Désordres des enduits monocouches

Sujets relatifs :

PHOTO - 837789.BR.jpg

© Docs. AQC

Le constat

Les maçonneries extérieures sont très souvent recouvertes d’un enduit monocouche à base de liants hydrauliques. Ces enduits, qui relèvent de la NF DTU 26.1, sont exécutés avec des mortiers performanciels prêts à l’emploi. Ils sont appliqués généralement en une ou deux passes « frais sur frais » avec le même mortier. Leur fonction première est l’imperméabilisation ; accessoirement, ils ont vocation à parer les parois (schéma 1). La plupart des dommages sont liés à l’aspect et n’ont pas d’incidence sur la qualité et la durabilité de l’enduit. D’autres, en revanche, affectent l’imperméabilité de la paroi.

Le diagnostic

Les désordres affectant l’aspect

• Le nuançage désigne des variations de couleur ou d’aspect. Il résulte de l’irrégularité de la préparation de l’enduit (dosage et malaxage) ou de l’application (reprises, épaisseur, uniformité du talochage, etc.).
• Les spectres peuvent être permanents ou visibles seulement lorsque l’enduit est mouillé. Ils résultent du différentiel existant dans la prise ou la vitesse de prise de l’enduit entre les joints des maçonneries et la surface courante. Ce phénomène, lié à la nature des joints (porosité, largeur, arasement, etc.), est réduit par l’application en deux passes et le respect des épaisseurs.
• Le faïençage est particulièrement inesthétique : c’est une microfissuration en forme de résille qui affecte la surface de l’enduit. Les finitions talochées et talochées éponge sont particulièrement sensibles à ce désordre.
Sauf composition particulière de quelques enduits monocouches sous avis technique, la NF DTU 26.1 et les certificats réservent ces aspects talochés aux petites surfaces (bandeaux, entourage de baies, etc.).
• Les mousses et salissures sont dues au développement de micro-organismes sur des zones humides ou à des dépôts de salissures urbaines.

Les désordres affectant la durabilité

• La fissuration est due au comportement du support (angles de baies, droit des planchers, joints mal bourrés ou trop épais, etc.), mais également au retrait de l’enduit lié aux conditions d’application (excès d’eau, humidification insuffisante du support, temps sec, venté, chaud, variations d’épaisseur, etc.) [schéma 2].
• Les pénétrations d’eau par porosité sont rares en l’absence de fissures. Elles sont dues à des épaisseurs insuffisantes d’enduit.
• Le décollement est consécutif à une mauvaise préparation du support (support farineux ou trop lisse, présence de poussières, humidification insuffisante, support gorgé d’eau, absence de couche d’accrochage, etc.).
• Le brûlage (ou grillage) est dû à une dessiccation prématurée de l’enduit par absorption d’eau par le support, ou du fait des conditions atmosphériques (temps chaud, vent sec).
• Le cisaillement du support se rencontre sur les supports à faibles caractéristiques mécaniques (béton cellulaire). Il est dû à l’application d’un enduit inadapté à ce type de support.

Les bonnes pratiques

Respecter les conditions de préparation du support et d’application du produit

• Faire attention aux enduits de couleur foncée, sensibles aux chocs thermiques (schéma 3).
• Choisir un produit adapté au support.
• Bien préparer le support.
• Utiliser une couche d’accrochage (gobetis).

Respecter les conditions d’application

• Respecter la quantité d’eau de gâchage.
• Respecter le temps de malaxage.
• Toujours gâcher le produit dans les mêmes conditions sur une même façade.
• Respecter les épaisseurs recommandées par le fabricant (minimum 10 mm).
• Protéger les têtes de murs et appuis d’ouvertures par un débord, muni d’une goutte d’eau.
• Incorporer des renforts d’armatures dans l’enduit à la jonction de deux matériaux support différents et au niveau des planelles de planchers.
• Privilégier l’application en deux passes.
• Ne pas entreprendre les travaux d’enduits en période de gel, sur des supports chauds ou desséchés, par vent sec et, pour les enduits colorés de parement, par temps de pluie, brouillard ou forte humidité, afin d’éviter la formation d’efflorescences. On admet habituellement une température extérieure comprise entre + 5 et + 30°C.
Protéger l’enduit par bâchage après application en cas de temps chaud, de vent sec ou de pluie.

À consulter

NF DTU 26.1 : Travaux d’enduits de mortiers.

N°341

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°341

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Commissionnement : des installations techniques mieux réglées

Commissionnement : des installations techniques mieux réglées

La première année de fonctionnement des équipements techniques est considérée comme une année de réglage. Pour autant, des étapes de mise au point doivent être[…]

04/04/2017 | InnovationTechnipédia
Informatique

Informatique

Un matériau durable et stable sans apport chimique

Un matériau durable et stable sans apport chimique

Un matériau artisanal à l’imagination débridée

Un matériau artisanal à l’imagination débridée

plus d’articles