Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

GENIE CLIMATIQUE Label Promotelec Europtibat pour des bureaux lyonnais

Sujets relatifs :

GENIE CLIMATIQUE Label Promotelec Europtibat pour des bureaux lyonnais

Le siège d’Infogrames est le premier ensemble de bâtiments à recevoir le label Promotelec Europtibat. Cette distinction a été attribuée pour la performance de la GTB de ce complexe de bureaux et salles de réunions, dont la climatisation est assurée par thermofrigopompes sur nappe phréatique.

Conçu pour accueillir 800 utilisateurs, siège mondial d’Infogrames, ce bâtiment est l’aboutissement d’un projet né en 1999, lorsque Infogrames, leader international de production et de distribution des jeux multimédias, a consulté le promoteur Sogelym Steiner pour concevoir et installer son siège mondial dans la capitale des Gaules, à Lyon (Rhône). Afin de réaliser un complexe répondant aux attentes de son client, le maître d’ouvrage a tenu compte d’un cahier des charges précis, à savoir, un ensemble au style « campus » offrant une image high-tech, qui autorise la modularité et la flexibilité des bureaux dans le cadre d’une maîtrise précise du coût des charges de chauffage et de rafraîchissement des locaux. Original, cet ensemble, réalisé en collaboration avec Sud Architecte, se caractérise par des bâtiments peu élevés (R  1 et R 2) dessinés en silhouettes de péniches et réalisés en différents matériaux : béton, bois, verre et acier. Cette idée a été inspirée par la proximité de la Saône et l’historique du lieu (une ancienne zone industrielle et son chantier naval).

Outre une isolation soignée, le nouveau siège répond aux prescriptions de la RT 2000 sur l’utilisation des parois vitrées (inférieur à  à 50 % du bâtiment). Des verres double vitrage à faible transmission solaire (– 32 % de l’apport calorique solaire) ont donc été répartis entre les verrières qui coupent verticalement chaque bâtiment et la façade du hall d’entrée. Le coefficent G1 de l’ensemble affiche 0,7 W/m3. Au total, six bâtiments pour une surface de 16 430 m2, dont 14 105 m2 utiles, constituent ce campus qui regroupe, entre autres, un hall d’accueil, des bureaux, des salles de réunion, un auditorium, un show-room, deux salles informatiques et plusieurs cafétérias. La conception technique de l’ensemble a été confiée à deux bureaux d’études techniques : Auberger Favre pour le génie climatique et ITEE pour la GTB (gestion technique du bâtiment) et l’électricité. Suite aux études menées, l’option énergétique du « tout électrique » proposée par EDF, en partenariat avec ces bureaux d’études, a été retenue. Aussi originales que l’architecture, la production et la gestion du chaud et du froid sont obtenues à partir de deux thermofrigopompes (PAC) sur eau de forage. Cette solution est facilitée par la proximité d’une nappe phréatique généreuse, dont la température est constante à 14°C toute l’année car en liaison souterraine avec la Saône. Les deux machines thermiques engendrent en parallèle un circuit d’eau chaude et un circuit d’eau glacée. En fonction des saisons, de la demande et de l’apport thermique des bâtiments (forte concentration d’ordinateurs et d’appareils électriques dégageant de la chaleur), les calories sont alternativement pompées ou rejetées vers l’extérieur, l’eau assurant l’essentiel du transfert thermique.La ventilation est effectuée en toiture, pour les six bâtiments, par des centrales de traitement de l’air. Tous les flux thermiques sont supervisés et optimisés par une GTB qui répond aux normes préconisées par Europtibat. Installé au centre du parking (180 places) dans le sous-sol de l’édifice, le local technique principal accueille un groupe Carrier 30 HCX 155 d’une puissance de 505 kW froid et 625 kW chaud et un groupe Carrier 30 HCX 260 d’une puissance de 814 kW froid et 1 015 kW chaud. Les deux PAC offrent un COP chaud froid supérieur à 4. Une chaudière électrique de secours est branchée sur le réseau d’eau chaude en cas d’avarie de PAC. Le montage comprend deux circuits parallèles d’eau, l’un d’eau glacée, l’autre d’eau chaude. Le premier propose de l’eau froide entre 7 et 12°C alors que le second distribue de l’eau entre 30°C et 35°C l’été et entre 55°C et 60°C l’hiver. L’ensemble est alimenté par la nappe grâce à un forage et deux pompes à vitesse variable de 150 m3 par heure chacune (l’une venant en secours de l’autre). Les échanges thermiques sont effectués par des ventilo-convecteurs quatre tubes dans les bureaux, des armoires de climatisation pour les deux salles informatiques, des radiateurs à eau chaude et des MCI de Carrier. La ventilation des bureaux est assurée par des centrales double flux comportant une batterie électrique, une batterie chaude et une batterie froide alimentées par les thermofrigopompes.

Recherche de flexibilité pour la GTB

La GTB regroupe six serveurs OPC reliés par réseau Ethernet. Elle opère sous protocole LonWorks avec une supervision Panorama à partir d’un poste principal (panorama OPC) et d’un deuxième superviseur pour le poste de gardiennage. Elle est pilotée avec le logiciel NL Facilities de Newron System qui autorise une configuration automatique des bureaux. La GTB gère le chauffage, la climatisation, l’éclairage général(703 zones avec 500 télécommandes, 120 détecteurs infrarouges et 14 détecteurs d’occupation), l’éclairage de sécurité, la ventilation (3 VMC simple flux et 9 VMC double flux), l’eau chaude sanitaire répartie en 21 ballons (1 450 litres au total) et 60 alarmes de détection intrusion et gestion d’accès. L’instrumentation regroupe deux compteurs télérelevables sur chaque machine thermique et un compteur télérelevable sur la chaudière électrique auxquels il faut ajouter un compteur de calories et un autre de frigories.

À la demande d’Infogrames, le maître d’ouvrage a mis au point un bâtiment de bureaux souple et flexible. Cette flexibilité de l’organisation est assurée par Metabureaux, un logiciel d’assistance à la configuration automatique des locaux en fonction des équipes de travail en liaison avec la GTB (12 000 variables en entrée). Cette option permet, dans le cadre d’une bonne performance énergétique, des modifications régulières d’implantation des différents espaces de travail en fonction des besoins.

Le protocole LonWorks autorise en effet toutes les extensions et modifications de réseau grâce à son intelligence distribuée. Souplesse des fonctions, réaction aux modifications proches ou éloignées, disponibilité, économie de matériel et câblage réduit malgré 10 000 points concernés le caractérisent pour un investissement inférieur à 15,4 euros par m2.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°233

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2003 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

31 mètres, c'est la hauteur du bâtiment Perspective récemment inauguré à Bordeaux. Un édifice de 7 niveaux conçu en structure bois poteau-poutre qui met à l'honneur le bois massif,[…]

12/11/2018 | ActualitéChantier
Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Plus d'articles