Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Jeu de toiles en habillage intérieur d'une piscine

Sujets relatifs :

Jeu de toiles en habillage intérieur d'une piscine

Très lumineux, le volume intérieur du hall d'entrée, qui se dresse à 6 m de hauteur, s'ouvre en mezzanine.

À l'image d'un bateau à voile, l'impressionnant volume de la piscine est scandé par une structure formée d'épais portiques en béton. Leurs sous-faces de rampants sont parées de toiles tendues et de panneaux en étendard faisant office de pare-soleil.

La piscine du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) a été construite en 1969 par les architectes associés Henri-Pierre Maillard et Paul Ducamp. Elle se situe dans le quartier des Barnufles, comprenant des immeubles de logements sociaux, bâtis en même temps par ces mêmes architectes. Fermée en 1999, pour des raisons de sécurité, l'équipement vient de faire l'objet d'une restructuration complète menée par l'architecte parisien Thierry Nabères. Il explique : « La piscine s'inscrit dans une logique urbaine globale, avec notamment la création d'un nouvel accès, au sein d'un édicule qui marque l'entrée, jusqu'alors implantée à l'opposé et dissimulée en pied d'immeuble. L'autre particularité est que le bâtiment est encastré dans le sol et disparaît sous des toitures engazonnées. La partie émergente prenant la forme d'une pointe à 45 degrés ». Couvrant une surface utile de 4 752 m2, l'équipement, pouvant accueillir jusqu'à 600 personnes, représente un coût d'investissement de 11 Me HT, 30 % du budget étant consacré à la technique. Le bâtiment mesure 42 m de largeur, 86 m de longueur et 11 m de hauteur (terrain naturel) et la halle aux bassins, 70 x 42 m.

Hormis la consolidation du sous-sol et la restauration du bassin de 50 m, les objectifs de cette réhabilitation étaient de remettre cet équipement aux normes thermiques et de sécurité. À savoir, réorganiser les espaces intérieurs, faire pénétrer la lumière naturelle dans le volume monumental dénommé « cathédrale », créer un vrai hall d'accueil ouvert sur les bassins, recevoir un public plus large et lui offrir un degré élevé de confort. Ainsi, ont été réaménagés le déambulatoire, les vestiaires publics et collectifs, les ensembles sanitaires et douches, et les divers locaux techniques. De plus, deux salles dédiées à l'entraînement et à la convivialité sont ajoutées, au devant du grand bassin.

Des toile préfabriquées et très résistantes

Au regard de l'état de dégradation avancée du bâtiment, n'ont été conservés que l'imposante structure en béton et le bassin de 50 m. Tous les composants de l'enveloppe de l'édifice, telles que les pannes en béton et les plaques de polycarbonate de toiture, ont été déposés, pour ne garder que le « squelette ». Ce dernier se compose d'une succession de portiques de 33 m de portée et de 15 m de hauteur (faîtage), et de poutres-tirants transversales et longitudinales en béton armé. Cette ossature porteuse a été entièrement restaurée ainsi que les deux tympans triangulaires des extrémités de l'édifice : celui orienté à l'ouest ayant été percé d'une ample ouverture. En sous-face, les rampants de toiture, intercalés entre les poutres, sont munis de bacs acier acoustiques perforés, eux-mêmes parés de pans de toile tendue Batyline HM de chez Ferrari. Une toile légère, hyper robuste, durable et classée au feu M1, bien adaptée aux grands formats et résistant aux milieux humides, aux microorganismes et aux variations de températures. Ces grands panneaux rectangulaires ont été fabriqués sur mesure, par assemblage bord à bord et par couture invisible, à partir de lés de 1,80 m. Livrées in situ par camions, ces toiles sont mises en œuvre progressivement, une à une, puis elles sont tendues et lacées, à l'image de voiles de bateau. Et la création d'une verrière de 400 m2, couvrant le versant sud de la toiture en zinc, apporte un important gain de lumière. Elle est équipée de cinq séries de sept voiles étendards suspendues et lestées qui servent de brise-soleil, évitant les reflets directs néfastes des rayons solaires sur le plan d'eau. En ce qui concerne le grand bassin de 1 000 m2 comportant huit lignes, il a subi une nette modification. Il présente en effet une profondeur qui va désormais de 0,80 m à 4,20 m, adaptée à une polyvalence d'utilisation et à un public élargi formé d'enfants, de groupes scolaires, de familles, et de personnes âgées et à mobilité réduite.

Un traitement écologique à l'ozone pour l'eau

« La mise en place d'un aileron mobile hydraulique, séparant le bassin en deux dans sa longueur, autorise simultanément la pratique sportive et les loisirs », précise Thierry Nabères. Ce dernier ajoute que « si la structure existante en carrelage a été conservée, les parois ont été recouvertes de plaques d'inox et le fond traité en liner Kevlar ». Ce principe recèle de nombreux avantages, puisqu'il permet d'éviter la démolition du bassin, et de réduire les nuisances sonores et la projection de poussière. Il permet également de limiter la déstabilisation des structures, tout en assurant une exécution performante. Le bassin d'apprentissage a été détruit et remplacé par une pataugeoire ludique, d'esprit « zen », devant accueillir les tout-petits. Il est doté de petits carreaux de mosaïque, dont le calepinage se base sur un dégradé allant du blanc au bleu qui se densifie sur les bords et provient d'un calcul de pourcentage précis élaboré par l'architecte. Cet espace bas de plafond et plus intime est d'ailleurs qualifié de « crypte », par celui-ci. Quant aux installations techniques toutes renouvelées, elles comprennent surtout les habituels locaux de traitement de l'air et de l'eau disposés en sous-sol, sous la pateaugeoire. À noter qu'une démarche environnementale a été appliquée. Durant les travaux, un « chantier vert » a été mis en place, pour réduire son impact sur l'environnement alentour et protéger au maximum du bruit les riverains. Les entreprises concernées ont alors signé une charte prenant en compte la propreté du chantier et la gestion du bruit et des déchets. Et la mise en œuvre d'un procédé écologique de traitement de l'eau à l'ozone doit diminuer considérablement le taux de chlore et la diffusion polluante des chloramines. Ce traitement efficace présente des incidences positives sur la santé des usagers. Il évite les irritations des yeux et de la peau et assure un meilleur confort olfactif.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°291

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

À Versailles, une charpente en bois a été greffée sur les fermes en acier d'une halle SNCF désaffectée et une structure à poteaux et planchers en bois mise en œuvre conjointement, afin[…]

29/11/2018 | ChantierInnovation
Meccano géant sur le toit d'un bunker

Meccano géant sur le toit d'un bunker

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Plus d'articles