Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Effinergie : le label qui deviendra norme dans 4 ans

Sujets relatifs :

Effinergie : le label qui deviendra norme dans 4 ans

La première maison certifiée Effinergie est une maison Phénix, dans l’Oise. Elle ne consommera pas plus de 65 kWh/m².an pour le chauffage, le rafraîchissement, la ventilation et l’éclairage. (Doc. Geoxia.)

À l’issue du Grenelle de l’environnement, le gouvernement annonce que, dès 2012, tous les bâtiments neufs ne devront pas consommer plus de 50 kWhep/m².an pour le chauffage, le rafraîchissement, la ventilation et l’éclairage. Pour s’entraîner, le label Effinergie est enfin disponible depuis octobre.

Ce qui attend les professionnels dans quatre ans est sans commune mesure avec les évolutions réglementaires qui, depuis plus de 15 ans, ont largement contribué à améliorer les performances thermiques du bâti neuf. Fini les évolutions consensuelles (NRT, RT 2000 et RT 2005), place à la révolution des systèmes, des mises en œuvre et surtout des mentalités. Car nous sommes très éloignés du plafond de 50 kWhep/m².an qui sera la norme en 2012 des performances énergétiques du bâti.

Heureusement, depuis octobre 2007, le label Effinergie procure aux concepteurs un bon outil de calage pour arriver aux performances demandées. En effet, ses exigences simples correspondent presque exactement au but fixé pour 2012. Pour obtenir la marque Effinergie, il faut que la construction neuve soit conforme au label BBC 2005 et surtout qu’elle fasse l’objet d’une mesure d’étanchéité à l’air à réception. ­Effinergie ne précise pas de valeur seuil ou plafond pour l’étanchéité. Il exige simplement que la valeur retenue pour le calcul soit bien celle obtenue en réalité par la construction. Si la vérification sur site indique une autre valeur, le calcul doit être refait en utilisant la valeur mesurée. Si ce nouveau calcul ne permet plus d’atteindre le seuil BBC 2005, il faut reprendre l’étanchéité du bâtiment, refaire une mesure et recommencer le calcul. La mesure d’étanchéité s’effectue selon la norme d’infiltrométrie NF EN 13 829. Elle prévoit un test de dépressurisation (Blower Door). Un cadre adaptable muni d’un ventilateur est placé dans l’ouverture d’une porte extérieure ou d’une fenêtre et le bâtiment est mis en dépression de 50 pascals, en expulsant l’air intérieur hors du volume chauffé. Des jauges branchées sur le ventilateur mesurent le débit d’air requis (en volume par heure, dit ratio n50 et noté : h-1) pour garder le local à une pression constante. Ce qui permet de mesurer le taux moyen de renouvellement d’air à partir d’un vent simulé de 32 Km/h. Le test dure environ 2 heures. La quantité d’air extraite du bâtiment s’infiltre par les endroits défectueux de l’enveloppe (portes et fenêtres non-étanches, au travers des structures bois et béton, aux angles des murs, sous les plinthes, etc.).

Quatre organismes accrédités

Les fuites d’air sont localisées par une caméra thermique. La norme donne un résultat en V/h, que la méthode de calcul RT 2005 transforme en indice « I4 » exprimé en m3/h/m². Pour fixer les idées, un ratio n50 de 0,94 V/h selon NF EN 13829 qui se traduit par un indice I4 était de 0,37 m3/h/m².

La RT2005 stipule une valeur

de référence I4 = 1,2 m3/h/m²

et une valeur par défaut I4=1,7 m3/h/m².

Quatre organismes, accrédités par le Cofrac, ont conclu un accord avec l’Etat pour délivrer le label BBC 2005 et un autre accord avec l’association Effinergie pour certifier ce label. Ce sont Certivea pour les bâtiments tertiaires, Cerqual pour les immeubles collectifs et les logements individuels groupés, Cequami pour les maisons individuelles en secteur diffus et Promotelec pour les maisons individuelles en diffus et groupées. Leurs stratégies sont différentes. Promotelec associe Effinergie à son propre Label Performance (www.labelperformance.promotelec.com) et ne s’intéresse qu’aux constructions utilisant l’électricité et le solaire thermique comme énergies. Certivea subordonne l’accès au label Effinergie à l’obtention préalable de la marque NF Bâtiments tertiaires. Certivea est également certificateur pour la marque NF Bâtiments tertiaires Démarche HQE. Patrick ­Nossent, son président, indique que la démarche HQE et Effinergie ne s’opposent pas. Il souhaite même que des bâtiments obtiennent à la fois la marque NF Bâtiments Tertiaires Démarche HQE et la certification Effinergie. Il développe la même stratégie au sein de Cequami, dont il est également président. Le Cstb est l’actionnaire de référence pour Cequami et Certivea.

