Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Des voiles de béton blanc autonettoyant

Sujets relatifs :

Des voiles de béton blanc autonettoyant

La couleur blanche des façades autonettoyantes contraste avec le béton gris, plus traditionnel, employé pour sa structure.

© (Doc. Media Image.)

Un espace lumineux et ­visible avec un parement blanc. Tel était le souhait de Jean-Pierre Lott, l’architecte qui a pensé la nouvelle médiathèque de Saint Ouen (Seine-Saint-­Denis), actuellement en édification. Anticipant les questions d’entretien, les ­bureaux d’études HQE Le Sommer et Oasiis ont opté pour un béton blanc autonettoyant. Le béton TX Arca de Calcia a donc été utilisé pour réaliser l’ensemble des voiles extérieurs de la construction. Outre sa couleur blanche, il ­intègre dans sa formulation du dioxyde de ­titane, un principe actif qui ­accélère la réaction photocataly­tique. Sous l’action des rayons UV du soleil, les salissures d’origine biologique présentes sur la surface des bétons sont soit désolidarisées, c’est-à-dire détruites partiellement puis éliminées par l’eau de pluie ou d’arrosage, soit décomposées en eau (H2O) et en dioxyde de carbone (CO2). La réaction ne consomme pas de dioxyde de ­titane, ce qui assure la durabilité de la couleur du voile dans le temps. La façade n’a plus ­besoin d’être nettoyée ou entretenue, la pérennité du blanc étant ainsi assurée. Toutefois, l’utilisation de béton blanc brut de décoffrage et coulé sur site entraîne des choix techniques complexes. Bateg, maître d’œuvre sur cette opération, a effectué un travail rigoureux et précis pour choisir les coffrages appropriés et assurer la préparation des banches. Une équipe spécialisée en béton blanc a d’ailleurs été mobilisée sur ce chantier, qui compte de nombreux décrochés avec le mur mitoyen, des voiles aux rayons de courbures et aux angles différents et des brise-­soleil, également en béton blanc, coulés en place. Outre ces ­formes originales, l’utilisation d’un béton blanc exige un coffrage parfait dépourvu de trace de rouille et de ragréage. Au total, 700 m3 de béton TX Arca ont été mis en œuvre sur les différentes façades du bâtiment, dont la forme rappelle la proue d’un navire. Par ailleurs, 2 000 m3 de béton gris ont été utilisés pour la structure interne de la construction.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°279

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Les défis des IGH bois et du réemploi

Les défis des IGH bois et du réemploi

Dans le cadre de notre série de 21 entretiens consacrés à l'innovation en 2018, les experts interviewés ont mis en avant un ou deux exemples remarquables. Vous les retrouvez ici. Aujourd'hui, la[…]

11/01/2019 | ActualitéInnovation
"Climat, urbanisation... Nous devons changer notre façon de faire" - Bureau Veritas (3/21)

"Climat, urbanisation... Nous devons changer notre façon de faire" - Bureau Veritas (3/21)

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

E+C- et RE2020 à la croisée des chemins

E+C- et RE2020 à la croisée des chemins

Plus d'articles