Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Faut-il certifier les compétences Bim ?

Sujets relatifs :

Faut-il certifier les compétences Bim ?

Le centre hospitalier d'Ajaccio est l'un des premiers projets à mettre en œuvre le BIM à grande échelle. Avec la maîtrise relative des outils qu'implique d'être le premier.

© Aart Farah

Les appels d'offres stipulent de plus en plus un recours au BIM et les soumissionnaires sont invités à détailler leurs compétences tant dans les outils que dans le process. Mais entre le déclaratif et la réalité, l'écart peut être grand et soulève le débat d'un « label BIM ».

Pour les maître d'ouvrage, la chose est entendue : une certification des entreprises qui attesterait leur savoir-faire BIM serait utile pour garantir la qualité du travail et des échanges numériques. Michel Filleul, directeur de projet du centre hospitalier d'Ajaccio - l'un des premiers à mettre en œuvre le BIM à grande échelle ( voir CTB n ° 350) -aurait bien aimé travailler uniquement à des entreprises ayant un savoir-faire BIM reconnu. Il a dû faire autrement, car Inso, l'entreprise mandataire retenue, était encore peu habituée aux échanges et à la maquette numérique. « Pour l'occasion nous avons donc choisi de confier au CSTB la responsabilité d'assurer la cohérence générale des données, de contrôler la qualité de la maquette et de la démarche auprès des architectes et des bureaux d ' étude » , confie le directeur. Cette sous-traitance nécessite cependant d'avoir à former les entreprises au coup par coup. Côté maîtrise d'œuvre, la question divise. Une majorité semble s'y opposer. Faut-il y voir la conséquence du fait que la majorité ne maîtrise pas encore les outils BIM ? Le Plan transition numérique dans le bâtiment (PTNB) a mis en place un baromètre susceptible de mesurer le taux actuel d'usage du BIM. Résultat : 7 % des maîtres d'ouvrage demandent une maquette numérique 3D enrichie d'informations dans plus d'une opération sur deux, et 58 % ne l'exigent jamais. De l'autre côté, seulement 3 % des entreprises et 11 % de la maîtrise d'œuvre d'exécution (12 % pour les architectes) leur[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°354

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Suez et Resolving, partenaires d'une déconstruction sélective et rentable

Suez et Resolving, partenaires d'une déconstruction sélective et rentable

Après le BIM, le PIM, voici le RIM. Suez et Resolving se sont associés autour d’une joint-venture pour faire de la démolition une déconstruction sélective et rentable. Suez et Resolving ont allié[…]

23/01/2019 | Transition numériqueActualité
De nouveaux outils pour faire des bâtiments une plateforme de services

De nouveaux outils pour faire des bâtiments une plateforme de services

Finalcad lève 40 millions de dollars

Finalcad lève 40 millions de dollars

Le premier Mooc pour se former au smart building

Le premier Mooc pour se former au smart building

Plus d'articles