Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Eaux de pluie : récupérer, réguler et dépolluer

Sujets relatifs :

Eaux de pluie : récupérer, réguler et dépolluer

Ce gîte équestre recueille les eaux de pluie de 400 m2 de toitures, dans deux fosses de décantation de 3 et 5 m3. Stockées ensuite dans quatre cuves béton de 5 m3, elles sont utilisées pour les toilettes, l’arrosage, le lavage des box et l’alimentation des animaux. (Doc. La Nive.)

De plus en plus imposées par les maîtres d’ouvrage, la récupération et/ou la rétention des eaux de pluies font l’objet de nombreuses solutions adaptées à toutes les configurations. Une réflexion à mener dès l’étude du projet pour faire le bon choix.

Usuels en Europe du Nord où ils sont souvent imposés, les systèmes de rétention et/ou de récupération des eaux de pluie commencent à se multiplier en France. Que ce soit dans l’habitat, dans les ERP pour des équipements sportifs (stades et golfs) ou dans le cadre d’aménagements urbains.

Rareté, sécheresse, envolée des prix au m3, limitation des risques d’inondation après un ­orage ou simple prise de conscience sur la préservation de l’environnement, sont autant de bonnes raisons de récupérer l’eau de pluie. Trois approches existent. La première consiste à récu­pérer l’eau en vue de la réutiliser pour un usage domestique non-alimentaire ou corporel (lave-linge, chasse d’eau, arrosage…). La seconde vise à réguler les eaux de ruissellement de manière à contrôler le débit aux exutoires. La troisième, qui va souvent de pair avec la précédente, s’attache à la dépollution de ces eaux. Des décanteurs sont alors ­installés à la sortie des collecteurs d’eaux pluviales pour piéger les matières polluantes qui se mélangent à l’eau lors du lessivage des sols. Les eaux ­dépolluées et propres sont ensuite rejetées dans le milieu naturel (lacs, rivières…). Lorsqu’il s’agit de réutiliser l’eau, il convient de la stocker dans des cuves.

Le béton : une résistance mécanique indéniable

À l’instar des produits dédiés à l’assainissement, deux types de cuves, en béton ou en polyéthylène (PE), sont disponibles.

Les principaux critères de choix étant les possibilités d’accès des engins, la présence ou non d’une nappe phréatique, le type de ­canalisations, et le budget dont on dispose. Plus rarement utilisées, les cuves en acier de grande capacité. Elles comportent un revêtement intérieur plastique et un revêtement extérieur ­bitumineux. Le béton offre un coût attractif et une résistance mécanique indéniable. L’eau de pluie pouvant s’avérer corrosive pour les canalisations, il possède également l’avantage de la reminéraliser et de neutraliser son acidité. Ainsi, au-dessous d’un pH 4 de l’eau – c’est le cas des villes industrielles –, mieux vaut ­recourir à des cuves en béton pour un usage autre que l’arrosage. A contrario, l’eau est légèrement acide et non minéralisée avec les cuves en PE, d’où un petit risque de corrosion. Ce qui peut, dans une certaine mesure, être un avantage avec un réseau de canalisations anciennes entartrées. À l’actif des cuves en polyéthylène, leur grande légèreté, qui rend leur mise en place aisée. Les plus petites (2 500 l) sont d’ailleurs manuportables. Sur le plan mécanique, elles résistent aux poussées latérales du sol, de même qu’elles répondent à toutes les contraintes d’étanchéité à l’air et à l’eau, y compris en nappe phréatique.

Casiers modulables sous terre

En revanche, les volumes de stockage sont limités à 10 m3, sachant qu’il est tout à fait envisageable, comme pour les cuves béton, de les monter en batterie pour multiplier leur capacité. Enfin, ­béton ou PE, ces cuves bénéficient d’équipements prémontés en usine : filtration auto­nettoyante, tube antiturbulences, siphon disconnecteur, pompe immergée, surpresseur…

En aménagements extérieurs, de nombreuses techniques permettent de gérer les eaux pluviales : rigoles naturelles, noues et fossés, chaussées à structure réservoir, tranchées drainantes, bassins paysagers ou encore roselières assurant en même temps la dépollution. Les modules (ou casiers) pour la plupart venus d’Allemagne, permettent à la fois la récupération, la rétention et l’infiltration d’eau dans le sol, d’où une réduction du volume d’eau s’écoulant dans les réseaux.

