Environnement : l’acier apporte une réponse aux 14 cibles HQE

Sujets relatifs :

Environnement : l’acier apporte une réponse aux 14 cibles HQE

En considérant les différentes exigences de la construction à haute qualité environnementale et en les rapprochant des avantages de l’acier et de la richesse de solutions qu’il permet de développer, on aboutit à un bilan très positif de la filière.

Qu’il s’agisse de salles de concert, d’hôtels de ville, de tribunaux, de halles de sport, de gares, d’écoles, de logements, de musées, de bureaux, de maisons individuelles, de tours… les constructions qui font une part belle à l’acier sont légion. Du théâtre d’Angers à la gare Saint-Charles, du Grand Palais à la cité du Design à Saint-­Etienne, de l’aérogare de Brest au musée des Arts Premiers, la longue litanie des réussites architecturales qui en exploite la légèreté, la résistance ou l’esthétique est infinie.

Depuis que l’acier est utilisé pour la construction, il a été une source d’inspiration particulièrement motivante pour de nombreux architectes qui retrouvent en lui, aujourd’hui comme hier, un matériau qui a su s’adapter à toutes les contraintes et exigences des règles techniques ou de sécurité au fil de leur évolution. Aujourd’hui, il lui est aussi ­demandé de répondre à des exigences de type environnemental. Dans le domaine de la construction, ces exigences se retrouvent dans l’ensemble des cibles retenues par la certification HQE. Non qu’un matériau soit lui-même soumis à ces règles mais il participe, pour chaque réalisation, à ce qu’elle entre dans le cadre ou, au contraire, l’empêche d’y correspondre.

Ces cibles sont classées en quatre grandes familles regroupant des critères liés à l’éco-construction, l’éco-gestion, le confort et la santé. Dans chacun de ces domaines, l’acier apporte sa contribution pour tendre à un équilibre durable.

Rendre les bâtiments adaptables

La légèreté et la résistance de l’acier facilitent la recherche de formes, de modénatures qui lui permettent d’occuper une place de choix dans la créativité architecturale, tout comme sa capacité à s’allier à d’autres matériaux pour une synergie performante. Le résultat débouche sur des ouvrages dont la relation avec l’environnement immédiat est très positive, répondant ainsi aux exigences de la cible 1.

L’acier propose également une adaptabilité et une durabilité des constructions qui ne tient pas à la seule solidité du matériau. La ­facilité d’aménager et de transformer des locaux grâce aux grandes portées réalisables avec le système poteau-poutre classique dans la conception métallique constitue un atout considérable dans tout type de bâtiment (1). Illustration particulièrement significative de la liberté laissée par l’acier, l’école d‘architecture de Nantes où laquelle la structure acier vient se glisser dans de grands volumes de ­béton inamovibles.

Une liberté dont les concepteurs ont très vite profité pour modifier le programme avant même la fin de la réalisation. Cette qualité première de la conception acier répond tout particulièrement à la cible 2 de l’éco-construction (choix intégré des produits et procédés de construction).

Minimiser les nuisances

La filière sèche, c’est bien connu, constitue l’une des meilleures réponses à la cible 3 de la construction haute qualité environnementale : des chantiers de faible nuisance.

La culture industrielle plus que séculaire de la filière, l’investissement toujours plus important de la conception, la préparation en atelier par les entreprises, autant d’étapes qui rendent la construction des bâtiments en ­acier rapide et relativement discrète.

« Si je construis tous mes bâtiments en acier c’est parce que c’est rapide et propre », déclare Christian Cornet, concepteur du siège clermontois de Colas dont le maître d’ouvrage vise la certification (voir article p. 23).

Sur un chantier acier, les déchets sont quasi-inexistants, la consommation d’eau réduite au strict minimum, les assemblages assurés pour bon nombre par des moyens mécaniques peu exigeants en énergie. Bien mieux, les besoins limités en approvisionnement réduisent sensiblement la circulation des poids lourds et du bruit, en général. Maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre sont de plus en plus sensibles à ces avantages. Le théâtre d’Angers en est un bon exemple comme l’explique Joël Le Flecher (voir article page 20).

