Hikari, un îlot Bepos franco-japonais qui joue la mixité

Sujets relatifs :

PHOTO - 851436.BR.jpg

Fruit de la collaboration de Bouygues immobilier avec Nedo - l’équivalent japonais de l’Ademe - et Toshiba, l’îlot de 12 310 m2 construit à Lyon Confluence conjugue mixité des usages et mixité de la production et du stockage d’énergie.

Dernière réalisation de la phase 1 de l’aménagement du quartier Lyon Confluence, le chantier Hikari a été remporté en 2011 par le consortium Bouygues Immobilier-SLC et Kengo Kuma & Associates. Le premier îlot à énergie positive d’Europe a vu le jour dans le cadre d’un partenariat entre le Grand Lyon et l’agence publique japonaise Nedo, avec le support de Toshiba. La maîtrise d’œuvre a été confiée à l’architecte japonais Kengo Kuma.

Développé en trois bâtiments, deux en R+7 et un, central, de logements en R+8, l’îlot se caractérise par la mixité des usages (bureaux, commerces et logements), un sous-sol commun et une production d’énergie mutualisée. L’architecte a sculpté les volumes dans un esprit bioclimatique, en favorisant la lumière naturelle, qui se dit « Hikari » en japonais. Des failles triangulaires dans les façades laissent entrer la lumière au cœur des bâtiments. En outre, les plateaux de bureaux, peu profonds, bénéficient d’une grande hauteur sous plafond. « La livraison est prévue cet été. Tous les logements sont déjà vendus, et les bureaux, presque tous loués, dont 5 200 m2 au cabinet d’audit Deloitte », se félicite Ana Vidal-Andujar, directrice immobilier d’entreprise Sud-Est chez Bouygues immobilier.
Les travaux ont commencé à la mi-2013. « La structure béton est en poteaux poutres, avec des dalles épaisses en champignons, évitant la retombée des poutres, indique Jérôme Clément, responsable du projet chez Bouygues immobilier. L’îlot vise une labellisation HQE Bepos ; les logements et commerces respectent la RT 2005, et les bureaux, la RT2012. » Mais, du fait de la mixité des usages et du caractère innovant de nombre des équipements installés, la quasi-totalité du projet ne peut pas être valorisée au sens de la RT. Outre le parti pris de privilégier la lumière et la ventilation naturelle, le programme met en œuvre trois sources d’énergie renouvelable associées à un triple stockage d’énergie. Tout a été pensé par l’architecte, en association avec le BET Setec et Toshiba, pour réduire la facture énergétique : par exemple, l’éclairage communicant Dali par leds fourni par Toshiba, les ascenseurs Otis Gen2 à récupération d’énergie, ou le recyclage des eaux de pluie et de la chaleur des eaux grises des logements.

N°343

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°343

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Marseille s'offre une cure de thalassothermie

Marseille s'offre une cure de thalassothermie

Le nouvel écoquartier Smartseille, dans les quartiers nord de la ville, est desservi par un réseau d'eau douce tempérée régulé thermiquement par une boucle d'eau de mer. Celle-ci assure le[…]

30/03/2017 | ActualitéChantier
Une toiture-terrasse qui évolue en potager

Une toiture-terrasse qui évolue en potager

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

Dossier

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

Le Supergrid Institute de Villeurbane va s'agrandir

Le Supergrid Institute de Villeurbane va s'agrandir

plus d’articles