Du bois dans tous ses états pour l’extension d’un lycée agricole

Sujets relatifs :

PHOTO - 871637.BR.jpg

Qu’il soit utilisé en bardage extérieur, platelage ou matériau structurel dans les parties neuves du campus d’Yssingeaux (Haute-Loire), le bois traduit un haut degré d’exigence perceptible aussi bien dans ses finitions que dans le traitement des points particuliers.

Les élèves du lycée agricole George-Sand d’Yssingeaux, en Haute-Loire, fêtent leur première année sur un campus entièrement reconfiguré et agrandi par des constructions doublant la surface existante. Signée par l’agence d’architecture Chomette-Lupi et Associés, la reconfiguration de cet établissement datant des années 1960, composé de bâtiments hétérogènes et épars, aura nécessité quatre longues années de travaux, sans que ne soient interrompus ni l’enseignement ni l’hébergement des élèves. Accueillant cette année 453 élèves parmi lesquels 175 internes, le lycée regroupe des bâtiments d’enseignement général et spécialisé, un nouvel internat, une demi-pension, des locaux horticoles et agricoles, un centre de formation (CFPPA), plusieurs logements de fonction, ainsi qu’un centre équestre en bordure de site.

Présent sur l’ensemble du projet, le bois fait figure de trait d’union entre les bâtiments neufs et existants. À la fois revêtement de façades, élément structurel et platelage extérieur, il fait l’objet de multiples déclinaisons. Le matériau est associé au métal pour réaliser la charpente du manège du nouveau centre équestre. Là, des poutres en treillis de 6,60 m d’entraxe, composées d’arbalétriers en bois sous-tendus par des profilés métalliques tubulaires, franchissent des portées de 25 m sans point d’appui intermédiaire. Les éléments reposent d’un côté sur une file de poteaux en bois de 8,50 m de haut ; de l’autre, sur des porteurs en béton.
Pour le nouvel internat, une construction en bois de trois niveaux et d’une tenue au feu de 1 h, s’élève sur le socle en béton du rez-de-chaussée. Le bois est ici utilisé sous forme de structure poteaux-poutres, de planchers solivés, mais également de murs de refends et de murs de façades, le noyau en béton des trois cages d’escalier participant à la stabilisation du bâtiment.
Au niveau du bâtiment administratif sur pilotis et dalle en béton et du réfectoire du lycée sont combinés une structure poteaux-poutres en lamellé-collé et une façade mur-rideau cintrée avec des menuiseries extérieures en bois. Concernant les bâtiments existants, un important travail a été mené pour isoler par l’extérieur des locaux marqués par d’importantes déperditions de chaleur. Le bois se prête à de multiples calepinages de bardages et de panneaux de façades colorés en stratifié compact, dont le sens de pose, les pleins et les creux, ainsi que les techniques varient. Liteaunage et tantôt double liteaunage rattrapent les décrochés des façades.

Douglas local

L’Auvergne possédant l’un des principaux massifs français de Douglas, la filière locale a été privilégiée, avec le soutien d’Auvergne Promobois et d’Inter Forêt Bois 42. Dotée d’une bonne résistance mécanique et d’une durabilité naturelle en extérieur, cette essence est employée en bardages et pare-neige sur toutes les façades (qualité d’aspect 1), mais également en pièces d’ossature sur les auvents. Les bois structurels sont traités en autoclave et revêtus d’une lasure de protection incolore. À l’intérieur des bâtiments, les éléments structurels sont en épicéa, tandis que les pontons qui relient les différentes entités sont composés d’un platelage en chêne.
Partout, un haut niveau de qualité a été requis et un grand soin a été apporté à la définition et à la réalisation des nombreux détails, moyennant le respect d’une enveloppe budgétaire de moins de 1 000 euros HT/ m2. Le projet marque l’aboutissement du travail mené par les architectes et les BET Sylva Conseil et Altaïs, d’un marché en lots séparés confiés à des entreprises locales, et du recours à de nombreux prototypes en grandeur réelle.

N°346

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°346

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Le plus long viaduc de France

Vidéo

Le plus long viaduc de France

Qualifiée par certains de route la plus chère au monde, la nouvelle route du littoral (NRL) permettra à terme de désengorger Saint-Denis de la Réunion. La NRL comprend deux digues et un viaduc qui, avec ses 5,4[…]

18/01/2017 | Gros oeuvreInfrastructures
Une machine à carreler pour booster votre productivité

Une machine à carreler pour booster votre productivité

Grand Palais : une coupole à rajeunir

Grand Palais : une coupole à rajeunir

La toiture de la gare TGV de Montpellier en dentelle de béton fibré inox

Diaporama

La toiture de la gare TGV de Montpellier en dentelle de béton fibré inox

plus d’articles