Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Éviers : une évolution qui passe par les composites

Sujets relatifs :

Éviers : une évolution qui passe par les composites

© (Doc. Allia Axi. )

À la fois très sollicité et peu ménagé, l’évier se pare de formes et de couleurs moins traditionnelles grâce à l’utilisation croissante des matériaux composites.

Environ 1,5 million d’éviers sont commercialisés chaque année en France. Sur 10 éviers vendus, 4 sont en acier inoxydable, 3 en céramique et 3 en différents matériaux de synthèse. Très à la mode tout comme l’aluminium, l’inox reste en tête. Mais, les éviers en matériaux de synthèse pénètrent dans les cuisines équipées, grâce à des efforts en matière de design, de couleurs et de recherches de formes ergonomiques. Ce développement est dû au fait que l’évolution de ces nouveaux matériaux a permis de fabriquer des éviers de très faible épaisseur, compétitifs avec les plus anciens. La moitié des éviers installés sont des modèles à encastrer. Il faut cependant noter que l’évier est bien souvent le parent pauvre dans le choix des équipements d’une cuisine : il vient après les meubles et l’électroménager. Très sollicité et devant résister à toutes les agressions, il est au centre de l’activité dans la cuisine, même lorsque cette dernière est équipée d’un lave-vaisselle et de surcroît, sa fonction s’est élargie.

Les matériaux traditionnels, toujours attractifs

Produit non corrodable, l’inox amortit les chocs et offre une large palette de formes grâce à un design assez pointu. De qualité 18/10, il est utilisé dans des épaisseurs de 0,7 à 1 mm et se décline en plusieurs aspects : lisse, satiné, brossé ou gravé. L’inox lisse est traditionnel et ses qualités hygiéniques lui confèrent un atout de choix. Sa brillance se patine au fil de son utilisation. L’inox traditionnel peut être présenté dans une finition satinée ou brossée. Il offre les mêmes qualités d’hygiène et se patine également avec le temps. Différent, l’inox gravé est un métal « décoratif » dont la surface est composée d’une trame plus ou moins fine augmentant sa résistance aux rayures et sa facilité d’entretien.

Celle-ci rend le métal plus actuel, en harmonie avec les appareils électroménagers. Elle ne craint pas les petites agressions du quotidien et l’eau glisse en laissant peu de traces. Tous les produits en inox sont garantis entre 10 et 15 ans contre la corrosion et la tenue des soudures, selon les modèles et les fabricants. Cependant, ce matériau présente quelques inconvénients : les rayures – qui se patinent avec le temps – et le bruit, car c’est un matériau mince qui résonne aux chocs. Ce phénomène acoustique est atténué par l’adjonction de plaques bitumineuses souples appliquées autour ou sous la cuve. Les éviers en céramique sont réalisés en grès émaillé dont les différents coloris sont obtenus par le dépôt d’un oxyde ­métallique cuit au four. La surface extrêmement dure de l’émail rend ces éviers résistants aux plus violentes agressions chimiques et aux rayures. Par exemple, le grès Kéraplan est un mélange d’argile, quartz, feldspath et d’autres éléments naturels, mélangés et cuits par monocuisson à la température de 1 240° C. Résistant, il est revêtu d’une couche d’émail qui définit l’esthétique de l’évier.

À ajouter : le grès est un ­matériau écologique qui ne pollue pas et peut être recyclé. Mais il permet peu de formes inventives et l’esthétique des produits reste très classique.

Se fondant parfaitement dans une cuisine rustique, les éviers en grès sont faciles d’entretien mais s’ébrèchent plus facilement qu’un autre matériau.

Des éviers plus design se sont développés grâce à des matériaux de synthèse plus performants et mieux maîtrisés. Ces matériaux polymères – à base de résines soit polyester, soit acryliques – peuvent ainsi être facilement pressés ou moulés à chaud pour être mis en forme. Les composites hauts de gamme sont généralement composés de 2/3 de poussières de pierre et de 1/3 de résines de synthèse, ce qui en fait des produits très résistants aux rayures et aux chocs thermiques. La résine permet un entretien facile et les rayures restent peu visibles. Certaines d’entre elles permettent même une réparation à la suite d’un choc ou d’une rayure. Ne se contentant plus d’imiter les matériaux naturels, ces éviers adoptent toutes les formes et se déclinent dans une large palette de coloris et de formes.