Cequami se concentre sur la maison individuelle en diffus. Il subordonne l’accès au label Effinergie à l’obtention de la marque NF Maison individuelle et envisage que certains constructeurs se lancent à la fois dans la démarche HQE et dans la recherche de la performance thermique à travers le label Effinergie. Quant à Cerqual (www.cerqual.fr), émanation de ­Qualitel, il gère la marque NF Logement pour le compte de Afaq Afnor certification. L’accès au label Effinergie passe aussi par l’obtention de cette marque NF.

Un surcoût de 20 % pour une maison certifiée

Fin octobre, une seule construction neuve avait obtenu le label Effinergie. Il s’agit de « La Bonne Maison », construite par le Groupe Geoxia dans l’Oise. Elle sera commercialisée à partir de mars 2008, sous la marque Maison Phénix, dans des surfaces de 80 à 150 m², à des prix moyens (hors terrain) de 1 200 à 1300 e/m², selon les surfaces, soit seulement 20 % de plus qu’une maison Phénix classique. Ce qui représente un surcoût de 20 % par rapport à une maison Phénix simplement conforme à la RT 2005. Elle est née de la rencontre entre Géoxia, Yann Arthus-Bertrand et Laurent Coste de l’Agence Coste Architectures. Cette maison atteint un C = Cref – 70 % et un Ubat = Ubatref – 50 %. Elle a été labellisée Effinergie par Cequami le 11 octobre.

Elle bénéficie aussi d’une certification NF Maison individuelle démarche HQE et atteint 95 points HQE. Sa consommation d’énergie certifiée s’élève à 64 kWh/m².an pour le chauffage, la ventilation, le rafraîchissement, l’éclairage. Le poste chauffage ne représente que 11 kWh/m².an. Construite selon la méthode traditionnelle des maisons Phénix avec une ossature métallique, elle ne présente aucun pont thermique. La résistance thermique des parois atteint 6,55. Les fenêtres sont pourvues de triple vitrage et offrent une performance thermique de 25 % supérieure à celle des fenêtres doubles vitrages. Les surfaces vitrées sont optimisées en fonction de l’orientation de la maison : 5,2 % du clair de vitrage sur la façade nord, 8,8 % sur le pignon est, 14 % sur le pignon ouest et 72 % sur la façade sud. Le débord du toit laisse passer 100 % du soleil d’hiver et ­protège contre l’ensoleillement estival. Un puits canadien de 45 m de longueur enterrée à 2,5 m de profondeur alimente un groupe Températion d’Aldès. C’est une ventilation double-flux avec récupération de chaleur et pompe à chaleur sur l’air extrait. À 2,5 m de profondeur, la température moyenne annuelle du sol est de 14 °C (± 2 °C). Un poêle à bois fournit un moyen de chauffage de secours, en cas de défaillance du groupe de ventilation. Son conduit simple peau traverse une double paroi de brique qui fait office d’accumulateur de chaleur. Une ouverture zénithale au-dessus de cette paroi favorise son réchauffement par le soleil d’hiver. L’ECS est produite par un chauffe-eau solaire à appoint électrique. Les panneaux solaires couvriront 62 % des besoins annuels d’ECS. La perméabilité à l’air mesurée à la livraison montrait un indice I4 = 0,4 m3/h/m². Geoxia estime que cette maison consommera 80 % de moins qu’une maison réglementaire et évitera le rejet dans l’atmosphère de 1 250 kg de CO2 par an.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°276

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Le centre technique FCBA a développé une technologie de vitrage collé sur châssis bois pour les menuiseries extérieures. L’appel à manifestation d’intérêt lancé fin octobre[…]

11/12/2018 | Actualité
Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Enquête

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Membranes d'étanchéité (1/2) - En voie de traditionnalisation

Enquête

Membranes d'étanchéité (1/2) - En voie de traditionnalisation

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Plus d'articles