Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Et Lafarge créa le ciment sans poussière

Sujets relatifs :

Et Lafarge créa le ciment sans poussière

Grâce à un nouveau concept de formulation sans poussière du ciment, Lafarge révolutionne la mise en œuvre des mortiers et béton. Et ce en adéquation avec les attentes des professionnels de la construction.

Selon Denis Maître, directeur général du Centre de recherche du Groupe Lafarge, la nouvelle génération de ciments baptisée Sensium constitue la seconde grande rupture technologique après le Ciment Fondu (1), mis au point en 1908. Développée par les équipes de l’industriel au Japon, au terme de trois années de recherche, la technologie sans poussière a nécessité deux années supplémentaires de travail entre les services techniques et marketing du Groupe et le centre de R&D basé à Lyon, pour l’adapter au marché français. Le principe ? Agglomérer les particules ultrafines sur les éléments plus gros d’un ciment gris, moyennant l’ajout d’une résine disséminée en minuscules points de colle d’environ 100 nanomètres de diamètre, afin d’obtenir une texture proche de celle d’une pâte à modeler. Compatible avec les différentes formes de poudre, le traitement du ciment a nécessité la création d’un atelier spécifique dans l’usine du Teil en Ardèche, en sus du processus de production habituel. Soit un investissement global de 30 millions d’euros.

Deux gammes aux performances accrues

Grâce à leur texture plus compacte, ces ciments technologiques n’émettent pas de poussière à l’ouverture du sac. Ils sont plus faciles et plus rapides à verser dans la bétonnière, garantissant des conditions de confort de travail et de propreté sur le chantier. Conçu pour répondre aux besoins des professionnels (1 500 clients interrogés), ce nouveau concept de formulation associe des performances dans le droit fil des innovations majeures développées par le Groupe, tels que les bétons à ultra-hautes performances, autonivelants et autoplaçants.

À savoir : maniabilité et fluidité, durcissement plus rapide et résistance accrue, résultat optimisé et pénibilité réduite. Étroitement liées aux spécificités des applications, ces propriétés ont conduit l’industriel à décliner deux gammes de produits légèrement pré-adjuvantés : Sensium pour mortier et Sensium pour béton. Ainsi, les résistances du Sensium Mortier sont supérieures à 32,5Mpa, soit deux fois plus qu’un liant courant à maçonner (à 28 jours). Ce qui permet une utilisation dans tous les domaines des DTU 52,1 (carrelage) et DTU 26,2 (chape). En outre, la consistance plus souple, la précision du réglage des joints et le durcissement plus rapide, garantissent un gain de productivité – de l’ordre de 15 minutes pour la pose de 8 m2 de blocs par exemple – sans perte de matière au pied du mur !

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°267

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

« Une nouvelle norme pour l’openBIM »

Interview

« Une nouvelle norme pour l’openBIM »

Marie-Claire Coin, directrice Convergence Vinci et experte normalisation BIM process, présente la nouvelle norme 19650 relative au management de l'information. CTB : Sur quoi porte la nouvelle norme 19650 ? Marie-Claire Coin[…]

15/11/2019 | Actualité
«Plus de matière grise, moins de matière première»

«Plus de matière grise, moins de matière première»

NGE annonce un plan de recrutement de 10 000 nouveaux collaborateurs

NGE annonce un plan de recrutement de 10 000 nouveaux collaborateurs

Partenariat entre le Cerema et l’AQC pour la rénovation énergétique des bâtiments

Partenariat entre le Cerema et l’AQC pour la rénovation énergétique des bâtiments

Plus d'articles