Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Industries de la construction : la production reprend

Stéphanie Obadia

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Industries de la construction : la production reprend

La production reprend de façon partielle chez Norsilk

Suite à l’annonce progressive de la reprise des chantiers, l’industrie se remet doucement en ordre de marche, reprend progressivement son activité afin de d’honorer les commandes et permettre la reprise des chantiers.

 

Les entreprises s’organisent pour mettre en pratique les guides de recommandations publiés par les organisations professionnelles de la construction et adapter les règles barrières (distanciation sociale, organisation, hygiène, etc…), afin de permettre une continuité de l’activité tout en garantissant la santé et la sécurité des salariés. Chaque entreprise adapte ainsi les différentes recommandations, définit les mesures de prévention en fonction de sa propre analyse de risque.

Depuis le début du confinement le 16 mars, la quasi-totalité des usines de fabrication de matériaux et des équipements pour la construction avaient arrêté leur production (la livraison s’est cependant poursuivie grâce aux stocks). « Si les industries des matériaux de construction ont cessé leur activité, c’est avant tout  parce que la demande a fortement chuté suite au confinement et à l’arrêt des chantiers. Il n’y a pas eu de crise de l’offre mais bien de la demande. D’autant que la logistique et la livraison n’ont jamais cessé de fonctionner », insiste Hervé de Maistre, président de l’AIMCC, l’Association française des industries des produits de construction. « Avec la reprise des chantiers progressive et la publication du guide de l’OPPBTP, les entreprises reprennent leur activité mais de façon partielle, poursuit-il. On estime que l’activité en terme d'emplois dans les usines est de 25 % aujourd’hui ».

Quid des industries en Europe

Depuis la mise en confinement des français, Daikin France a assuré la continuité de ses activités en télétravail (hotline technique, enregistrement des commandes) ou en équipe réduite de techniciens sur le terrain pour les interventions techniques dites prioritaires dans le respect des mesures de sécurité. Quant à la production, elle diffère en fonction des pays. En Italie, par exemple, les usines de production de groupes à eau glacée, CTA et ventilo-convecteurs, ont toutes été mises à l'arrêt le 25 mars et sont dans l’attente du feu vert des autorités pour reprendre. Alors qu’en Espagne, l’usine Tewis a poursuivi son activité, avec une réduction de sa capacité aux environs de 60%. Et qu’en République Tchèque, les usines ont poursuivi une production quasi habituelle, « à l'exception de quelques aménagements dans l'organisation du personnel pour éviter que les salariés ne se croisent lors des changements d'équipes », indique Philip Brangers, directeur commercial adjoint qui assure donc la continuité d'approvisionnement.

De son côté, le fabricant de solutions pour la salle de bains et les équipements de cuisine Grohe a revu sa production en Europe. De nouvelles installations ont été mises en place afin de garantir des mesures d'hygiène et de sécurité strictes et de nouveaux calendriers de production ont été établis sur le site allemand. Au Portugal, l’activité du site de production d'Albergaria, arrêtée depuis le 30 mars, a repris depuis le 12 avril. « Des mesures faisant l'objet de réexamens constants sont mises en place en fonction de l’actualité », précise Thomas Fuhr, directeur général de Grohe France.

Et en France…

Les fabricants de profilés aluminium se disent prêts à répondre à la reprise. « 30% de l’activité de l’industrie de l’aluminium en France, dont plusieurs fileurs, s’est maintenue dans des conditions économiques incertaines », précise Cyrille Mounier, délégué général du groupement d’aluminium France (GFA). Le SNFA et l’UFME ont repris leurs activités le 6 avril et les fileurs français sont prêts à monter en puissance jusqu’à leur pleine capacité afin d’assurer un service complet, de l’extrusion à la finition. Le groupement en profite pour rappeler « la nécessité de remettre au cœur de nos activités nos savoir-faire français et européens et autour d’un fabriqué en France, vrai, complet, cohérent et bientôt bas carbone ».

Par ailleurs, Norsilk, spécialiste de l’enveloppe du bâtiment bois, qui reprend la production partielle sur ses sites de Boulleville (27), d’Honfleur (14), son site logistique et station de traitement. L’activité qui était en suspens depuis le 16 mars dernier est aujourd’hui en mesure d’assurer 75% de la capacité de production de l’usine pour anticiper la reprise et les commandes. Si actuellement Norsilk gère une activité qui était descendue à 35 %, la reprise attendue des prochaines semaines a été largement anticipée coté approvisionnement. Sur les 7 lignes, 6 ont pu été réouvertes : « pour l’une d’entre elle, il était impossible de respecter les règles de distanciation obligatoire et donc de faire travailler les collaborateurs dans des conditions suffisantes de sécurité », détaille Pierre-Yves Guégan, président de Norsilk. Outre les précautions sanitaires, il a fallu envisager une modification horaire pour que les deux équipes, celle du matin et celle de l’après-midi, ne se croisent pas. De plus, la prise de température sera obligatoire pour tous à la prise de poste, du gel hydroalcoolique et des masques seront mis à disposition, les postes de travail désinfectés et une distance d’un mètre cinquante entre chaque salarié sera observée ».

Parmi les entreprises de menuiseries, VD industry, spécialisée dans la protection des personnes et des biens dans les bâtiments en cas d’incendie, vient tout juste de reprendre son activité, même si « la direction est toujours et depuis le début à 300% », explique Laura Ferry, la directrice communication et marketing de l’entreprise. Un protocole de sécurité a été rédigé par la cellule de crise et soumis à l’inspection du travail, la médecine du travail et les partenaires CSE. Outre le rappel des gestes barrières, il contient de nouvelles procédures internes (entrée et/ou la sortie dans le bâtiment, usage des réfectoires, passation de dossier papier). « Bien évidemment, dès que possible nous priorisons la télétravail ». Si les chantiers de ses clients n’ont pas encore repris, l’entreprise veut être prête : « nous allons stocker ou livrer, cela se décide au cas par cas, par client et par semaine ».

Quoi qu’il en soit, cette crise aura des conséquences et pas seulement économiques : « l’heure de la digitalisation a sonné. Cette crise sanitaire nous aura donné l’élan nécessaire pour réfléchir aux nouvelles améliorations point de vue technologique ! », conclut Laura Ferry.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Enquête volets coulissants (2/2) - Allier confort et sécurité

Enquête

Enquête volets coulissants (2/2) - Allier confort et sécurité

L'offre de volets coulissants doit permettre des déclinaisons techniques compatibles avec le type de bâti et les différentes orientations des façades.Le bâtiment Orange Atalante réalisé récemment à Cesson-Sévigné (35) par les...

23/07/2020 | Produit
Enquête volets coulissants (1/2) - Entre ombre et lumière

Enquête

Enquête volets coulissants (1/2) - Entre ombre et lumière

Kalfire E-one propose une cheminée numérique

Kalfire E-one propose une cheminée numérique

Robinetterie sans contact (2/2) - La propreté, ça coule de source

Enquête

Robinetterie sans contact (2/2) - La propreté, ça coule de source