Et, parmi les effets moins évidents de cette technicité élevée de l’acier, la mise en ­valeur du métier de charpentier métallique.

« Autant l’architecte profite de l’acier pour redécouvrir la conception technique, autant les compagnons sont valorisés par un art qui exige des compétences très spécifiques », souligne Marc Landowki, architecte. Une réponse à un objectif du développement durable dans sa volonté sociale.

Une réponse thermo-acoustique rare

Le même maître d’œuvre souligne les qualités particulières de la conception acier qui ­« constitue la meilleure réponse possible aux exigences combinées acoustiques et thermiques. Une réponse beaucoup moins évidente voire impossible, dans d’autres ­filières ». Ce que confirme Thomas Schinko, de l’agence Vasconi, l’un des auteurs du collège de ­Toulouse (voir article p. 21).

Compte tenu de la croissance des exigences dans le domaine, cette certitude de répondre à la cible 4 qui porte sur la gestion de l’énergie, mais aussi à la cible 9 du confort acoustique est essentielle.

L’entretien et la maintenance sont au centre d’un débat important dans lequel la notion de coût global prend toute sa place. Il s’agit de répondre aux exigences de la cible 7 dans des conditions économiques satisfaisantes.

Est-il nécessaire de rappeler que la résistance de l’acier autorise les formes architecturales les plus variées et les plus riches et que son emploi ouvre très largement le bâtiment à la lumière naturelle ? Une réponse simple à la demande de la cible 10 qui porte sur le confort visuel.

Globalement, les exigences liées à la santé ou au confort trouvent efficacement une réponse dans la solution acier dont la souplesse et la richesse des combinaisons est totale. L’innocuité des matériaux utilisés y compris celle des produits de protections (peintures de plus en plus en phase aqueuse, galvanisation…) est garantie.

100 % recyclable et recyclé en fin de vie

Parmi les matériaux de construction, rares sont ceux qui, par leurs qualités intrinsèques, répondent à l’ensemble des exigences de la qualité environnementale. L’acier, on vient de le voir, est de ceux-ci. Il couvre transversalement l’ensemble des exigences d’aujourd’hui. Et pour les hommes de l’art comme ­Christian Cornet, ses potentialités lui donnent la possibilité de répondre aux exigences de demain. « Globalement, explique-t-il, il n’y a pas de différence fondamentale entre un projet Haute Qualité Environnementale et un projet ordinaire, du moins avec l’acier ». Ce que confirme sous un autre aspect un autre homme de l’art : « il sera bien plus facile de répondre aux exigences thermiques des réglementations à venir car la culture de la conception acier est l’isolation par l’extérieur. Et, dans ce domaine, il n’y aura pas beaucoup d’autres solutions ». Mais les avantages de la construction acier ne se limitent pas à une qualité de réponse particulièrement satisfaisante. En projetant le devenir de la construction, ils se déclinent également sur d’autres plans, pour d’autres natures d’intervention, à d’autres étapes de la vie de ce bâtiment : la réhabilitation, l’évolutibilité et, en fin de vie ou d’usage, la déconstruction. Cette dernière étape n’étant d’ailleurs que le prélude à de nouveaux projets puisque le matériau est ­entièrement recyclé et, de surcroît, indéfiniment recyclable.

Nous vous recommandons

En quoi consiste l'audit énergétique réglementaire ?

En quoi consiste l'audit énergétique réglementaire ?

CTB : Dans quel cadre s'inscrit ce nouveau diagnostic énergétique (DPE) ?Il s'inscrit dans le cadre plus général de la transition écologique enclenchée par les directives européennes de 2002 et 2009. Dans cette optique, le...

22/10/2022 |
Révision du NF DTU 25.41 relatif aux plaques de plâtre à faces cartonnées

Révision du NF DTU 25.41 relatif aux plaques de plâtre à faces cartonnées

Dallages béton : nouvelle version du NF DTU 13.3

Dallages béton : nouvelle version du NF DTU 13.3

Systèmes d'ITE en bardage rapporté avec lame d'air ventilée

Systèmes d'ITE en bardage rapporté avec lame d'air ventilée

Plus d'articles