Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Faut-il reconduire le PTNB ?

Jacques Rolland

Sujets relatifs :

,

Faut-il reconduire le PTNB ?

Le PNTB se termine à la fin de l'année 2017, pour autant la demande d'accompagnement des entreprises existe, d'autant plus que la technologie séduit les professionnels.

© Infographie PTNB

De nombreux acteurs du secteur plaident pour la prolongation du Plan transition numérique dans le bâtiment. Le taux d'appropriation du BIM et de la maquette numérique par les entreprises y incite.

Prévue pour trois ans, la mission assignée au Plan transition numérique dans le bâtiment (PTNB) par le ministère du Logement s'achève fin 2017. Elle a permis de financer, à hauteur de 20 millions d'euros, 25 actions (lire page suivante ) destinées à « faire entrer rapidement et durablement la filière bâtiment dans l'ère du numérique », rappelle Bertrand Delcambre, président du PTNB, dans son dernier rapport d'étape publié début avril.

Pour autant, le PTNB a-t-il rempli ses objectifs ? Son rôle s'arrête-il là ou faut-il le prolonger ? Sept mois avant l'échéance et, surtout, à l'aube d'un changement gouvernemental important, la question mérite d'être posée. Même si plusieurs actions sont encore en cours ou viennent juste d'être lancées, comme l'appel à projet Chantiers en BIM, le BIM FM ou la création d'espaces de travail collaboratifs, deux angles de réponse doivent être abordés. Le premier est quantitatif : le besoin existe et les résultats commencent à se voir.

Le dernier baromètre commandé par le PTNB montre que le niveau global d'usage du BIM et de la maquette numérique dans les opérations immobilières progresse de 8 points, de 27 % à 35 % en neuf mois seulement. Ce taux atteint les 50 % (+ 13 points) chez les maîtres d'œuvre, mais descend à 20 % (+ 4 points) dans les entreprises et ne dépasse pas 10 % chez les TPE, pourtant au cœur du dispositif. « Oui, la transition numérique s'accélère, mais le chemin à parcourir est encore long, notamment pour les petites entreprises, d'autant que 65 % des professionnels n'utilisent pas encore le BIM. Bilan : trois ans c'est trop court ! L'effort doit être poursuivi », soutient Bertrand Delcambre.

Le programme est fléché, mais…

Pour autant, ces progrès n'auraient-ils pas été les mêmes sans cet apport financier qui aurait, alors, pu être consacré à d'autres missions ? C'est le second angle de réponse. Qualitatif cette fois. Une chose est certaine : les professionnels qui ont directement et indirectement bénéficié de ces aides ne vont pas en critiquer le principe. Maîtres d'ouvrage, d'œuvre, entreprises, architectes, industriels, assureurs, fédérations… Beaucoup s'accordent à vouloir prolonger ce soutien.

Ils vont même plus loin, en saluant le rôle d'intermédiaire et de tête de file joué par le PTNB pour représenter et défendre leurs intérêts et la qualité des travaux sur la cartographie de l'offre, le recensement des formations, l'interopérabilité ou l'analyse de cas pratiques en particulier. Pierre Esparbes, président du comité construction de la Fédération française de l'assurance (FFA/ SMABTP), le reconnaît : « Il n'existe pas d'instance comparable qui regroupe autant de métiers différents autour d'un grand projet national. » Pour Christophe Boucaux, directeur de la maîtrise d'ouvrage et des politiques patrimoniales Union sociale pour l'habitat (USH), « même si, aujourd'hui, le programme est bien f léché, le mouvement ne doit pas s'essouffler, car tout ne sera pas résolu fin 2017 » . Par exemple « la diffusion et la vulgarisation [information et formation] sont loin d'être des sujets clos. Il y a encore beaucoup à faire », confirme Michel Droin, président de l'Union nationale des entrepreneurs céramistes du bâtiment (UNECB-FFB).

«Il faut transformer l'essai »

Les maîtres d'œuvre semblent également au diapason. « Trois ans, c'est la durée classique d'un cycle dans le bâtiment. Il faut transformer cet essai », calcule Lionel Blancard de Léry, vice-président de l'Union nationale des syndicats français d'architectes (UNSFA). Catherine Jacquot, la présidente du Conseil national de l'ordre des architectes (CNOA), propose même de créer localement des PTNB régionaux, proches de territoires. Laurent Ortas, président de la commission BIM de l'Association française des industries des produits de construction (AIMCC), va plus loin, se demandant qui, sinon le PTNB, « pourra administrer et maintenir à jour les outils de simulation réglementaire ? De même que l'Académie française assure la mise à jour du dictionnaire de la langue française, qui veillera à la pérennité d 'un dictionnaire de propriétés et bibliothèques de modèles d'objets BIM ? »

« De nouvelles technologies numériques arrivent dans la construction »

David Morales, président de l'Union nationale artisanale des métiers et techniques du plâtre et de l'isolation de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) résume le tempo en désirant vouloir « continuer à travailler ensemble au-delà de l'échéance 2017 ».

L'élan existe, mais il faudra encore du temps pour généraliser le numérique, former et moderniser la filière, prédit Bertrand Delcambre : « Au-delà du bâtiment, il y a les réseaux, les infrastructures, la ville… Au-delà du BIM et de la maquette numérique, de nouvelles technologies numériques arrivent dans la construction : impression 3D, drones, réalité virtuelle, objets connectés, smart grids… Nous ne sommes donc qu'au début d'une ère nouvelle. » Reste à savoir si ces arguments seront entendus par le nouveau gouvernement. Et surtout, qui financera ce PTNB 2. 0 ? Question que personne n'ose aborder.

N°360

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°360

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Le Cerib et le FCBA forment un guichet unique réaction / résistance au feu

Le Cerib et le FCBA forment un guichet unique réaction / résistance au feu

Le Centre Technique CERIB et l’Institut Technologique FCBA ont signé un contrat de partenariat dans le domaine de la sécurité incendie le 25 octobre dernier afin de mutualiser les compétences de deux[…]

Édition 2018 des Règles professionnelles toitures et terrasses végétalisées

Édition 2018 des Règles professionnelles toitures et terrasses végétalisées

L’impression 3D acier et le generative design s’installent sur les chantiers

L’impression 3D acier et le generative design s’installent sur les chantiers

TenCate GeoClean, dépolluer les eaux des hydrocarbures

TenCate GeoClean, dépolluer les eaux des hydrocarbures

Plus d'articles