Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Éclairage : un poste essentiel pour les gains énergétiques

Sujets relatifs :

Éclairage : un poste essentiel pour les gains énergétiques

Un fort potentiel d’économies d’énergie dans l’habitat social existe pour les parties communes, à condition d’utiliser des sources de lumière performantes. (Doc. Sarlam.)

Améliorer la qualité de l’éclairage tout en réduisant la consommation jusqu’à 50 %… Les économies reposent sur la maîtrise de son utilisation et les améliorations technologiques telles que les lampes fluocompactes et les ballasts électroniques.

Les méthodes d’investigation sur les consommations d’éclairage dans certains HLM ont conduit à des résultats étonnants. Dans tous les logements neufs construits depuis vingt ans (30 % du parc actuel), le coût de l’électroménager et de l’éclairage dans la facture énergétique est supérieur à celui du chauffage. La méthode de diagnostic est basée sur l’analyse des matériels en place et sur l’utilisation de plusieurs centaines d’appareils de mesure sur chaque site étudié. Certes, dans la réglementation thermique, des exigences existent, mais uniquement dans les bâtiments professionnels. Aussi, dans des immeubles d’habitation, logements et parties communes, des mesures ont été effectuées. Relevée dans 43 cages d’escalier, la consommation moyenne d’éclairage va de 25 à 325 kWh par logement et par an, soit une plage de 1 à 13. Un écart que les différences de trafic ne suffisent pas à expliquer. Il fallait donc décomposer les différents postes de consommation. Exemple : à Montreuil, une campagne de mesures a été effectuée par le bureau d’études Enertech (1).

Analyser la consommation et le comportement des usagers

La pose de plusieurs centaines de mesureurs sur l’ensemble des foyers lumineux des circulations de 359 logements à Montreuil a permis les observations suivantes :

– il existe des dysfonctionnements chroniques. Exemple : pendant 4 mois, une minuterie d’étage reste bloquée, d’où un décuplement des consommations. Ce type de dysfonctionnement est une constante sur toutes les installations, quelle que soit leur destination. Ils n’ont aucune justification ;

– l’éclairage des couloirs est câblé en moyenne par groupe de 3 niveaux. Mais cela peut aller de 2 à 5 niveaux. Chaque sollicitation de l’éclairage multiplie donc en moyenne par trois la consommation électrique ;

– la durée des minuteries est en moyenne de 2,5 minutes, mais cela peut varier de 1 à 4 minutes. Or, tous les couloirs ont sensiblement les mêmes caractéristiques et aucun usager ne s’est plaint de la durée de l’éclairage. Une minute paraît donc suffisante. Testées avec succès, des minuteries calées sur 24 secondes réduisent les consommations par 6 ;

– la puissance des éclairages en place, rapportée au logement, varie dans un rapport de 1 à 3. Sa qualité ne dépend pourtant pas que de la puissance lumineuse en place. La couleur des parois est aussi un paramètre important.

L’analyse a ainsi révélé un potentiel d’améliorations inimaginable à l’origine, le bornant à une division par 5 des consommations par l’usage des lampes basse consommation. Il apparaît en effet que la consommation observée dans ces immeubles de Montreuil a été réduite de 20 à 30 fois, grâce à des solutions simples prenant en compte l’ensemble des paramètres observés et mettant en œuvre la détection de présence.

En construction neuve, ces solutions coûtent moins cher que les solutions traditionnelles.

Cet exemple illustre le potentiel énorme (et ignoré) qui existe en matière de maîtrise de la consommation d’électricité, pour autant qu’on se donne les moyens d’une analyse fine du fonctionnement des systèmes et du comportements des usagers. Ainsi, le bureau d’études a constaté, dans la même opération, que l’éclairage des parkings souterrains fonctionnait en permanence, pour des raisons de sécurité. À quoi sert d’éclairer un parking vide à 4 h du matin ? La vraie sécurité, c’est que la lumière précède l’usager dans le parking. En associant des tubes fluorescents haut rendement et des ballasts électroniques à des détecteurs de présence, la consommation a été réduite de 87 %. L’expérience montre que, quelle que soit l’installation étudiée, elle est sujette à des dysfonctionnements importants, sources de surconsommations très significatives. Rechercher ces dysfonctionnements est une priorité méthodologique. Dans un établissement de plus de 50 000 m2, la tension moyenne mesurée était de 243 volts. Or, la consommation d’électricité peut croître selon les usages, avec le carré de la tension.

Les lampes fluocompactes : une solution de qualité

Dans le cas présent, la surconsommation induite était de 10 %, soit 200 MWh/an. On peut en déduire que l’asservissement des matériels à leur utilisation réelle constitue l’un des plus gros potentiels d’économie. L’éclairage est l’un des usages qui gagnerait beaucoup à être asservi à la présence, ou même au niveau d’éclairage naturel. Des solutions de qualité existent dans le secteur domestique avec les lampes fluocompactes. Leur utilisation divise par 5 la consommation, à niveau d’éclairement et qualité identiques. Le remplacement de seulement 30 % des lampes incandescentes dans chaque logement (campagne Ecodrome effectuée sur 114 logements) génère une économie de 80 % de la consommation. À l’échelle de la France, cela représente 8 TWh (soit la production annuelle d’un réacteur nucléaire et demi). Olivier Sidler, directeur du bureau d’études Enertech, rappelle que « même à 15 euros, une lampe basse consommation fait gagner autant d’argent qu’un placement financier à 20 %/an ». L’éclairage par tubes fluorescents bénéficie également de techniques performantes avec les ballasts électroniques (réduction de consommation de 20 à 25 %) et les tubes à haut rendement. Au total, il est possible de ­réduire de 50 % la consommation d’éclairage.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°245

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Plus d'articles