Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Fondations spéciales pour un immeuble de bureaux

Sujets relatifs :

Fondations spéciales pour un immeuble de bureaux

Une paroi berlinoise, constituée de 132 pieux, assure le soutènement provisoire lors du terrassement de la fouille. (Doc. Ph.D.)

La construction de ce bâtiment francilien, comprenant jusqu’à trois niveaux de parking enterré et fondé sur des pieux ancrés à 35 m de profondeur, nécessite la réalisation préalable d’une paroi berlinoise, afin d’assurer le soutènement pendant la phase travaux.

Le Skalen est un futur immeuble de bureaux (R 5) implanté sur une parcelle d’environ 5 000 m2 située sur la commune de Châtillon (92). Le bâtiment, qui comporte deux (zone est) et trois niveaux (zone ouest) de parking, est implanté sur une ancienne carrière de calcaire grossier, le site ayant fait l’objet d’une campagne préalable de comblement au coulis de ciment par injections gravitaires.

Paroi berlinoise inversée côté mitoyen

« Le projet, bien représentatif des conditions de construction en région parisienne, se situe dans un environnement urbain très sensible, à proximité immédiate des bâtiments, rues et réseaux existants », souligne Valentin Duca, le responsable d’affaires de Spie Fondations, le terrain étant enclavé entre la rue Pierre Sémard à l’ouest, l’avenue de la République à l’est et, côté sud, un bâtiment existant (R 2 à R 4), ainsi qu’une aire de station-service.
L’exécution de la fouille a nécessité la réalisation préalable d’une paroi berlinoise, afin d’assurer le soutènement durant les terrassements. Cet ouvrage étant constitué de 132 pieux (diamètre 82 cm) exécutés à la tarière simple, et répartis sur le périmètre de l’opération selon un espacement de 2,50 à 2,70 m. Ils sont équipés de profilés métalliques (HEB 340 à 500), un voile de blindage continu étant réalisé en béton projeté au fur et à mesure des terrassements, eux-mêmes exécutés par passes de 2,00 m de profondeur. Un à deux lits de tirants de 14 m de longueur (diamètre 180 mm), équipés d’armatures (6 à 7 torons T15-7), viennent compléter la structure en assurant la stabilité de la paroi (40 cm) en phase provisoire. « Nous avons réussi à intégrer les pieux dans l’épaisseur de la paroi, entre la limite de propriété et le nu fini, souligne Valentin Duca. Seul un pieu de soutènement sur trois étant ancré sous la carrière, la structure de soutènement travaillant en poutre voile entre deux pieux porteurs consécutifs, les autres s’arrêtant 4 à 5 m sous le fond de fouille. » Un schéma qui se complique singulièrement au sud, la proximité des ouvrages mitoyens interdisant à la machine de pouvoir approcher l’existant, ou de « tiranter ».
« Nous avons dû réaliser une berlinoise inversée », poursuit Valentin Duca, les pieux étant décalés d’un mètre à l’intérieur de la parcelle, le soutènement en phase provisoire était assuré par des butons métalliques (diamètre 406 à 508 mm), fondés sur des massifs superficiels en fond de fouille et appuyés contre le bâtiment existant.

Fondations à 35 m de profondeur

Quant aux fondations du bâtiment proprement dites, elles sont constituées de 120 pieux intérieurs dont le diamètre varie entre 82 et 102 cm. Tous les éléments sont ancrés sous la base de la carrière, soit jusqu’à 35 m de profondeur, afin d’assurer le transfert des charges dans la couche de calcaire grossier.
Les pieux sont scellés en béton sous le fond de fouille, la partie supérieure des forages étant remblayée au moyen d’une grave ciment facile qu’il est ensuite facile à excaver lors des terrassements.
Une fois la fouille achevée, les pieux seront repris en montant, au fur et à mesure de l’exécution des niveaux de parking, dont les planchers assureront le « butonnage » définitif.
À noter que ce chantier, qui a fait classiquement l’objet d’un planning serré, est soumis à une campagne de surveillance sévère (tirants instrumentés et suivi topographique haute précision), du fait de la présence de mitoyens sensibles.

N°311

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°311

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

31 mètres, c'est la hauteur du bâtiment Perspective récemment inauguré à Bordeaux. Un édifice de 7 niveaux conçu en structure bois poteau-poutre qui met à l'honneur le bois massif,[…]

12/11/2018 | ActualitéChantier
Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Plus d'articles