Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Désordres dans les constructions bois

Sujets relatifs :

Désordres dans les constructions bois

Le constat

Quelle que soit la technique retenue pour la construction bois, l’humidité excessive est la cause la plus fréquente de désordres : elle conduit à l’attaque de l’ouvrage par des champignons, à des variations dimensionnelles, voire à un affaiblissement des performances mécaniques.
D’autres désordres peuvent survenir :
• l’attaque par des ILX (insectes à larves xylophages) et des termites ;
• l’inconfort de la construction bois, par suite d’un défaut d’étanchéité à l’air ;
• une stabilité de l’ouvrage mise en cause, en raison de défauts de reports de descentes des charges ou de contreventements ;
• une sécurité incendie négligée, ce qui constitue une impropriété à destination.
La présente fiche ne concerne que le bois en structure, et non les panneaux composites isolants.

Le diagnostic

L’humidité

Elle peut avoir pour origine :
• l’insalubrité de conception : stagnation des eaux, absence de rejet d’eau, défaut de ventilation ;
• l’infiltration d’eau liquide au niveau des points singuliers ;
• des discontinuités ou une perméabilité à la vapeur d’eau trop forte des parois, qui conduisent à des condensations, préjudiciables à l’efficacité des isolants et à la durabilité des ouvrages bois ;
• des remontées capillaires ;
• le contact du bois avec le sol (arase sanitaire) ;
• un stockage non protégé des pièces de bois sur le chantier ;
• la proximité de locaux humides ;
• un entretien périodique insuffisant.

Les défauts de structure

• L’absence de prise en compte des tassements des constructions en bois massifs autour : des menuiseries extérieures, éléments verticaux, charpente, cheminées…
• Les sous-dimensionnements et les défauts de reports de descentes de charges et des contreventements (panneaux et pièces supplémentaires à prévoir).

Sécurité incendie

Le non-respect du degré coupe-feu (épaisseur) et/ou le défaut de continuité de la protection, le plus souvent assuré par le parement intérieur.

Les produits

La non-conformité des produits aux normes françaises et européennes en vigueur : isolants, assembleurs, panneaux, pare-vapeur, etc.

Les bonnes pratiques

• S’assurer que la structure bois s’élève sur des fondations et un plancher bois dont la planéité est adaptée.
• Prévoir la conception de l’ouvrage dans ses détails, pour que l’eau soit rejetée vers l’extérieur (pour les éléments constitutifs de l’enveloppe) ou ne puisse pas pénétrer à l’intérieur des panneaux ou des pièces de bois. Il en va de la pérennité de l’ouvrage :
- déviation : dépassée de toiture, rejets d’eau, pare-vapeur ;
- évacuation : précadres de menuiseries, drainages des assemblages, pare-pluie ;
- séchage : ventilation de toutes les faces des pièces de bois.
• Établir des check-lists de conception calcul et des autocontrôles de montage en usine ou sur chantier (constructeurs).
• Choisir des essences dont la durabilité naturelle ou conférée par un traitement est adaptée à la classe d’emploi des bois et à la durée de vie attendue de l’ouvrage.
• Veiller, pour le maître d’œuvre :
- à la mise en œuvre continue de matériaux incombustibles satisfaisant les exigences réglementaires de la sécurité incendie ;
- aux bons calfeutrements entre le gros œuvre bois et les corps d’états secondaires pour obtenir une bonne imperméabilité à l’air (0,6 m3/h/m2 en logement).

À consulter

DTU 31.1 : Charpentes et escaliers en bois.
DTU 31.2 : Construction de maisons et bâtiments à ossature en bois.
NF DTU 31.3 : Charpentes en bois assemblées par connecteurs métalliques ou goussets.
NF B50-100-4 : Durabilité du bois et des matériaux dérivés du bois.
NF EN-351-2 : Durabilité du bois et des produits à base de bois.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°336

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Eaux grises (1/2) : un gisement convoité pour la récupération de chaleur

Eaux grises (1/2) : un gisement convoité pour la récupération de chaleur

Présents en France depuis une dizaine d'années, les systèmes de récupération de chaleur sur eaux grises ont gagné en conformité réglementaire et en performance. Leur choix relève[…]

Eaux grises (2/2) : la récupération de chaleur passe aussi par les égouts

Eaux grises (2/2) : la récupération de chaleur passe aussi par les égouts

Un panel de solutions pour mettre les sols à niveau

Un panel de solutions pour mettre les sols à niveau

Data centers (1/3) – La course à la sobriété des data centers

Data centers (1/3) – La course à la sobriété des data centers

Plus d'articles