Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Élévateurs pour handicapés : plate-forme ou siège

Sujets relatifs :

Élévateurs pour handicapés : plate-forme ou siège

Pour une longue distance, cet élévateur est équipé de vitesse progressive au démarrage et à l’arrivée : 0,05 m/s, puis 0,15 m/s avec un maximum à 0,25 m/s. (Doc. Garaventa.)

Depuis le 11 février 2005, la loi généralise l’accessibilité des locaux à tous, y compris aux handicapés. D’où le développement de plusieurs systèmes mécanisés permettant le franchissement des marches, soit par déplacements verticaux, soit le long d’un escalier ou d’une pente.

Désormais, le principe d’accessibilité s’étend à tous les bâtiments neufs, quel que soit le handicap des personnes (physique, sensoriel, mental, poly­handicap…). Le décret 2006-555 du 16 mai 2006 précise le calendrier d’adaptation pour les ERP (1) existants. Par ailleurs, en cas de réhabilitation, les ­bâtiments d’habitation collectifs existants doivent être rendus ­totalement accessibles.

De plus, la loi étend cette obligation d’accessibilité à toute la chaîne du déplacement : les personnes handicapées doivent pouvoir accéder à tous les bâtiments recevant du public et évoluer de manière continue, sans rupture. Leur circulation doit être prévue dès la conception des espaces, ce qui inclut les aménagements de voiries, les accès aux gares, les transports en commun…

Des circulations verticales très sécurisées

Les élévateurs pour handicapés offrent des solutions techniques à ces déplacements verticaux, indépendamment des ascenseurs. Plusieurs systèmes existent :

– plate-forme verticale à gaine fermée ou ouverte, fauteuil d’escalier, ou encore plate-forme d’escalier. Les élévateurs verticaux réservés aux handicapés renferment une cabine ou une plate-forme qui circule avec une vitesse dix fois moindre que celle d’un ascenseur (entre 0,11 et 0,15 m/s). Sans gaine verticale, ils permettent de franchir quelques marches, ou quelques niveaux dans une gaine. Installés à l’intérieur ou à l’extérieur, leurs atouts sont leurs systèmes de ­sécurité.

Ces appareils sont mus par des boutons de commande à pression maintenue : en cas de relâchement, l’appareil s’arrête pour prévenir un accident, au cas où la personne aurait un malaise. L’accès à la plate-forme se fait à simple service (entrée et sortie du même côté), à service d’équerre (entrée et sortie perpendiculaires) ou à service passant : la personne rentre d’un côté, puis, à l’arrivée, ressort de l’autre côté sans reculer son fauteuil roulant. Pour un service passant, la taille minimum de la gaine est de 1 250 mm de largeur pour une profondeur de 1 430 mm.Les plates-formes sont fermées par des portillons de sécurité ou par des portes, selon la hauteur desservie. Ces dernières sont soit battantes, soit à ouverture automatique, mais jamais coulissantes, pour éviter les risques de cisaillement d’un membre. Elles ont souvent un verrouillage automatique ou à clé.

Pour des faibles courses (hauteur à franchir de 50 cm à 1 m), les plates-formes sont équipées d’un système à ciseaux, dont les croisillons font monter ou descendre le plateau. Ces appareils ne nécessitent pas de fosse technique pour leur installation. Pour des hauteurs à franchir plus importantes, les appareils sont accrochés sur une poutre-guide : la machinerie est contenue dans l’équipement, dans un local ­machinerie ou dans une fosse.

Plates-formes sur mesure

Dans l’existant, les escaliers peuvent être équipés d’une plate-forme élévatrice pour handicapés, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. Ces appareils s’installent le long d’un escalier droit ou tournant, voire sur un escalier circulaire, grâce à une plate-­forme sur mesure. Ils suivent un rail ou une poutre-guide, accrochés soit sur le mur d’échiffre, soit sur une rambarde renforcée. La plate-forme est équipée d’un volet de sécurité relevable, qui assure une sécurité anti-écrasement à la descente, et anticisaillement à la montée. La commande de l’appareil est à pression continue. Un modèle à longue distance permet de descendre ou de remonter des pentes longues de 50 m, grâce à un tirage par câble. Pour les particuliers, les élévateurs peuvent prendre la forme d’un fauteuil monte-escaliers.

Ces appareils comportent un siège pivotant avec dossier, accoudoirs et repose-pieds repliable. Ils sont conçus pour des escaliers de 25 à 60 ° de pente, dont la largeur minimale doit être ­supérieure à 70 ou 75 cm. Ils suivent un rail de guidage et sont équipés d’une assise pivotante de 45 à 90°, qui permet à la personne de tourner le dos aux marches avant de se relever. La montée et la descente s’effectuent par des boutons à commande maintenue, placés dans un accoudoir, ou par des télécommandes radio autorisant la manœuvre à distance. Le corps du fauteuil et le repose-pieds sont équipés de bords sensibles permettant l’arrêt du siège en cas d’obstacle. D’autres accessoires de sécurité peuvent être proposés : ceintures, un bouton coup-de-poing d’arrêt d’urgence, une commande ­manuelle de ­secours…

« Ces appareils sont faits sur ­mesure, et sont bardés de ­sécurités, précise Charley Andrews, directeur commercial d’Ascier : on ne peut pas les modifier une fois installés car les mesures sont ­prises au milli­mètre près. » Par ailleurs, les fauteuils ­roulants électriques sont de plus en plus encombrants : le poids et les ­dimensions augmentent et, à terme, cela pourrait entraîner des ­modifications de la législation.

.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°269

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Plus d'articles