Ingénierie, une reprise à la peine malgré le déconfinement

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Ingénierie, une reprise à la peine malgré le déconfinement

Les entreprises d’ingénierie sont désormais 86% à enregistrer une baisse des prises de commandes (vs. 70% il y a deux semaines) selon le 2e Baromètre Covid-19 de l’ingénierie proposé par Syntec Ingénierie.

Alors que le déconfinement suit son cours, l’activité économique tarde à reprendre. Les entreprises d’ingénierie, qui interviennent notamment en phase d’avant-projet (études, analyses, conception...) enregistrent une nouvelle baisse de leurs prises de commandes (-16 points par rapport à la semaine du 27 avril). Un trou d’air qui se double d’une accentuation des difficultés de trésorerie : la 2e édition du baromètre Covid-19 réalisée par Syntec-Ingénierie auprès de ses membres révèle qu’1 entreprise sur 2 est désormais confrontée à des délais de paiement plus importants.

Pierre Verzat, président de Syntec-Ingénierie :

« Les appels d’offres publics et privés repartent à la hausse un peu partout en France. Néanmoins, l’investissement est très loin d’avoir retrouvé un niveau d’avant-crise. De nombreux points de blocages subsistent, notamment au niveau local où les décisions restent conditionnées à la tenue du 2nd tour des élections municipales. Cela crée un trou d’air et impacte durement les entreprises d’ingénierie qui sont à l’avant-poste de la relance de l’activité économique. »

Un ralentissement économique qui se poursuit malgré le déconfinement

L’ingénierie accompagne maîtres d’ouvrages et industriels dans la conception et réalisation de leurs projets industriels et de construction (aéronautique, automobile, environnement, construction, infrastructures, industrie, énergie, chimie, numérique, etc.).

Alors que le confinement a pris fin le 11 mai et que l’investissement repart légèrement à la hausse, les entreprises d’ingénierie sont toujours plus nombreuses à enregistrer une baisse de leur prise de commandes par rapport à l’année dernière : 86% des répondants contre 70% il y a deux semaines. Logiquement, elles sont également plus nombreuses (95%, vs. 90%) à anticiper une baisse de leur activité au second semestre 2020. Enfin, elles sont 36% (vs. 28% précédemment), à estimer que le redémarrage économique n’aura pas lieu avant au moins un an.

La trésorerie des entreprises mise à mal

Ce phénomène de trou d’air pèse sur la trésorerie des ingénieristes. Ceux-ci sont pris dans un double mouvement contradictoire : d’une part la diminution de la part de leurs collaborateurs en activité partielle (de 30% la semaine du 27 avril à 19% celle du 12 mai) ; et d’autre part, l’apparition de nouvelles difficultés financières. Dorénavant, plus d’une entreprise sur 2 est confrontée à un allongement des délais de paiement (en 2 semaines : + 15 jours en moyenne pour 30% d’entre elles).

Elles doivent également prendre à leur charge les frais des mesures de sécurité sanitaire qui permettent le retour au bureau de leurs collaborateurs qui sont de moins en moins nombreux à télétravailler (de 54% à 45%). Adaptation des postes, fourniture de kits sanitaires, désinfection des locaux... les entreprises devront en moyenne débourser 800 euros par salarié en 2020 et pour 78% d’entre elles, ces frais seront à leur charge uniquement.

Focus télétravail : du working office au meeting office ?

Les entreprises d’ingénierie, qui ont fait preuve de responsabilité, ont massivement eu recours au télétravail dès le début de la crise. Si plus d’1 entreprise sur 2 pense que cette nouvelle modalité de travail peut faire gagner en performance, elles sont 60% à estimer que le télétravail en période de confinement a engendré une perte de productivité. A cela s’ajoutent des difficultés liées à l’isolement, au manque de communication entre collaborateurs et au management quotidien.
Un constat en demi-teinte qui s’accompagne néanmoins de bénéfices, avec en top 3 : la fin du temps de trajet domicile-travail, un meilleur équilibre vie professionnelle/personnelle et une meilleure concentration.

« La crise liée au Covid-19 a changé la donne concernant le télétravail. S’il est clair qu’il sera amené à se généraliser, il conviendra de trouver un nouveau point d’équilibre. Le passage brutal du tout bureau au 100% télétravail ne s’est pas fait sans heurt – absence de préparation, situations personnelles complexes, etc. -. Les semaines à venir seront déterminantes pour inventer les nouvelles modalités du travail de demain et opérer une transition sereine du working office au meeting office. » explique Pierre Verzat, président de Syntec-Ingénierie.

Nous vous recommandons

BePositive pour répondre aux enjeux de construction durable et d'emploi et formation

BePositive pour répondre aux enjeux de construction durable et d'emploi et formation

Le salon BePositive se tiendra à Lyon du 21 au 23 mars 2023 pour informer et échanger autour de la transition énergétique. Cette édition sera marquée par la construction durable avec le déploiement de la RE2020, ainsi que l'emploi et...

03/02/2023 | BoisBois
Contrôle des opérations CEE (2/3) : notre cartographie des liens d’intérêt

Enquête

Contrôle des opérations CEE (2/3) : notre cartographie des liens d’intérêt

Vers une meilleure traçabilité des déchets

Vers une meilleure traçabilité des déchets

Contrôle des opérations CEE (1/3) : des bureaux hors de contrôle ?

Enquête

Contrôle des opérations CEE (1/3) : des bureaux hors de contrôle ?

Plus d'articles