Le volume d’eau récupéré en toiture considérable

Selon les modèles, ils peuvent assurer une rétention trois fois plus importante que celle obtenue par le gravier. Associables par clipsage, ils s’implantent dans les jardins ou, pour les plus résistants, sous voirie. Enterrés donc invisibles, ils constituent une alternative très pertinente aux bassins d’orage traditionnels en béton : diminution de l’emprise, possibilité d’utiliser le terrain en surface à d’autres fins, et absence de risques de noyade (les bassins de rétention à ciel ouvert doivent absolument être clôturés). Ce procédé combine généralement des modules standard pour le stockage et des casiers d’inspection pour le contrôle et le nettoyage du ­réservoir.

Bien dimensionner un système d’épandage ou de récupération nécessite de connaître la pluviométrie (renseignements auprès des services de météo). Le volume d’eau récupéré en toiture est considérable. À titre d’exemple, on l’estime à environ 50 000 à 70 000 litres par an pour une maison individuelle de 100 m2 au sol, soit 7 000 arrosoirs de 10 litres ! Il convient également de bien identifier la nature du terrain : l’épandage, par exemple, n’est pas recommandé dans un sol d’argile et de glaise.

Le nombre de techniques accroît les possibilités d’aménagement et de mise en valeur des sites. Mais, cette approche de gestion des eaux pluviales doit se prévoir en amont, dès l’étude du projet. Cela exige une étroite collaboration avec le maître d’ouvrage et avec l’équipe de conception (paysagiste, urbaniste, bureau d’études VRD). Les modifications qui surviennent ensuite sont toujours plus difficiles à gérer et… plus onéreuses. Pour un bon fonctionnement, il est impératif de prévoir un entretien et un nettoyage régulier des équipements. Également important, le compteur, qui permet de quantifier les volumes d’eau récupérés.

Fabricant/marque SL Nom du produit Type de produit Type de matériau Destination Capacité (m3)
APC Calona Purflo 501 Cal’eau Pluviale Cuve à enterrer Polyester armé Récupération et rétention 3 à 15
502 Millen’eau Pluviale Cuve à enterrer Polyéthylène haute densité Récupération et rétention 3 à 66
Graf 503 Cuve de rétention Cuve à enterrer Polyéthylène Récupération et rétention 4,8 à 9,2
504 Module 300 L Modules et accessoires Polypropylène Bassins enterrés de rétention ou d’infiltration 0,3
Hegler 505 Sirobloc Système de casiers (modules) et accessoires Polyéthylène Bassins enterrés de rétention ou d’infiltration 0,3 par élément
Nidaplast Honeycombs 506 Nidagreen EP/ Nidaplast EP Blocs ou panneaux à cellules hexagonales Polypropylène extrudé recouvert d’un géotextile sur deux faces Récupération et rétention NC
Plas’teau 507 Ecociter Cuve à enterrer Polyéthylène Récupération et rétention 2 à 8
508 Ecopluie Réservoir à raccorder à une descente de gouttière Polyéthylène Récupération 0,6 ou 0,8
Sotralentz habitat 509 AT 112 Cuve à enterrer Polyéthylène Récupération et rétention 2,5 à 7,5
510 Eaux Pluviales Cuve simple peau à enterrer Polyéthylène haute densité Récupération et rétention 2,5 à 10 en module de 2,5
La Nive 511 Capteco Béton Cuve à enterrer Béton Récupération et rétention 1,5 à 6
512 Capteco Polyéthylène Cuve à enterrer Polyéthylène Récupération et rétention 1 à 6
Wavin 513 O-Bic Modules et accessoires Polypropylène Bassins enterrés de rétention ou d’infiltration 0,41 par module
514 Aquacell Modules et accessoires Polypropylène Bassins enterrés de rétention ou d’infiltration 0,19 par module

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°267

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Reconversion : une nouvelle perspective pour le logement social

Dossier

Reconversion : une nouvelle perspective pour le logement social

Alternative à la construction neuve, la reconversion d'édifices existants (bureaux, équipements, bâtiments industriels) en logements sociaux participe des stratégies en faveur d'une construction[…]

La nouvelle vie d'un lieu de travail

Dossier

La nouvelle vie d'un lieu de travail

Berceau nouveau

Dossier

Berceau nouveau

Loger dans le "déjà-là"

Dossier

Loger dans le "déjà-là"

Plus d'articles