Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Enquête

Exigence de performances aéraulique et thermique

Sujets relatifs :

, ,
Exigence de performances aéraulique et thermique

© Velux

L'efficacité des exutoires dépend de la surface réelle de passage, de la hauteur d'implantation, du voisinage et des vents dominants. Ils sont parfois équipés de déflecteurs pour préserver le tirage naturel.

Le désenfumage est encadré par la réglementation incendie. En logement, il doit respecter l'arrêté modifié du 31 janvier 1986. Dans le collectif, les dispositions varient selon la taille de l'immeuble : elles visent les cages d'escaliers, voire les circulations horizontales. En maison individuelle non groupée, l'obligation est spécifiée lorsque le bâtiment comporte au moins deux étages (classement en « deuxième famille »).

Dans les établissements recevant du public (ERP), il faut appliquer l'arrêté modifié du 25 juin 1980. Le désenfumage est exigé à partir d'une surface de 300 m², voire moins : cas des locaux aveugles lorsque leur surface dépasse 100 m². Pour les établissements industriels et commerciaux, on doit se référer au Code du travail et - pour les sites concernés - à la réglementation spécifique aux installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). Bien sûr, les mesures de protection sont plus particulièrement renforcées dans les immeubles de grande hauteur (IGH).

Voûte filante à remplissage en polycarbonate alvéolaire avec désenfumage par deux vantaux pivotants bordés par des déflecteurs.

Une instruction technique

« Dans les ERP, la réglementation est précisée par l ' instruction technique 246, version publiée avec l 'arrêté du 22 mars 2004, rappelle Alain Walesch, responsable technique systèmes de sécurité incendie du Bet spécialisé Batiss et formateur.

Les règles et principes définis dans ce texte servent de référence pour la conception des installations de désenfumage. » L'instruction propose une méthode de dimensionnement de la surface utile des évacuations en fonction de la taille et de la géométrie des bâtiments. Pour les locaux de plus de 1 000 m², il faut calculer un coefficient d'efficacité qui varie selon la hauteur d'implantation. Dans les escaliers encloisonnés, le balayage naturel doit être réalisé par un exutoire d'une surface géométrique de 1 m² ou d'un ouvrant d'une surface libre identique.

Selon le mode et l'angle[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

N°358

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°358

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

TenCate GeoClean, dépolluer les eaux des hydrocarbures

TenCate GeoClean, dépolluer les eaux des hydrocarbures

TenCate Geosynthetics lance aujourd'hui TenCate GeoClean, un aquatextile en structure poreuse tridimensionnelle non-tissée qui fixe et élimine naturellement les hydrocarbures des eaux de ruissellement et[…]

13/11/2018 | ActualitéInnovation
Présentation des Prix AMO 2018

Présentation des Prix AMO 2018

Le bois massif aux airs de bambou

Le bois massif aux airs de bambou

VMC double flux (1/2) - La réglementation tire les performances vers le haut

Enquête

VMC double flux (1/2) - La réglementation tire les performances vers le haut

Plus d'articles