidérurgique et en particulier la filière constructive, actuellement portée par une activité correcte dans le bâtiment, voire très correcte dans le TP, a besoin d’être soutenue et renforcée par les politiques publiques. La filière constructive représente 35 % de l’acier consommé en France ». Une activité en hausse de 3,5 % (soit 3,8 Mrds €) en 2019 et où les carnets de commandes représentent en moyenne six mois de production, augurant un premier semestre 2020 prometteur. « Nous sommes plutôt satisfaits du dynamisme de la profession. Pour la cinquième année consécutive, l’activité est en hausse », confirme Roger Briand, président du Syndicat de la construction métallique de France, qui représente plus de 800  entreprises et 20 000  employés.

L’activité bâtiments industriels et de stockage reste le principal segment de la construction métallique (56 % du marché), suivis des parkings silo aérien avec ombrières (15 %) et des bâtiments agricoles ou publics (bureaux, bâtiments culturels et sportifs). Les secteurs de la rénovation et de la réhabilitation progressent significativement. Tout comme les marchés de la façade et des murs-rideaux. Seul regret, la part de marché encore insuffisante sur les bâtiments de stockage et les très grands entrepôts « On nous oppose l’incendie feu. Pourtant, les efforts et les programmes de R&D développés par le CTICM et l’ingénierie de sécurité incendie (ISI) en matière de sécurité incendie permettent de revenir sur ce marché et de déterminer la stabilité et la tenue des éléments métalliques au feu », poursuit Roger Briand.

Bilan carbone et économie circulaire

Vue d’une fabrication en atelier de production de la société SMB pour le chantier de la tour Silex, à Lyon. (© SMB)

La construction métallique a plus d’un atout en poche : sa légèreté, qui permet des surélévations de bâtiments sans nécessité de reprises onéreuses en sous-œuvre ; son faible encombrement et ses longues portées, qui permettent de dégager des espaces et de gagner de précieux mètres carrés. Mais elle s’inscrit également dans l’économie circulaire et le bas carbone. « La filière acier n’a pas attendu 2019 pour s’engager dans le développement durable. Les premiers aciers recyclés développés par le procédé Martin-Siemens datent de 1856. En France, 93 % à 97 % des aciers utilisés en construction métallique sont des aciers recyclés, avec 780 000 tonnes usinées en 2019 en France. Les chutes de production sont systématiquement recyclées, y compris les copeaux d’acier de perçage. L’acier peut être recyclé à l’infini sans perdre ses caractéristiques mécaniques, ce qui permet de préserver les ressources naturelles en évitant de puiser dans les réserves de minerai de fer », contextualise Roger Briand, qui souhaite néanmoins aller plus loin et contribuer à la mise en place d’un véritable marché du réemploi et du diagnostic déchets avant démolition.

Plutôt que de recycler les éléments et les réintroduire dans la chaîne de production, le syndicat pousse à la réutilisation des pièces pour d’autres constructions : « Les constructions métalliques sont un peu des mécanos géants facilement démontables. Avec l’arrivée du BIM, il est plus facile d’obtenir une traçabilité bien précise des éléments et de leurs caractéristiques mécaniques, ajoute Roger Briand. Démonter un ouvrage pour le remonter sur un autre site n’est pas nouveau, le Pavillon Baltard en témoigne, mais il reste à organiser, à rationaliser et à industrialiser le marché de l’occasion. » Même son de cloche pour Stéphane Herbin, directeur département innovation et communication du CTICM : « La filière est engagée depuis longtemps déjà dans l’économie de ressources et le réemploi. Elle souhaite donner des indications chiffrées de ses performances, fournir des repères, accompagner les acteurs de la construction et montrer son aptitude à l’innovation. »


Les poutres treillis de l’extension de l’Arena de Nancy ont été assemblées à l’atelier. Neuf semaines de pose ont suivi avec des levages par deux grues de 130  t ! (© Waltefaugle Bâtiment)


RE2020 oblige

L’acier, paré pour la RE2020 ? Nul doute pour le président du SCMF qui souhaite néanmoins que la partie recyclage soit prise en compte et que l’empreinte carbone soit calculée via l’unité fonctionnelle et non le composant. « Le calcul du mètre cube ou de la tonne est arbitraire. Mieux vaut parler d’éléments. » Roger Briand rappelle que l’acier est un matériau isotrope. Les efforts, modélisés en 3D, permettent d’avoir des ratios matière et performance optimisés et de réduire les quantités. De surcroît, les qualités élastiques de l’acier ont été grandement améliorées au fil des années : nous sommes aujourd’hui à 36 kg/mm2. « Si on devait reconstruire la tour Eiffel, elle serait trois fois plus légère », illustre-t-il. Il cite d’ailleurs les résultats de deux études menées par l’Ademe/CSTB et par FFB/Pouget : « L’enveloppe métallique du bâtiment réalisée par exemple en panneaux sandwich pèse 33,2 kg équivalents CO2/m2, soit 4,4 % des émissions de gaz à effet de serre sur les bâtiments très bas carbones de 750 EGES. »

Transition numérique et industrie du futur, fabrication additive, BIM, traçabilité, modularité, préfabrication, déconstruction, prévention de la production de déchets… Autant de pistes que l’acier continue d’explorer seul ou à travers le Comité stratégique de filière « Industries pour la construction ». « Il faudra convaincre et accompagner pour que le secteur ne manque pas le train du nouveau monde », conclut Roger Briand.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

MID : l’innovation sur le devant de la Seine

MID : l’innovation sur le devant de la Seine

Après le succès de sa première édition organisée à Station F, le Moniteur Innovation Day (MID) prend ses quartiers dans un nouveau lieu de prestige : la Seine Musicale. Rendez-vous y est donné le 19 octobre à tous les acteurs de la...

14/09/2020 |
La plus haute tour hybride en bois sera livrée en 2025

La plus haute tour hybride en bois sera livrée en 2025

Une solution digitale et instantanée pour la propreté

Une solution digitale et instantanée pour la propreté

Diagnostiquer pour préserver le patrimoine

Diagnostiquer pour préserver le patrimoine