La résine acrylique, plus lourde que le polyester

Les coloris dans lesquels ils sont proposés se combineront avec toutes les cuisines, de la plus avant-gardiste, à la plus rustique, et avec tous les matériaux, bois, alu, carrelage… Les qualités et les types de matériaux sont à prendre en compte pour le choix d’un modèle d’évier. Le composite en feuilles moulées SMC (1), permet de réaliser des pièces de très faible épaisseur. Pressée à chaud et sous forte pression, c’est une résine polyester à forte densité de charges minérales et de fibres de verre. Mais la surface est granuleuse et s’encrasse facilement. Composite en vrac moulé, le BMC (2) est une résine polyester à laquelle sont ajoutées des charges minérales et des fibres de verre. Moulé à chaud et sous forte pression, le BMC est teinté dans la masse et peut donc être réparé en cas de rayure. Sa surface est lisse et brillante, facile à nettoyer et peu sensible aux taches. En revanche, sa résistance mécanique est faible : il peut se casser au moment de l’installation s’il subit des torsions. Pour être économiques, les éviers dans ce type de matériau doivent être produits en grandes séries. Connu depuis plusieurs décennies, le Corian – matériau massif à base de résine acrylique et hydroxyde d’alumine – est proposé aussi bien en plaque pour des plans de travail ou des décors intérieurs, que sous forme de pièces moulés. Plus récent, le Fradura est un composite de résine polyester à forte charge minérale (40 %) et de fibres de verre longues (23 %). La face utile de l’évier est ensuite revêtue d’une résine pigmentée comprenant 70 % de microbilles de verre pour offrir une grande résistance aux chocs, à l’usure, aux acides et à la chaleur (jusqu’à 230°C). Les composites acryliques additionnés de quartz de couleur permettent de mouler des éviers dans la masse, avec parfois des colorations dégradées. Quelques exemples montrent les nuances entre différents matériaux. Le procédé industriel de fabrication de l’Ultragranite ramène les particules de quartz de couleur à la surface de l’évier. Le résultat obtenu est un évier offrant l’aspect légèrement satiné de la pierre, aussi dur que cette dernière et résistant à des températures jusqu’à 280°C. Le Fragranit – composé à 75 % de particules de granit colorées réparties dans une masse liante de Pmma (polyméthacrylate de méthyle) – offre un aspect lisse et mat dans un grand choix de coloris. Ces éviers à base de résine acrylique sont généralement plus lourds que ceux à base de polyester. Utilisé depuis plus de 20 ans, le Caréa – minéral à plus de 80 % – respecte l’environnement et sa masse lui confère une bonne isolation phonique et thermique. Dur comme de la pierre, il résiste aux chocs des ustensiles de cuisine, à une température de plus de 300°C, aux agressions des produits ménagers et aux solvants tels que l’acétone.

Cuves, égouttoirs et accessoires adaptés

Récents et connaissant beaucoup de succès grâce à la variété de coloris développé dans des aspects hétérogènes, les composites acryliques chargés de granit sont coulés à basse pression et teintés dans la masse. La surface granuleuse avait tendance à s’encrasser facilement, mais la nouvelle génération, à grains plus fins et bien que plus hygiénique, ne supporte pas les chocs thermiques violents. À noter, la relative lourdeur de ce matériau (entre inox et céramique) rend le transport et la pose des éviers plus difficiles.

Les designers introduisent les éviers-vasques

Les possibilités offertes par les matériaux composites pour créer des formes nouvelles ont permis d’accompagner l’évolution de la fonction dans une cuisine plus ou moins équipée d’appareils électroménagers. Aujourd’hui l’évier est utilisé pour laver et rincer, décongeler et avec des accessoires complémentaires, préparer, égoutter, éliminer les déchets. Les cuves encastrées sont préférées afin d’éviter une coupure peu esthétique avec le plan de travail. L’évier classique, avec cuve et égouttoir, reste majoritairement rectangulaire, mais la libération des formes permet de proposer des plans en L s’intégrant dans les angles de pièce ou des plans arrondies en croissant pour suivre l’ergonomie du geste de l’utilisateur. A noter que la position de la robinetterie en arrière des cuves, pour libérer le plan de travail – bien que semblant logique – est souvent inaccessible pour des personnes à mobilité réduite, en particulier pur les femmes enceintes. La position de l’égouttoir à droite ou à gauche est facilitée par une offre d’éviers réversibles, notamment en inox. Mais les plages réservées à la robinetterie, des deux côtés, neutralisent beaucoup de place et réduisent parfois la taille des cuves. Le nombre et les dimensions des cuves se choisissent en fonction du mode de vie. Par exemple, les familles nombreuses opteront davantage pour un évier à deux grandes cuves. La banalisation du lave-vaisselle placé sous l’évier, pour former un ensemble compact, a entraîné la suppression d’une cuve. Selon les usages et les types de salissures, les cuves se « spécialisent ». Le volume des cuves « classiques » confortables se situe dans une fourchette de 20 à 50 litres, mais dans des espaces exigus, des cuves de moins de 25 litres permettent souvent de compenser ce manque de place. À côté d’une grande cuve, sont proposées des cuves de petits formats, très fonctionnelles. Ce sont notamment les vide-sauces recueillant les déchets liquides gras, dont la forme et l’accessibilité doivent permettre un entretien facile, les bacs à décongeler dont la vocation est de rester toujours propres et, plus récent, les vide-déchets accédant directement à une poubelle depuis l’égouttoir ou le plan de travail. Afin de remplir les fonctions attendues, les fabricants proposent une large gammes d’accessoires : paniers égouttoirs, paniers à couverts, plateaux et égouttoirs coulissants, planches à découper en bois ou en PVC alimentaire… Détournant les éléments de leur milieu, les designers ont introduit dans la décoration intérieure, les éviers vasques en forme de bol ou les « timbres d’office ». Clin d’œil aux bassines en émail de nos aïeux, ils vont souvent de pair avec des robinets muraux, encombrant moins le plan de travail et supprimant les ruissellements au pied de la robinetterie. Cependant, ces produits restent difficiles à entretenir et risquent de n’être qu’un effet de mode.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°254

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Enquête- Sols sportifs

Enquête

Enquête- Sols sportifs

Les installations sportives indoor appellent la polyvalence afin de permettre l'exercice de plusieurs activités, sportives ou non. Les sols doivent ainsi pouvoir s'adapter à de nombreuses sollicitations.

03/05/2018 | Produit
Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête

Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête - Ouvrants de toit

Enquête

Enquête - Ouvrants de toit

Enquête - Éclairage des musées

Enquête

Enquête - Éclairage des musées

Plus d'articles