Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Enquête

Enquête onduleurs photovoltaïques (2/2) - Gérer et stocker l'énergie

Enquête réalisée par François Ploye
Enquête onduleurs photovoltaïques (2/2) - Gérer et stocker l'énergie

Onduleur hybride d'Imeon Energy pour consommer sa production solaire, la stocker dans des batteries, injecter ou consommer sur le réseau seulement si nécessaire. Disponible en version monophasée (4 kW) ou triphasée (12 kW).

© Photos Imeon Energy

Si les onduleurs savent optimiser la conversion d'électricité parfois au niveau de chaque module, une offre de produits hybrides onduleurs-chargeurs se développe.

Avec un micro-onduleur en sortie de chaque panneau, l'optimisation de la production et la conversion se font module par module. Le pionnier du procédé est la société californienne Enphase Energy, créée en 2006. « Nos premiers projets remontent à 2008. À l'époque, le micro-onduleur, avec la conversion de puissance positionnée à proximité du module, était une technologie inédite. Depuis, nous en avons vendu 15 à 16 millions dans le monde », indique Vincent Combaret, responsable technique et support client chez Enphase Energy France. La mise en sécurité de l'installation photovoltaïque est aussi un point fort du procédé. Avec une conversion en courant alternatif (AC) au plus proche du module, le courant continu (CC) demeure en très basse tension, au maximum aux environs de 40 V.

En cas de défaut électrique, de risque d'orage ou de perte du réseau AC, le micro-onduleur permet une coupure très proche du panneau. De plus, l'installation électrique AC répond à la norme NF C15-100 bien connue des électriciens, plus sécurisante et signe d'une mise en œuvre plus aisée.

Investir pour une meilleure performance

Côté investissement, la technologie du micro-onduleur est plus onéreuse, mais le rendement global est meilleur. « Néanmoins, le système demeure difficilement compétitif sur les grandes centrales. Cette solution est bien positionnée si les contraintes s'additionnent et, en particulier, si l'enjeu sécuritaire est important, comme sur les toitures de grandes surfaces commerciales ou d'entrepôts logistiques », constate Vincent Combaret.

Les micro-onduleurs Enphase sont connectés à un portail web qui donne accès à une vue détaillée module par module de l'installation, avec cinq grandeurs principales comme les tensions DC et AC, la température interne au panneau, la fréquence, etc. La production photovoltaïque est ainsi analysée à distance de manière fine et la défaillance d'un panneau peut être décelée. Le concurrent est la société APsystems, fondée en 2009 dans la Silicon Valley. Sa gamme de produits comprend des appareils pouvant gérer un, deux ou quatre panneaux. « Un de nos axes de différenciation réside dans le microprocesseur de l'onduleur, qui est de type FPGA (field-programmable gate[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°370

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

TenCate GeoClean, dépolluer les eaux des hydrocarbures

TenCate GeoClean, dépolluer les eaux des hydrocarbures

TenCate Geosynthetics lance aujourd'hui TenCate GeoClean, un aquatextile en structure poreuse tridimensionnelle non-tissée qui fixe et élimine naturellement les hydrocarbures des eaux de ruissellement et[…]

13/11/2018 | ActualitéInnovation
Présentation des Prix AMO 2018

Présentation des Prix AMO 2018

Le bois massif aux airs de bambou

Le bois massif aux airs de bambou

VMC double flux (1/2) - La réglementation tire les performances vers le haut

Enquête

VMC double flux (1/2) - La réglementation tire les performances vers le haut

Plus d'articles