Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Empilement de dominos blancs

Carol Maillard

Sujets relatifs :

,
Empilement de dominos blancs

© Aude Sirvain

Pour réaliser la structure en béton de ce nouveau bâtiment lillois, il a fallu préfabriquer les éléments constructifs, les répertorier et les mettre en œuvre suivant un phasage extrêmement précis.

Au cœur du vieux Lille (59), Le Cerisier se dresse face à des édifices emblématiques : le tribunal de grande instance (1968) et le musée de l'Hospice-Comtesse (XVe - XVIIIe siècles). Cet immeuble contemporain, dessiné par l'agence Coldefy & Associés Architectes Urbanistes pour le compte du promoteur GMB Invest-ICM, s'élève sur six étages jusqu'à 21 m de haut, sur une parcelle d'angle (515 m²) intégrée dans un îlot urbain historique. Il est doté d'un programme complexe qui juxtapose plusieurs fonctions liées à la restauration, l'hôtellerie et l'habitat. L'ouvrage repose sur deux niveaux de sous-sol recélant une cave à vins destinée aux restaurants et un parking de 24 places desservi par un monte-voitures, l'insertion d'une rampe étant irréalisable dans l'emprise existante restreinte. À noter qu'une campagne de fouilles archéologiques préalable au chantier avait permis de dégager les restes d'un mur de fortification du château de Courtrai, dont quelques blocs ont été récupérés dans le bâtiment. Au RDC, l'accès aux deux restaurants s'effectue, côté avenue du Peuple-belge, par un hall d'entrée commun pourvu d'une échoppe et d'un escalier de desserte des deux entités.

Chaque composant structurel en béton blanc a été préfabriqué en atelier, répertorié et repéré précisément sur une modélisation de l'ouvrage. Puis il a été livré par camion et déposé sur le chantier, avant d'être mis en œuvre.

Mixité programmatique

Le niveau inférieur est occupé par la brasserie La Griotte, dont la salle bordant la façade principale s'accompagne d'un bar, d'une cuisine et de sanitaires. Au premier étage, le restaurant gastronomique Le Cerisier en ville réunit plusieurs espaces (salles à manger, bar à fromages, salons… ) ainsi qu'une autre cuisine située en partie arrière, un fumoir à cigares, des sanitaires. .. Rue Saint-Joseph, une seconde entrée donne accès aux logements, via un hall vitré relié à des circulations verticales placées en mitoyenneté, et complétées par un local à vélos et de locaux techniques - une troisième porte servant d'entrée de service. Quant aux quatre étages supérieurs, ils accueillent quinze logements constitués de cinq T2, cinq T3, trois T4 et deux T2, bénéficiant d'amples terrasses et loggias. Concept de boutique-hôtel oblige, quatre chambres d'hôtes ou « nids » prennent place aux deuxième (un T2), troisième (deux T2) et quatrième étages (deux T2). Sur le plan architectural, « le bâtiment se caractérise par son empreinte minérale », souligne l'architecte Thomas Colfedy. En accord avec l'Architecte des bâtiments de France et la[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°378

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Panasonic Chauffage mise gros sur la réfrigération

Panasonic Chauffage mise gros sur la réfrigération

Tripler ses ventes de PAC et s’imposer sur le marché de la réfrigération en France, tels sont les objectifs affichés de Panasonic qui dévoile par ailleurs une belle augmentation de son chiffre[…]

L'Afnor réélit son président et accueille 5 nouveaux représentants

L'Afnor réélit son président et accueille 5 nouveaux représentants

Nominations chez Grohe

Nominations chez Grohe

Une plateforme de tri prend feu

Une plateforme de tri prend feu

Plus d'articles