Des voûtes en pavés de verre remises à neuf

Sujets relatifs :

PHOTO - 857466.BR.jpg

Inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, la piscine de la Butte-aux-Cailles, dans le 13e arrondissement de la capitale, a fait l’objet d’une réhabilitation d’envergure. Si la mise en valeur patrimoniale s’est accompagnée d’améliorations fonctionnelles notamment, la halle au bassin a retrouvé sa spectaculaire structure en béton d’origine.

La découverte, en 1866, d’une source d’eau chaude souterraine à 28°C dans le 13e arrondissement de Paris entraîna le forage d’un puits artésien à plus de 500 m de profondeur. Il fut suivi en 1908 de la création d’un établissement de bains-douches, auquel se greffera en 1924 la piscine de la Butte-aux-Cailles. Dessinée par l’architecte et urbaniste de la ville Louis Bonnier, cette piscine de style Art nouveau constitue l’un des plus anciens bâtiments de ce type dans la capitale. Louis Bonnier inséra dans son projet un certain nombre d’avancées techniques et hygiénistes propres à son époque, à savoir : du béton armé pour construire le bassin et sa voûte ; un éclairage naturel pour la halle au bain et la zone d’accueil ; une séparation entre les cabines et les bassins obligeant les nageurs à passer par les douches et un pédiluve ; l’utilisation de l’eau chaude du puits artésien, etc. En 1990, cet édifice remarquable a été inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Restituer et sublimer l’esthétique d’origine

Après un diagnostic de l’ouvrage, un projet de réhabilitation d’envergure est lancé par la ville de Paris, en 2011. Scindé en deux phases de travaux, il était devenu indispensable pour remettre l’édifice public aux normes en vigueur, du point de vue du confort, de l’énergie et de l’accessibilité. La mise en valeur patrimoniale s’accompagne d’améliorations fonctionnelles, d’interventions sur la structure et d’une rénovation des équipements techniques. Confiée à l’architecte Thierry Nabères (agence TNA), la première phase s’applique uniquement aux espaces intérieurs, à l’exception de l’accueil : halle au bain, vestiaires et locaux techniques. La deuxième phase concernera le hall d’accueil, les bains-douches et les espaces extérieurs.
Selon Thierry Nabères, expert en restructuration de piscines atypiques, « un projet de rénovation ne s’aborde pas par la décision de tout transformer ». La précédente campagne de rénovation avait malmené l’édifice, en l’affublant de couleurs criardes notamment. Lancé en 2013, le chantier de renaissance de l’ouvrage est apparu fort complexe, au regard des nombreuses sujétions techniques et du cahier des charges relatif aux monuments historiques. Pour « rendre à l’ouvrage son esthétisme originel », une recherche de réutilisation de couleurs monochromes a été mise en place, doublée d’un rééquilibrage des lumières naturelle et artificielle.
Dégradée, la structure en béton de la spectaculaire halle au bassin a été remise en état, avec un renforcement du béton, diverses réparations, l’ajout d’armatures, la reprise de certains aciers, l’application de résines, etc. Le volume épuré valorise désormais les portiques aériens en plein-cintre et en béton blanc. La lumière naturelle, en abondance, provient des verrières hautes et des pavés de verre en plafond. Les trois voûtes circulaires en comble sont en effet incrustées de pavés de verre et ont fait l’objet d’une restauration pointue. Ces oculus détériorés, formés de parois en béton fissurées, d’aciers oxydés et à nu, et de pavés fêlés, ont nécessité une réfection à l’identique, mais revue et corrigée. Par ailleurs, l’espace insolite des vestiaires à triple hauteur, qui longe la halle, a été modernisé en respectant le projet de base ; quant aux installations techniques situées en sous-sol, elles ont été entièrement remises en état.

N°344

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°344

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Aquarel empile ses bureaux en porte-à-faux

Aquarel empile ses bureaux en porte-à-faux

La morphologie particulière de ce bâtiment a nécessité la mise en œuvre de deux techniques atypiques de reprise des porte-à-faux. Situé en bordure de Seine et en face du parc de l'île[…]

22/06/2017 | Gros oeuvreChantier
Reconversion d'envergure à Charenton-le-Pont

Reconversion d'envergure à Charenton-le-Pont

Dalles post-contraintes pour parking aérien

Dalles post-contraintes pour parking aérien

L’hippodrome de Longchamp monte ses tribunes

L’hippodrome de Longchamp monte ses tribunes

Plus d'articles