Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Interclima 2010 : un virage thermodynamique

Sujets relatifs :

Interclima 2010 : un virage thermodynamique

Alpha Innotec propose une nouvelle gamme de pac air/eau haute température, avec raccordement prémonté pour capteurs solaires thermiques et une régulation capable de piloter pac et capteurs. (Doc. P. Poggi.)

Peu d'évolution des chaudières, mais un fort développement des pompes à chaleur avec de nouvelles approches, des machines de plus grande puissance pour remplacer les chaudières en chaufferies, de nouveaux fluides frigorigènes . illustrent les tendances du dernier salon Interclima.

L'édition 2010 du salon Interclima a permis de faire le point sur les tendances actuelles du génie climatique. À savoir, une relative stagnation en chauffage et un énorme développement des pompes à chaleur de toutes technologies. Peu d'innovations importantes dans les chaudières émergent, sachant que les technologies destinées à augmenter les rendements des générateurs à combustibles datent de cinq à six ans : chaudière gaz à condensation avec moteur Stirling incorporé pour la production individuelle d'électricité chez plusieurs constructeurs, chaudière gaz à condensation complétée par une unité à zéolithe chez Vaillant et Saunier-Duval, chaudière gaz avec une pompe à chaleur électrique sous la même jacquette chez e.l.m. Leblanc. Aucune de ces trois technologies ne s'impose et n'était d'ailleurs commercialisée lors du salon. En effet, les fabricants de chaudières sont toujours à la recherche du relais de croissance, de l'appareil qui remplacera leur générateur pour les vingt ans à venir. Il s'agira certainement d'une solution mixte gaz naturel autre chose appoint solaire thermique. La pile à combustible était totalement absente, sa commercialisation est renvoyée à dix ans. En attendant, les constructeurs se rachètent mutuellement pour former des groupes de plus en plus importants, tout en essayant de conserver l'identité des marques. Depuis novembre 2009, Remeha-De Dietrich a finalisé l'absorption du groupe Baxi (Chappée, Idéal Standard, Brötje) et l'ensemble s'est transformé en « BDR Thermea », propriétaire de 18 usines de production (dont trois en France) et de 22 marques au total. Certaines sont d'ailleurs intéressantes, comme Senertec, spécialisé dans la petite cogénération, par exemple, et leurs produits pourraient bénéficier de l'appui de De Dietrich, Chappée et autres pour la distribution. Pour l'instant, rien n'apparaît. Une fois constitués, les groupes ont tendance à rationaliser leurs productions et leurs achats. En conséquence, les différentes marques d'un même groupe vendent pour souvent les mêmes produits et systèmes. Cette tendance est déjà observable chez Buderus-Geminox-elm leblanc (membres du groupe Bosch) chez Ariston-Chaffoteaux-Fleck-Lemercier-Rendamax-Styx (qui appartiennent à Ariston Thermo Group) chez AWB-Bulex-Glow-worm-Hermann-Protherm-Saunier Duval-Demirdöküm-Vaillant, (les 8 marques de Vaillant) etc. En attendant, le secteur des pompes à chaleur croît rapidement et il se peut que les chaudiéristes n'y aient pas suffisamment prêté attention.

De nouvelles pompes à chaleur

Toutes les marques (ou presque) proposent désormais des pompes à chaleur dites « haute température ». C'est-à-dire capables de produire de l'eau à 65 °C au minimum dans des conditions de base. Individuelles pour le moment, ces machines sont destinées à se substituer complètement à une chaudière existante, à la fois pour le chauffage et pour la production d'eau chaude. Chez Dimplex, le modèle air-eau LA 35TUR  offre de l'eau à 65 °C et une puissance nominale de 30,2 kW avec un COP de 4,8 (coefficient de performance donné pour les conditions d'essai normalisées A7/W35, soit une température d'air à 7 °C et une sortie d'eau à 35 °C) . Ce constructeur propose même 2 gammes air/eau capables d'atteindre 75 °C. Carrier montrait ses pac air/eau Aquasnap 61AF : 9 modèles capables de dépasser 65 °C. Le français AirPAC mettait en avant ses gamme Dakota - 3 modèles air/eau de 11,5, 15,10 et 17,5 kW - et Saga - 3 modèles eau/eau sur capteurs enterrés : 5, 9 et 11 kW -, toutes deux capables de fournir de l'eau à 65 °C. Ciat rappelait que sa pac Aquaciat Caleo produit de l'eau à 65 °C jusqu'à une température extérieure de -20 °C. On assiste également à l'apparition d'appareils de grande puissance conçus pour fonctionner en cascade et destinés à remplacer les chaudières en chaufferie. Dimplex revendique une cascade de 200 kW avec 5 pac LA 40TU. Stiebel Eltron propose des pac empilables 3 par 3 pour faciliter leur installation dans les chaufferies existantes. Dans la gamme Aquasnap 61AF de Carrier, le plus puissant modèle atteint 102 kW.

Pour la régulation des puissances thermiques, les fabricants issus du monde de la climatisation ont adopté l'inverter (variation électronique de la vitesse de rotation du compresseur permettant d'ajuster la puissance thermique fournie), tandis que les fabricants du secteur du chauffage préfèrent la solution bicompresseur. Leurs machines embarquent deux compresseurs de puissances différentes. Ce qui permet d'offrir trois puissances : A, B et A B. Côté fluides, ceux qui viennent de la climatisation restent fidèles au R407C pour les machines haute température, au R410A qui domine en petite et moyenne puissance, au R134a en grande puissance. Les autres se tournent vers le R404A ou vers le R290, autrement dit, du propane. C'est un excellent réfrigérant avec un haut rendement thermodynamique à faible pression, un ODP nul (Ozone Depletion Potential : contribution à la destruction de la couche d'ozone) et un GWP direct négligeable (Global Warming Potential : contribution au réchauffement de l'atmosphère).

Les machines utilisant le R290 sont plus faciles à construire en raison des faibles pressions de fonctionnement et atteignent des COP très élevés. Mais, combiné avec de l'oxygène, il s'enflamme ou explose. Cependant, dans une machine air/eau monobloc extérieure d'une puissance nominale de 15 kW, on ne trouvera que 250 g de propane. À titre de comparaison, une bouteille standard posée à côté d'une cuisinière en contient 13 kg. Auer, membre du groupe Muller, a développé une pac air/eau bicompresseur, 3 puissances, capable de fournir de l'eau à 70 °C. Elle sera commercialisée dès septembre 2010 et fonctionne au propane en modèle monophasé (6 à 17 kW) et triphasé (6 à 17 et 8 à 22 kW). Le COP nominal (A7/W35) devrait atteindre 4,4. AirPAC n'a pas craint d'annoncer la sortie prochaine de pac au propane, tandis que Dimplex en commercialise déjà.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°296

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Prévue par la loi Confiance du 10 août dernier, l’ordonnance permettra aux maîtres d’ouvrage de déroger à de nombreuses normes de construction. La mouture soumise par le gouvernement à[…]

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Façades et feu : avancées et attentes

Façades et feu : avancées et attentes

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Plus d'articles