Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Quand la science éclaire le bâtiment

Quand la science éclaire le bâtiment

Du soleil aux Leds, l'influence de la lumière sur le bien-être des occupants d'un lieu est de plus en plus prise en compte.

© Trilux

Des études médicales confirment le rôle de la lumière sur notre santé. Un bénéfice que l'éclairage artificiel tend à imiter grâce aux Leds. Mais cette technologie n'est pas forcément sans défaut.

Le Code du travail pose les bases minimales des besoins en lumière, naturelle ou artificielle, dans les lieux de travail : selon l'article R4223-2, « l'éclairage est assuré de manière à éviter la fatigue visuelle et les affections de la vue qui en résultent [et à] permettre de déceler les risques perceptibles par la vue ». L'article R4223-3 stipule, quant à lui, que « les locaux (…) disposent autant que possible d 'une lumière naturelle suffisante ». Que la lumière nous fasse du bien ou que notre horloge biologique soit rythmée par le cycle jour/nuit sont des faits connus. Mais comment fonctionne ce processus essentiel à notre équilibre ? Les lauréats du prix Nobel 2017 de physiologie et de médecine ont apporté une réponse.

Les Américains Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young ont en effet mis en évidence les mécanismes moléculaires contrôlant le rythme circadien. « Leurs découvertes expliquent comment les plantes, les animaux et les êtres humains adaptent leur rythme biologique pour qu' il se synchronise avec les révolutions de la T erre », précise l'Académie suédoise. Étudiant la mouche comme organisme modèle, ils ont isolé un gène qui contrôle le rythme biologique quotidien normal. Ce gène encode une protéine PER qui s'accumule dans les cellules durant la nuit et se dissipe durant la journée, son taux oscillant au cours d'un cycle de 24 heures, c'est-à-dire selon un rythme circadien. Celui-ci est synchronisé par différents facteurs de notre environnement, le plus important d'entre eux étant la lumière. Et des troubles de ce rythme circadien peuvent être directement impliqués dans la régulation de l'humeur, de la mémoire, de la cognition et du sommeil. Un facteur bien compris par Francis Soler, architecte DPLG, pour qui « la lumière est d 'abord une question d ' hygiène physiologique et psychologique ». Dans le bâtiment EDF qu'il a conçu à Saclay (91), l'architecte a ainsi mis l'accent sur la quantité d'apports de lumière du jour en dotant les bâtiments de grandes baies transparentes. Un principe qu'il a également appliqué dans l'immeuble de logements, construit e ) pour Paris Habitat, où « les baies s'ouvrent sur la totalité du linéaire du logement, offrant un éclairage naturel maximal ».

Le système Active Light de Zumtobel fait partie de ces procédés qui reproduisent les variations de température de couleur selon les moments de la journée.

Des troubles saisonniers à Alzheimer

Mais il faut bien faire appel aux lampes à un moment… Des capteurs permettent aujourd'hui à l'éclairage artificiel de prendre le relais dès que la lumière du jour devient insuffisante, jusqu'à reproduire les changements de température de couleur du cycle naturel : chaude le matin, froide à midi et de nouveau plus chaude le soir. Ces dispositifs permettent non seulement d'améliorer le bien-être des occupants, mais aussi de « soigner » les individus souffrants de troubles affectifs saisonniers (TAS) causés par la baisse de la lumière en hiver. La luminothérapie consiste alors à exposer les personnes à des niveaux d'éclairement élevés. Des fabricants ont même effectué des études concernant l'influence de la lumière sur certaines pathologies comme Alzheimer. La société Trilux, par exemple, a conduit une étude avec le groupe Orpea en collaboration avec le CHU de Nice (06). Le Centre d'innovation et d'usages en santé (CIU Santé) a ainsi montré qu'un éclairage circadien dynamique avait des bénéfices significatifs. Les résidents dormaient plus longtemps et mieux, tout en manifestant nettement moins de troubles du comportement et de symptômes d'anxiété.

L'œil du rat

Ces cycles sont d'autant plus faciles à réaliser grâce la technologie Led, désormais intégrée à tous les nouveaux systèmes d'éclairage. Mais quid des effets secondaires des Leds ? Récemment, des chercheurs de l'Inserm ont mis en garde contre l'effet délétère des Leds blanches après avoir démontré la possibilité d'apparition de lésions cellulaires sur la rétine du rat, à des niveaux de luminance caractéristiques d'une utilisation domestique. Sébastien Point, docteur et ingénieur en physique, rapporteur scientifique et vice-président de la section rayonnements non ionisants de la Société française de radioprotection, appelle cependant à plus de nuance. Un article qu'il a cosigné avec le docteur Jacques Lambrozo, membre du service médical d'EDF, dans la revue Radioprotection (octobre-décembre 2017), souligne ainsi les différences fondamentales entre l'œil du rat et celui de l'homme. Les deux auteurs ont converti les niveaux d'exposition rétinienne calculés pour le rat en niveau de luminance équivalente pour l'œil humain afin d'établir si les Valeurs limites d'exposition (VLE) actuelles devaient être révisées. Leur conclusion ne va pas dans ce sens et ils estiment que l'extrapolation du rat à l'homme n'est pas faite, dans ces études, avec suffisamment de prudence… À suivre.

N°366

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°366

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

5. Lots techniques - Penser à l'avenir et au défi énergétique

Dossier

5. Lots techniques - Penser à l'avenir et au défi énergétique

Avec des bâtiments compacts à l'enveloppe très isolée, la production d'eau chaude sanitaire (ECS) est devenue un enjeu parfois plus important à traiter que le chauffage. Les résidences[…]

4. Espaces partagés - Cultiver les rencontres et les échanges

Dossier

4. Espaces partagés - Cultiver les rencontres et les échanges

3. Logement - S'installer et se connecter

Dossier

3. Logement - S'installer et se connecter

2. Construction modulaire - Passer ses nuits en boîte

Dossier

2. Construction modulaire - Passer ses nuits en boîte

Plus d'articles