Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Gros œuvre Blocs de fondation simplifiant sa mise en œuvre

Sujets relatifs :

Gros œuvre Blocs de fondation simplifiant sa mise en œuvre

Réglage multiple à partir d’un élément 1. Assise du mur supérieur. 2. - 3. Gorges pour les armatures horizontales. 4.Butée d’alignement du mur supérieur. 5.Gorge pour la mise en place d‘un repère d’alignement. 6.Parties creuses pour le béton de fondation. 7.Partie pleine assurant la résistance du bloc.

Innovant, le système de fondation Vertical Bloc est caractérisé par sa précision quant à l’implantation des murs et la mise à niveau de l’ouvrage, par sa facilité de mise en œuvre et les gains de temps qu’il génère sur le chantier.

Primé au Palmarès national de l ‘innovation 2002 (1), cet élément de maçonnerie dérivé des blocs de béton agglomérés classiques, joue un rôle clé dans la réalisation des fondations de maisons individuelles. La pièce maîtresse du système de fondation Vertical Bloc, est un bloc préfabriqué appelé « Fondabloc ». Posé sur un lit de béton sec, il supporte des longrines, éléments linéaires de fondation du procédé. Ces longrines sont préfabriquées en atelier ou directement sur le chantier. Elles sont constituées de blocs « Vertical bancheurs » assemblés à sec. Modules de base du procédé, ces blocs de béton aggloméré s ‘empilent et s ‘ajustent sans qu’aucune découpe ne soit nécessaire, grâce à un système de coulissement. Des aciers horizontaux et verticaux de reprise sont placés dans la longrine avant le coulage du béton hydrofugé. La liaison entre longrines est effectuée sur place, toujours avec des blocs bancheurs. Ce type de procédé permet de réaliser la fouille, la fondation, le soubassement, l’étanchéité, en une seule opération continue.

Placer les aciers au cœur du béton

Le bloc de fondation présente une découpe particulière. Ce concentré d’encoches, de ­repères, de parties pleines et de parties vides remplit plusieurs fonctions. Ainsi :

- la butée latérale du dessus du bloc facilite le positionnement des longrines. L’intérieur de la butée correspond aux cotes extérieures des murs du bâtiment ;

- les gorges horizontales sur les côtés et au centre permettent de positionner les aciers et surtout de les maintenir surélevés par rapport au sol. Ils se retrouveront donc au cœur du béton de fondation qui sera coulé par la suite dans la tranchée ;

- une autre gorge verticale rend possible la mise en place d ‘un repère d ‘alignement.

Afin d’assurer une continuité parfaite du béton ainsi coulé, le bloc présente de nombreuses alvéoles. Les parties pleines garantissent, quant à elles, la solidité de l’édifice et résistent à la compression.

La mise en œuvre sur le chantier est simple et rapide. Après l’ouverture des tranchées, les blocs de fondation sont mis à niveau au laser grâce au béton de propreté sur lequel ils sont posés. Les aciers horizontaux sont placés dans les gorges réservées à cet effet. Chaque longrine est déposée sur deux blocs de fondation avec des engins de terrassement traditionnels. La longueur de celles-ci ne dépassent pas dix mètres. Elles sont calculées par un programme informatique qui les détermine selon la profondeur des fondations et les capacités de levage sur le chantier. Le clavetage entre longrines est réalisé avec des blocs bancheurs. Au final, l’exécution de la mise en œuvre du béton de fondation par bétonnage en sous-œuvre.

Le tout garantit un parfait chaînage de l ‘ensemble. L’assemblage à sec des éléments élimine les risques de remontées capillaires. Il est à noter également que les quantités de béton nécessaires à la réalisation des parties enterrées d ‘un ouvrage sont plus facilement calculables, entraînant ainsi une réduction du coût de l’opération.

Plus de rentabilité mais aussi une amélioration de la qualité

Ce procédé est né du besoin d’améliorer les conditions de travail sur chantier et d’accélérer le processus de mise en œuvre. Il offre selon son concepteur, non seulement un gain de rentabilité mais aussi une amélioration de la qualité. En effet, sur des chantiers classiques, au moment de la réalisation du béton de fondation, le repérage des niveaux et le positionnement des armatures s’avèrent souvent approximatifs. De plus, le temps de prise dudit béton exige l’interruption des travaux, retardant le montage des rangs supérieurs de ­soubassement. Une opération délicate en cas d’intempéries car le béton est exposé à la contamination des eaux boueuses.

Un avis technique a été délivré par le Centre scientifique et ­technique du bâtiment (Cstb) pour le procédé Vertical Bloc dans sa globalité. Tous les ­éléments sont fabriqués de manière industrielle dans la région de Saint-Etienne (Loire). Le coût pour une pièce ­Fondabloc est d ‘environ 6 E HT. ­Ce système s’adresse à plus ­de 80 % du ­marché de la fondation, c’est-à-dire essentiellement au marché de la maison individuelle, des ­bâtiments ­publics de faible ­hauteur, des bâtiments industriels et ­agricoles, ainsi qu’au marché des murs de soutènement.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°237

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2003 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

31 mètres, c'est la hauteur du bâtiment Perspective récemment inauguré à Bordeaux. Un édifice de 7 niveaux conçu en structure bois poteau-poutre qui met à l'honneur le bois massif,[…]

12/11/2018 | ActualitéChantier
Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Plus d'articles